L'Union Européenne accorde une aide de 250 millions d'Euros à la Tunisie pour aider à la lutte contre le coronavirus    Suspension de l'émission « Lkolna Tounes » pendant trois mois    Spéculation : Quand « le crime de guerre » reste impuni.    30 nouveaux cas de Covid-19 en Tunisie    CORONAVIRUS NEWS : Le nombre de cas confirmés grimpe à 257 cas en Tunisie    La BAD place un emprunt obligataire social de 3 Milliards de Dollars    Coronavirus : La présidence de la République appelle à soutenir les Palestiniens    Coronavirus | Le Kef : 3 agents de santé contaminés    En vidéo : Découvrez les coulisses de Désinfection des magasins Monoprix    Pas de cas de contamination au coronavirus dans les centres des femmes victimes de violence, de la protection de l'enfance et des personnes âgées    Coronavirus : bientôt une liste complémentaire des détenus à gracier    Earth Hour : éteignez vos lumières... et vos écrans    Coronavirus : l'Espagne bat un triste record mondial    Monopole au temps du Corona : 30 tonnes de semoule découvertes et saisies    Coronavirus | Mahdia : Deux membres d'une même famille contaminés    Coronavirus : "Je manquais d'air", raconte Dybala    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Coronavirus : Quelle date pour les demi-finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 mars à 11H00    Coronavirus – Tunisie : Bassirou Compaoré parle de la situation des joueurs étrangers pendant le confinement    La Tunisie réceptionne ce samedi une importante aide médicale de la part de l'Union africaine – L'aide est financée par une entreprise chinoise privée.    Covid-19 : L'homme le plus riche au monde fait un appel aux dons en faveur de ses employés    Le Président Kais Saïed entre en contact avec ses homologues du Koweït, de l'Egypte, de la Palestine et du Niger    Coronavirus : Mikel Arteta « complètement guéri »    Décès de l'ancien militant et maire de Sfax, Ahmed Zghal    Télétravail à l'ARP : projet de loi sur la délégation de pouvoir au chef du gouvernement examiné    Météo: Prévisions pour samedi 28 mars 2020    Covid-19: Salvini menace de quitter l'UE    Le torchon brûle toujours !    Gantz ouvre la voie au maintien de Netanyahu    Orange Tunisie lance l'option Bon Plan 25 Go à 10 DT    Hamed Karoui disparait à l'âge de 93 ans    Vous êtes trop petits !    La Tunisie entre l'enclume de la pandémie et le marteau de la finance publique    Billet de banque de 10 DT en hommage aux personnels soignants    La FTF va, incessamment, verser les émoluments des arbitres    La récupération après la levée du couvre-feu et du confinement    Al Ahly saisit la FIFA, mais, au juste, à qui la faute ?    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Coronavirus : 144 nouveaux décès en Iran, bilan total de 2.378 morts    Un navire US dans le détroit de Taiwan    La France retire ses troupes d'Irak    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Découvrez le dernier court-matrage de Tarek Sardi : À tribord, je vomis. – To starboard, I vomit. – يمين البكوش    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival du rire 2020 | «Mamou et Chehyma» : le triomphe de l'amitié
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 02 - 2020

Le Théâtre municipal de Tunis a accueilli, dans le cadre de la 11e édition du Festival du rire, la comédie dramatique «Mamou et Chehyma» qui marque le retour sur scène de Kamel Touati après quelques années d'absence. L'affiche est plus qu'alléchante et réjouissante. Aux côtés de Kamel Touati, un compagnon de route, Slah M'sadek, et Lassaâd Ben Abdallah, qui a assuré aussi la mise en scène de la pièce dont la première a eu lieu le 13 février dernier au Théâtre municipal de Tunis. La pièce aborde un sujet noble : l'amitié interprétée par des comédiens chevronnés et inspirés.
