Al-Joumhouri : le remaniement visait l'exclusion des ministres « proches de la présidence de la République »    Tunisie – Harouni accuse le président de la République    HUAWEI : L'intégration d'un seul écosystème dans les milieux professionnelle moderne    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Participer à la grande étude sur les contributions économiques et sociales des Tunisiens de l'étranger    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie-Ennahdha: Le Conseil de la Choura dénonce les actes de violence    Voici la date des soldes d'hiver    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Manque flagrant en lits de réanimation dans les régions intérieures    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Kasserine : 15 personnes arrêtées pour actes de vandalisme    D'un sport à l'autre    Coronavirus: Le bilan s'alourdit à Sfax    Hand – Mondial 2021 : Programme de la 3ème journée    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    Tunisie [Vidéo]: Protestations des avocats à Médenine contre un juge pour la publication de posts sur Fabebook    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Volte-face de Abdessalem Younsi: Retour à la case départ    Hand – Mondial 2021 : Qui est Mehdi Harbaoui, l'un des hommes du match face au Brésil ?    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec Sana Chamekh, artiste visuelle : La chenille devient papillon
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 07 - 2020

«Des œuvres qui représentent des sentiments que j'ai traversés afin de «guérir et de trouver ma paix en tant que femme dans cette société qui essaie de me façonner dans tout ce qui fonctionne mieux pour son image»
Elle s'appelle Sana Chamekh, elle est née en 1995 et c'est une artiste visuelle qui commence à tracer son bout de chemin. Plus dans l'action que dans les futiles bavardages, elle travaille discrètement sur sa pratique et expérimente différentes techniques.
Pour son cursus universitaire, Sana a commencé par intégrer l'école des beaux-arts, des études qu'elle a choisi d'interrompre pour s'essayer au stylisme à Esmod (où elle a d'ailleurs obtenu le 1er prix pour sa collection). «C'est là que j'ai eu l'idée de travailler sur des imprimés de vêtements en dessinant directement sur les tissus. Au gré des hasards, j'ai pu expérimenter différentes techniques», nous dit-elle.
Elle a complété ses études par différents stages avec des stylistes mais aussi dans le long métrage «Stream» de Mehdi Hmili en tant qu'assistante costumière.
Elle a su faire se rencontrer les deux univers du stylisme et des arts plastiques, en faisant du tissu son support et matériau de prédilection.
img data-attachment-id="66917" data-permalink="https://lapresse.tn/66915/rencontre-avec-sana-chamekh-artiste-visuelle-la-chenille-devient-papillon/sana-chamekh1/" data-orig-file="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?fit=850%2C491&ssl=1" data-orig-size="850,491" data-comments-opened="1" data-image-meta="{"aperture":"0","credit":"","camera":"","caption":"","created_timestamp":"0","copyright":"","focal_length":"0","iso":"0","shutter_speed":"0","title":"","orientation":"0"}" data-image-title="Sana-Chamekh1" data-image-description data-medium-file="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?fit=300%2C173&ssl=1" data-large-file="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?fit=850%2C491&ssl=1" class="aligncenter wp-image-66917 size-full jetpack-lazy-image" src="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?resize=850%2C491&ssl=1" alt width="850" height="491" data-recalc-dims="1" data-lazy-srcset="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?w=850&ssl=1 850w, https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?resize=300%2C173&ssl=1 300w, https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?resize=768%2C444&ssl=1 768w, https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?resize=519%2C300&ssl=1 519w" data-lazy-sizes="(max-width: 850px) 100vw, 850px" data-lazy-src="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Sana-Chamekh1.jpg?resize=850%2C491&is-pending-load=1#038;ssl=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"
A la manière d'une chenille qui devient papillon, Sana est sortie de son cocon pour se révéler au public, récemment, lors d'une exposition collective aux côtés de Younes Ben Slimane et Ymen Ben Rhouma intitulée «De toutes pièces» et abritée par l'atelier «Y» à la Marsa.
Elle y présente une série d'œuvres et autres fruits d'expérimentations techniques où elle mixe tissus cousus ou collés, acrylique, graphite et crayon.
Des œuvres qui représentent, comme elle le note, «des sentiments que j'ai traversés afin de «guérir» et de trouver ma paix en tant que femme dans cette société qui essaie de me façonner dans tout ce qui fonctionne mieux pour son image».
On y lit une sorte de biographie après convalescence ou réconciliation, une autopsie d'affects. Un propos d'une sincère sensibilité qu'elle accouche sur le tissu, ce dernier se fait chair et est le réceptacle de ses ressentis, de ses émotions… A coups de crayon et/ou de pinceau, elle incise la chair pour y révéler ses cris intérieurs…La chair décousue est ensuite cousue, aux lambeaux superposés qu'elle restitue et soigne petit à petit dans un processus cathartique.
«J'ai dit que je déteste mon corps et mon corps me déteste. Mon corps est mon plus grand ennemi. Je suis passée par l'expérience inversée lorsque mon corps se sentait vraiment malade, j'étais alors extrêmement consciente de la façon dont il travaillait dur et à quel point il se battait pour me maintenir en vie. J'ai alors commencé à voir mon corps comme un allié, ce corps qui a pris soin de moi dans les moments les plus durs… J'ai commencé à nourrir une nouvelle croyance, je pouvais faire confiance à mon corps pour me dire la vérité. Qu'est-ce que la douleur, après tout, si ce n ‘est le langage du corps ? Et le mien, son message était tout simplement qu'il n'y avait plus rien à guérir…», c'est par ces mots que Sana exprime cette période de douleurs vécue et qu'elle a pu surpasser. Des mots auxquels donnent la réplique ses quatre œuvres où une mélancolie féminine est exprimée dans tout ce que la chair peut englober, contenir et ressentir dans une société qui la veut malsainement sienne. Bonne continuation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.