Tunisie-I Watch: La libération de Nabil Karoui ne doit pas influer sur le bon déroulement de l'affaire    Tunisie: Abderrazzek Aouidet s'exprime sur l'initiative du dialogue national [Audio]    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    La Tunisie célèbre la Journée de l'enfant africain    Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Don japonais d'équipements frigorifiques de conservation des vaccins    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie-Sousse: Une détenue passe les épreuves du bac en présence de la ministre de la Justice [Audio+Photos]    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    Epuisement démocratique    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La BAD, tête de pont de la future zone de libre-échange en Afrique
Publié dans Investir En Tunisie le 02 - 04 - 2019

Un an après sa signature par 49 pays africains à Kigali (Rwanda), l'accord instaurant la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) doit entrer en vigueur en avril 2019 après la ratification attendue d'au moins 22 Etats africains, contribuant ainsi à la création de la plus grande zone de libre-échange mondiale créée ces dernières années.
« Les avancées enregistrées, s'agissant de la zone de libre-échange, sont particulièrement encourageantes », s'est félicité, le 10 février dernier à Addis-Abeba, le Président de la 32ème session du conseil exécutif de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, en référence « au rythme actuel de ratification ». Il ne reste qu'un seul Etat en attente de ratification pour atteindre le seuil des 22 pays, indispensable à l'entrée en vigueur de l'accord signé le 21 mars 2018 à l'issue de deux ans de travaux préparatoires menés sous la présidence du Nigérien Mahamadou Issoufou.
Avec le soutien de la Banque africaine de développement, le continent amorce la dernière étape de son immense projet économique : intégrer les 55 pays africains pour créer un marché commun de 2.500 milliards de dollars de PIB cumulé. « La mise en œuvre de la ZLEC devrait se traduire par un gain net de 2,8 milliards de dollars américains de revenu réel pour les Africains », a indiqué, à Addis-Abeba, le Directeur du Département de la politique macroéconomique de la Banque, Hanan Morsy, qui estime que la ZLEC devrait entraîner une hausse de 15% du commerce intra-africain.
Depuis 2010, les projets financés par la Banque en termes d'intégration économique et sociale se sont multipliés, contribuant à faire tomber les barrières entre les Etats.
D'Abidjan à Tunis, d'Accra à Bamako, Dakar, Ouagadougou et Niamey, la construction de grands corridors routiers et la mise en convergence des systèmes douaniers ont facilité la circulation terrestre des biens et des personnes. De Yaoundé à Lusaka et Brazzaville, de Casablanca à Alger, la réalisation d'interconnexions électriques et de projets d'énergies renouvelables a tissé une toile entre les capitales africaines, permettant ainsi d'éclairer des millions de ménages. Enfin, la modernisation des aéroports du continent, du Caire à Johannesburg, en passant par Addis-Abba, Nairobi et Banjul, a permis de répondre progressivement au défi de la libéralisation du ciel africain par la création d'un marché unique du transport aérien appelé « African Air Transport Market (SAATM). Lancé en janvier 2018, il doit lever les entraves à la connectivité aérienne en Afrique.
Articles associés
AFD : Bizerte fait partie des 12 villes africaines qui…
La BERD accorde un prêt de 24 millions d'euros à Tunisie…
La BAD et le Groupe Attijariwafa bank s'associent pour…
Le CTKD, rebaptisé Ekuity Capital, présente sa nouvelle…
Afin de soutenir ces initiatives, été instauré un indice d'ouverture du visa (« Visa Openness Index », VOI) sous l'égide de la Banque africaine de développement et de ses partenaires – le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA). Depuis son lancement en 2016, plusieurs pays africains ont réformé leurs systèmes de délivrance de visas afin de simplifier la circulation des personnes sur le continent.
L'Afrique avance à grands pas dans son intégration régionale en facilitant le commerce interrégional. « Nous sommes déterminés à poursuivre notre soutien au programme d'intégration de l'Afrique, car cela devrait conduire à une croissance durable, aider le continent à résister aux pressions externes et permettre aux entreprises africaines de se développer et de devenir des géants mondiaux », insiste Gabriel Negatu, Directeur général de la Banque africaine de développement en Afrique de l'est.
Selon Negatu, la Banque œuvre au désenclavement du continent. Elle a investi et continuera à investir plusieurs millions de dollars à la création de corridors commerciaux, à la construction d'infrastructures, notamment de réseaux électriques interconnectés. Sans compter l'objectif de la Banque d'arriver à l'instauration d'un passeport commun à tous les pays africains. « L'intégration va rapprocher les villes. La mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale (ZLEC) favorisera les flux du commerce transfrontalier. On éliminera ainsi les frontières qui séparent les populations. On créera des emplois pour les jeunes Africains. On leur donnera des opportunités pour changer l'Afrique », conclut Negatu.
La ZLEC, un maillon essentiel pour la croissance économique de l'Afrique
Inscrit à l'Agenda 2063 de l'Union africaine, la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) n'était qu'un projet embryonnaire en 2012. En seulement sept ans, ce projet a connu une accélération unique sur le continent dans le domaine de l'intégration et du développement. La ZLEC a été adoptée par 49 des 55 Etats africains et 18 l'ont ratifié en 2018. Il est nécessaire maintenant que 22 d'entre eux le ratifient pour sa mise en œuvre effective, prévue en avril 2019. Cette perspective revêt une importance stratégique pour l'Afrique en raison du développement attendu des échanges commerciaux entre ses pays membres. « Nous avons réservé une subvention de cinq millions de dollars à la Commission de l'Union africaine au titre du guichet régional des biens publics de la Banque, ce qui, entre autres, aidera la Commission à atteindre cet objectif d'intégration. Au niveau de la Banque, les outils que nous développons devraient accélérer la mise en œuvre des engagements d'intégration régionale pris par les pays membres régionaux », assure Moono Mutopola, directrice de l'intégration régionale à la Banque africaine de développement. La ZLEC va regrouper la zone tripartite de libre-échange qui inclut, d'une part, le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) et la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) et, d'autre part, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ainsi que l'Union du Maghreb arabe et la Communauté des Etats sahélo-sahariens. Son poids économique (PIB total) est évalué à 2500 milliards de dollars. À l'horizon de 2028, la ZLEC devrait s'étendre à l'ensemble du continent et déboucher sur un marché commun et une union économique et monétaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.