Coronavirus : La situation épidémiologique à Gabès    Tunisie – Covid-19 : Confinement ciblé à partir de lundi 18 janvier (Nissaf Ben Alaya)    Coronavirus-Kairouan: Les services de réanimation ont atteint leur capacité d'accueil maximale    Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    Football : Programme TV de ce samedi 16 janvier 2021    Précisions de la CDC / Article « La Caisse des dépôts et consignations est financièrement solide voire même très solide ! »    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MEMOIRE    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du pain sur la planche pour le Cnci
Arrêt sur image...
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 06 - 2015


Par Samira DAMI
Enfin le Cnci (Centre national du cinéma et de l'image) a un nouveau directeur : Fethi Kharrat, qui occupait le poste de directeur général des arts scéniques et des arts audiovisuels au ministère de la Culture.
Et vu les nombreux problèmes que connaît le secteur, le nouveau directeur a bien du pain sur la planche. Et pour faire du cinéma tunisien une réelle industrie, le Cnci devrait d'abord s'atteler à la révision des textes législatifs, qui datent des années 60 et 80, tant le paysage cinématographique et audiovisuel a évolué. Cela afin que les secteurs de la production, l'exploitation et la distribution, notamment, soient en phase avec l'époque actuelle.
Booster la production
Au niveau de la production filmique, il est nécessaire de relever l'aide à la production aux deux tiers du budget des courts et longs métrages aussi bien du genre fiction que documentaire.
Il est vrai qu'actuellement le ministère de la culture est le principal, voire l'unique, bailleur de fonds de la production cinématographique, alors que les chaînes de télé, publiques, qui finançaient en partie le cinéma moyennant une subvention entre 100.000 et 120.000 dinars, se sont totalement désistées depuis la révolution. or, la production cinématographique nécessite l'intervention de plusieurs parties qui consomment l'image, soit les télévisions, les secteurs du DVD, la téléphonie mobile, sans compter les avances sur recettes de la distribution et autres taxes afin de contribuer au financement de la production cinématographique.
D'autre part, la réorganisation du secteur de la production s'avère nécessaire. Car aujourd'hui on compte 600 sociétés pour une production annuelle de 6 à 8 longs métrages et une dizaine de courts métrages. Ce qui est relativement fort réduit par rapport au nombre de sociétés de production. Il s'agit donc de fixer des critères bien définis pour l'attribution des agréments pour la création d'une société de production.
L'exploitation : sortir de la déprime
Côté exploitation, il est clair que le secteur connaît une grave déprime tant le parc des salles s'est réduit comme peau de chagrin puisqu'on ne compte plus qu'une vingtaine de salles de cinéma dans l'ensemble du pays.
Or, outre la promesse du parti politique vainqueur des élections législatives de créer 100 salles de cinéma, et dont la réalisation n'est pas pour demain, il est actuellement possible d'utiliser les salles de projection des maisons de la culture et de la jeunesse en tant que circuit d'exploitation commerciale et dont le nombre dépasse une centaine d'unités. Car sans exploitation, les films produits avec l'argent du contribuable ne peuvent arriver à ce même contribuable. Sans salles de cinéma, tout film produit est mort-né, d'où la nécessité d'injecter une bouffée d'oxygène au secteur de l'exploitation en utilisant ces salles de projection, tout en veillant à les équiper d'un matériel moderne façon numérique, entre DCP et Blu-Ray. Ce qui permettra au cinéma tunisien, en particulier, d'atteindre sa cible et son public.
Qui dit exploitation dit distribution, les deux secteurs étant étroitement liés et sans un vrai parc de salles, on ne peut réellement parler de distribution, laquelle peine, ces dernières années, à acquérir des films importants et de qualité.
Les actions à mener
Les professionnels du cinéma sont dans l'attente d'autres actions telles que la réactivation du guichet unique, le contrôle du piratage des œuvres cinématographiques, la révision du rapport avec les chaînes de télé, la mise en place d'une convention collective des artistes et techniciens intermittents, la facilitation de l'obtention des autorisations de tournage aux films tunisiens et étrangers, etc.
Mais l'une des tâches d'une importance capitale du Cnci n'est autre que la numérisation des archives qui sont une richesse patrimoniale filmique à ne pas laisser à l'abandon tant elle représente l'histoire du cinéma. On se doit donc de restaurer et de conserver ces archives dans des conditions adéquates afin d'éviter leur destruction. Un patrimoine qui sert et nourrit la cinéphilie. Cela outre le soutien des associations cinéphiliques ainsi que la promotion des festivals en tous genres aussi bien amateurs que professionnels.
Les solutions aux problèmes des différents secteurs du cinéma nécessitent le dialogue et la concertation avec toutes les parties concernées, ainsi que divers ministères : Education afin de développer la cinéphilie, Finances pour l'adoption de certaines taxes et l'exonération du matériel d'équipement cinématographique d'autres taxes, enfin le ministère des Affaires foncières pour le règlement des problèmes fonciers qui bloquent la création de nouvelles salles de cinéma.
Le Cnci réussira-t-il à mettre sur pied une véritable industrie du cinéma qui rendra le secteur viable et rentable? C'est ce que souhaitent, en tout cas, tous les professionnels du cinéma qui devraient, de leur côté, contribuer à ce projet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.