Durant presque deux heures (ce qui est un peu long), Kamel Touati et Slah M'sadek se sont déchaînés, étalant leur talent de comédien incontestable. Le décor représente un atelier d'artiste avec tous les accessoires : un immense tableau dissimulant la partie supérieure de l'espace, un autre en cours d'exécution posé sur un chevalet, une longue table et des chaises, un escalier menant à l'étage supérieur, antre de Hamouda, frère de Mamou, accordeur de piano aveugle dont on entend seulement la voix et qui n'apparaîtra qu'à la fin de la pièce.
On ne peut pas ne pas penser à «Art» de Yasmina Reza, pièce culte au succès planétaire qui parle d'art et d'amitié. Mais là s'arrête la comparaison. Pour le reste pas de ressemblance. Le texte original de «Mamou et Chehyma» est signé par le trio d'acteurs qui chacun selon sa sensibilité et son background a mis du sien pour concocter des situations agrémentées de dialogues savoureux tissés de mille mots issus du dialecte tunisien riche en métaphores et sous-entendus. L'argument est simple. Trois amis de 30 ans se retrouvent au cours d'une nuit pluvieuse. Mamou (Kamel Touati), peintre académique vivant sous le même toit avec son frère Hamouda (Lassaâd Ben Abdallah), accordeur de piano aveugle, reçoit son ami Chehyma (Slah M'sadek), peintre naïf.
Le motif de leur rencontre : discuter de la préparation d'une exposition organisée par Frida, une connaissance de Mamou, empêchée d'assister à cette rencontre en raison des fortes intempéries. A cause des manigances de Frida, Chehyma décide de ne pas participer à l'exposition. L'amitié des deux peintres s'envenime. La mise en scène de Lassaâd Ben Abdallah est subtile, dans la mesure où elle met l'accent essentiellement sur cette amitié ébranlée, en plaçant face à face les deux peintres qui vont se faire des aveux sur la situation de l'art dans un pays qui se débat dans des problèmes politiques, économiques et sociaux. Les deux vieux schnock reclus dans leur atelier ne sont pas épargnés des dégâts extérieurs. Le metteur en scène réduit la polémique sur l'exposition qui n'est au fond qu'un prétexte révélant l'état d'effritement de leur amitié même si le point de départ de cette fracture reste l'opposition de leur démarche picturale et l'éternel débat entre les deux écoles : art contemporain et art naïf, le point de mire de la pièce est la question de l'amitié et de ce qui peut l'ébranler après tant d'années.
Une amitié désintéressée où l'un se projette dans l'autre. C'est par le biais de la comédie noire que les auteurs du texte abordent cette amitié au bord de l'explosion, mais beaucoup d'autres questions en rapport avec la société sont également soulevées de manière à la fois drôle et corrosive : l'état des chaussées et des routes, la cherté de la vie, les rouages de l'administration, les relations humaines intéressée, etc. Une image fantasmée du quotidien. Les auteurs appuient là où ça fait mal entre autres le rapport à l'autre. Kamel Touati, populaire pour son rôle de psy dans «Choufli hal», diffusé encore chaque soir sur la chaîne publique Wataniya 2, en fait des tonnes. C'est lui qui domine la scène avec son bagou et sa présence imposante face à un Slah M'sadek qui campe le rôle d'un personnage écrasé et parfois humilié par un ami qui prend le dessus.
Lassaâd Ben Abdallah atterrit vers la fin du spectacle pour étaler ses caprices au cours d'un repas partagé qui aboutit à la réconciliation des deux amis. Un coup de fil de Frida mettra fin à leur embrouille. L'exposition, qui leur était dédiée, est annulée au profit d'une autre réalisée par de jeunes artistes. Entre malentendus et jeux de pouvoir, «Mamou et Chehyma» examine la complexité des relations humaines, de la solitude dans un monde qui se fissure et où l'égoïsme, le négoce, l'imposture et l'avidité envahissent les rapports entre les gens. Sous le mode de l'humour et de la drôlerie, la pièce bouscule nos certitudes et nous ramène à des valeurs qui se perdent. C'est aussi cela le rôle du théâtre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.