Adoption officielle des nouvelles normes de classification des hôtels touristiques tunisiens    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    La solution selon Mohsen Marzouk    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Amateurs de foot, Que regarder ce soir ?    Mohsen Marzouk : Ennahdha est capable d'abandonner Mechichi à tout moment    Arrêté pour avoir insulté et agressé sur les réseaux sociaux    Les Tunisiens à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    La nouvelle souche n'est pas dangereuse mais la vigilance reste de mise    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    Fethi Slaouti: L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais    HAICA: la chaîne « Attessia TV » écope d'une amende de 10 mille dinars    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    CONECT International condamne la grève douanière    Fermeture du Tunnel de l'avenue Yasser Arafat vendredi jusqu'à 20h00    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Ils ont dit    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    CONDOLEANCES    Zarzis | Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL) : Pourquoi ignorer les plages les plus fréquentées ?    DECES : Hadj Hemden Ben Mohamed ERRAIS    La semaine des zones humides à Tunis : Un enjeu de taille    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    La poésie en questions : A propos des faux-monnayeurs ?    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    News | Et de huit pour Sliti    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Inauguration de la plateforme Hannibal pour contrôler les flux physiques des devises    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    L'Art Rue présente «Métamorphose #1» de Essia Jaïbi : Interroger les perceptions    Art contemporain : Une boîte ouvre sur l'autre    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le personnel médical, le dernier rempart se fissure !
Publié dans Business News le 24 - 03 - 2020

L'Italie et la France, pourtant munies d'un système de santé plutôt performant avec des équipements nettement supérieurs à ceux de la Tunisie ont enregistré un nombre effroyable de décès dus au Covid-19, décès dans les rangs mêmes des médecins. En Italie, on parle même d'une horreur absolue, de l'effondrement d'un système pourtant beaucoup plus solide que le nôtre. Les médecins tunisiens appellent à l'aide depuis des semaines, pointent le manque de matériel nécessaire à leur propre sécurité et tirent toutes les sonnettes d'alarme. Aujourd'hui, ce sont pas moins de trois établissements de santé qui sont touchés de plein fouet par le coronavirus. Un scénario catastrophe est à craindre et le pire guette la Tunisie….

La clinique de la Soukra a annoncé dimanche soir qu'un patient français admis le 11 mars s'est fait opérer dans la clinique avant d'être testé positif au Covid-19. A son admission, le patient en question ne présentait aucun signe d'infection et aucune précaution n'a été prise pour protéger le personnel médical de la clinique ou les autres patients.
L'itinéraire du patient et la liste des personnes qui l'ont approché a très vite été établie et le personnel et médecins qui auraient pu avoir un contact direct avec le patient ont été informés avec recommandation d'auto-isolement en attendant les consignes du shock-room et de la direction régionale de la Santé.

Hier, c'est le service d'urologie et le service d'anapath de l'hôpital de La Rabta qui ont été fermés. Même scénario, un patient admis quelques jours auparavant à l'hôpital sans présenter les symptômes de la maladie a par la suite été testé positif au Convid-19. Le fils même d'un médecin au service d'anapath a été soupçonné d'être positif au Covid-19 et cela a nécessité la fermeture du service. Oui, les médecins aussi ont des familles et sont en contact avec des gens. Evidemment le staff médical concerné a été placé en quarantaine.

Tard dans la soirée d'hier, toute la toile ne parlait que de la catastrophe du CHU Habib Bourguiba à Sfax. Une partie du personnel du service de réanimation de l'hôpital pourrait en effet être contaminée par le covid-19. Une contagion dont est responsable un patient aussi, admis sans qu'aucune précaution n'ait été prise, faute de matériel et de symptômes probants.
Le staff médical a été isolé et soumis aux tests pour déterminer s'il y a eu des infections et tous les scénarios sont possibles d'autant plus que ce genre d'incidents va se reproduire encore et encore tant que les citoyens refuseront de se plier aux consignes du confinement et que les hôpitaux manqueront de moyens pour protéger les médecins.

L'Organisation tunisienne des jeunes médecins n'a de cesse d'appeler le personnel médical à exiger tous les moyens possibles pour assurer son rôle en toute sécurité. Aujourd'hui un communiqué a été diffusé pour que les médecins remplissent un formulaire faisant état des lieux dans les services des CHU et le communiquer aux autorités.
Des collectes de fonds ont été lancées pour fournir de l'équipement aux services de réanimation dans les hôpitaux tunisiens. Les associations de médecins le disent et le redisent, la difficulté principale dans cette crise sanitaire est le manque de matériel, pour protéger les médecins mais aussi pour accueillir les malades nécessitant une prise en charge dans les services de réanimation. La Tunisie compte 240 lits de réanimation et pas tous fonctionnels.

Au pic de la propagation du virus et si les consignes continuent à être ignorées par une certaine frange de la population, têtue, téméraire ou juste ignorante et inconsciente, il n'y aura pas de lits pour tous les malade et la macabre sélection qu'il y'a eu en Italie notamment se fera aussi chez nous. Ce seront les médecins, débordés, harassés, acculés qui devront décider de qui va vivre et de qui va mourir suivant l'âge, l'état et d'autres considérations établies au préalable sans doute.
Dans le journal en ligne des jeunes médecins tunisiens, on parle du « cyclone » à venir à l'hôpital Abderrahmane Mami. « Avec le manque drastique en moyens de protection, le personnel soignant craint de devenir lui-même un vecteur supplémentaire de la maladie. Ici, le danger d'une transmission aux autres malades hospitalisés ou aux membres de sa propre famille préoccupe tous les soignants » souligne l'article publié hier.

Des témoins cités parlent de matériel de protection inexistant alors les protocoles officiels en exigent l'utilisation. Des résidents auraient eux-mêmes cotisé pour acquérir un petit stock d'habits protecteurs et des artistes et hommes d'affaires se mobilisent en collaborant parfois avec des associations pour fournir aux hôpitaux des masques, des gants et des combinaisons.
Pendant que les médecins et le personnel paramédical se démènent, le ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, a lui opté pour une prestation de serment folklorique à l'hôpital Charles Nicolle. Jurant de fournir le maximum d'efforts pour lutter contre le Covid-19 avec loyauté, par amour pour le peuple et gratitude envers leurs enseignants, des soldats en blouse blanche se jettent tous les jours dans la gueule du loup sans protection aucune.

En France on parle déjà d'hôpitaux débordés, de patients alités dans les couloirs. On a mis en garde contre l'infection des médecins et le manque d'équipes. En Tunisie on prête serment sans matériel, on ne réalise pas encore, malgré les mises en garde répétées des premiers concernés que si les médecins tombent malades, si les équipes déjà réduites et non équipées ne sont pas protégées c'est la catastrophe qui attend le pays. Entre temps on supplie encore les gens de rester chez eux et on ne sait pas encore quand et comment on va fournir aux hôpitaux le matériel indispensable pour assurer la sécurité du personnel…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.