Tunisie : baisse des Prix du Carburant à la Pompe    Mahdia | Covid-19 : analyses négatives effectuées sur 34 personnes    Condoléances de la BNA: Faouzi Cherif    La Banque Centrale de Tunisie: lancement officiel de «Flouss»    Condoléances de la BH: FAOUZI CHERIF    Le Président de la République Kais Saïed se rend au Mausolée Habib Bourguiba    Zitoun : la cause des agents municipaux sera ma priorité    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Message du PDL à l'occasion de la 20ème commémoration du décès du Zaïm Habib Bourguiba    Coronavirus – France : Le bilan grimpe à 8.911 morts (+833)    Message de solidarité et de soutien du Comité national olympique à l'occasion de la « Journée mondiale du Sport au service du Développement et de la Paix »    Fakhfakh s'entretient avec le président de la LTDH    Tijani Haddad: Une stratégie et un conseil supérieur pour la relance du Tourisme    L'inhumation des victimes du Coronavirus ne peut entraîner la transmission du virus aux vivants    Coronavirus : Jasser Khmiri s'engage dans la lutte    Tunisie : Les deux prochaines semaines sont très importantes selon Abdellatif Mekki    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 06 Avril à 11H00    Les ressources en gaz naturel en baisse de 12%, à fin février 2020    Tunisie: Seuls 150 des personnes infectées au coronavirus se sont rendues dans les lieux de confinement    Photo du jour : Des solutions, il y en a…    Coronavirus : les joueurs de Bayern Munich reprennent les entraînements    Commission ministérielle de collecte des dons : Numéros de téléphones à contacter pour faire vos dons    Faites un don aux hôpitaux tunisiens    Coronavirus | La Manouba : Quatre nouveaux cas enregistrés    Abdelaziz Kacem - Bourguiba: le coup de pied de l'âne (Album Photos)    Par Amine Ben Gamra : Profiter de la période de confinement pour une transformation économique en profondeur, basée sur la digitalisation    Tunisie: Rejet par le personnel du champ Nawara du nouveau système de travail    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    6 nouveaux cas de coronavirus à Kébili    Dr Sofiane Zribi : Mort et deuil au temps du Corona    Institut français de Tunisie : Gardons le fil !    Kasserine : Ratissage des hauteurs de la région après l'opération de Salloum    La FTF s'engage à examiner les dossiers en suspens des ligues régionales et amateurs    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Tadjikistan : La saison de foot commence malgré le coronavirus    Le CA, de nouveau sous la pression du TAS !    « La vérité est pareille à l'eau qui prend la forme du vase qui la contient » : Ibn Khaldoun    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    Kechrida courtisé par Al Ahly    Les artistes italiens en renfort    Son rêve ? Une coproduction avec Adel Bondka !    Des jumeaux nommés ‘'corona'' et ‘'covid''    En Italie, le drapeau de l'Europe brûle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival «Khmayes Tarnène» à Bizerte : Le Malouf, un patrimoine à pérenniser
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 05 - 2019

La troupe de la Rachidia a su emporter son public bizertin dans l'ère andalouse avec ses belles mélodies de «mouwachahat» et du «Malouf» présentés durant le Festival «Khmayes Tarnène» à Bizerte.
La soirée a débuté avec diverses compositions et un nombre d'interprétations par la chorale. Puis le cocktail, qu'a chanté Sarra Nwiwi venant juste après, était une sorte d'hommage aux vedettes tunisennes du siècle dernier à travers quelques chansons célèbres, à l'instar de «Bakhnoug bent lemhamid Aicha» de Saliha et «El Achega» de Hassiba Rochdi.
Un public attentif
Tantôt en applaudissant, tantôt en suivant le rythme avec des mouvements du corps, la réactivité des spectateurs était remarquable tout au long de la soirée.
Avec les différentes tranches d'âges présentes, on conclut que «Le Malouf» est un art ancré dans l'âme des Tunisiens. En effet, la préservation et la pérennisation de cet art ne s'effectueront qu'avec le passage du flambeau aux nouvelles générations.
La star de la soirée
Nadhir Bawab en est l'exemple ; à peine à 21 ans, il maîtrise les manières et les «Tbouô» tunisiennes comme un grand. Issu d'une famille qui chante le genre soufi avec la troupe «El Azzouzia» de Zaghouan dirigée par son père qui lui-même l'a hérité de son père.
Diplômé en musique, il a voulu avoir aussi une formation académique, il donne actuellement des cours et compte terminer son mastère dans le même domaine. Après son passage au festival de Carthage en 2017, beaucoup l'appellent le petit Zied Gharsa. Un chemin qu'il a choisi avec conviction et dans lequel il a pu exceller malgré son jeune âge.
La dernière partie du spectacle était animée par Sofien Zaidi, jeune artiste et responsable de la chorale de la Rachidia, qui a su basculer avec aisance des chansons de Ali Riahi à son single typiquement tunisien «Bnayet Jari Hamouda», pour finir avec un genre plus confrérique qui rappelle les chansons de «Hadhrit el Azzouzia».
A la fin de la soirée, la direction du festival a voulu rendre hommage aux trois chanteurs, Sarra Niwi, Nadhir Bawab et Sofien Zaïdi ainsi qu'au maestro Nabil Zommit en leur délivrant des attestations et des trophées.
En fait, la «Rachidia», cette grande école, a pris son appellation du nom de son fondateur Mohamed Rachid Bey, 3e Bey de la dynastie husseinite qui était doué pour la musique. Fondée en 1934, elle reste la citadelle du patrimoine musical tunisien et un passage obligé pour tout artiste voulant maîtriser le «Malouf» et l'apprendre sur de bonnes bases.
Toutefois, le «Malouf» a été préservé grâce à de grands artistes tel feu Khmayes Ternen, en particulier dans les régions où il y a une densité de population andalouse comme Bizerte. En effet, ce festival baptisé à son nom, vient rendre hommage aux artistes qui ont fait l'art pour l'amour de l'art !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.