Le gouvernement de compétences indépendantes : Les doutes de Zouheir Maghzaoui    Forte réduction du déficit commercial de la Tunisie, à fin juillet 2020 (INS)    Veto contre un gouvernement de technocrates !    Drame sans précédent pour une ONG française    Le chef du gouvernement annonce la démission de son gouvernement    La Loya Jirga autorise la libération de 400 taliban    Boussaïdi et Maâla à la barre !    Tests RT PCR même pour les personnes provenant de la zone verte !    ''La Covid 19 a révélé une forte présence des femmes dans les professions vitales''    Une école d'été pour la culture    BRUITS ET CHUCHOTEMENTS    Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand    Tunisie: Adnen Mansar: Kais Said a parié sur la volonté des partis d'éviter des élections anticipées    Mise en place d'une commission nationale chargée du transport et du stockage des produits chimiques dangereux    2ème édition « balades solidaires » le 12 et 13 août au Palais de l'artisan à l'occasion de la fête nationale de la femme    Real Madrid : Alphonse Areola retourne au PSG (officiel)    Tunisie [vidéo] Maghzaoui qualifie le gouvernement de compétences indépendantes de bonne idée qui ne peut pas être réalisée    Vladimir Poutine annonce que la Russie a développé un vaccin contre le coronavirus    Sidi Bouzid : Réouverture de la ligne ferroviaire n°13 et reprise d'activité de la mine de phosphates de Meknassi    Des étudiants libanais accueillis à Tunis : Pourquoi 200 seulement ?    Visite dans le gouvernorat de Jendouba : La betterave à sucre, source de richesse pour la région    Secteur de l'artisanat : Les artisans attendent les réformes avec impatience !    Tunisair : Chute de 97% du nombre de passagers transportés durant le deuxième trimestre 2020    Tunisie : Les nouveaux prix de l'essence et du Gasoil dès le 11 août 2020    Tunisie : Annulation d'une desserte du car-ferry CARTHAGE à destination de Marseille    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    Ligue 1 (19e journée) | L'USM à un point du dauphin sfaxien : Ambition intacte !    POINT DE VUE | Les calculs du bas du tableau !    CONDOLEANCES : Halima ROUISSI    BCT : Le solde budgétaire se creuse à -3.847 MDT à fin juin 2020    CONDOLEANCES : Hadda BEN AISSA    MEMOIRE : Med Sghaier ABID LADEB    Espace "El makhzen" ferme ses portes: Un agitateur culturel de la médina de Tunis capitule…    Théâtre | Jamel Madani traite du statut de l'artiste    Handball | Championnat féminin de beach hand : Menzel Temime haut la main    Programme TV du mardi 11 août    Abdelkader Maalej: Les cendres d'Hannibal    Ligue 1 – L'US Monastir veut reprendre la 2e place    L'Evolution du Coronavirus au Maghreb arabe : l'Algérie et le Maroc toujours au coude-à-coude !    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Une première en Tunisie: un hôtel réservé aux animaux    Météo : Températures légèrement en hausse    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    Tunisie – Jeunesse et sports : L'appel solennel de Haythem Kilani au chef du gouvernement    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    Tunisie: L'expulsion par l'Italie d'immigrés clandestins tunisiens, viole tous les accords, selon Sami Ben Abdelali    Centenaire Mokhtar Hachicha: La voix, le verbe et la verve    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait | Nagham Hodaifa, artiste peintre : Elle a la peinture dans la chair…
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 07 - 2020

«C'est dans la durée que l'œuvre rejette le superflu et s'approche plus de l'authenticité».
On a découvert son travail grâce à l'initiative «Fruits confinés» lancée par Elbirou Gallery lors du confinement. Elle s'appelle Nagham Hodaifa, elle est artiste peintre syrienne, installée à Paris, et c'est autour et sur le gant (comme seconde peau) qu'elle a proposé un récit pictural pour ce projet. Son lien avec la Tunisie s'est fait lors de son séjour à la maison de la Tunisie à la Cité Internationale Universitaire de Paris où elle s'est liée d'amitié avec les deux artistes tunisiens Wissem El Abed et Najah Zarbout. Avec cette dernière, elle a, par la suite, collaboré dans une exposition abritée par la galerie Elbirou.
Nagham se définit avant tout comme artiste peintre, la peinture étant pour elle une nécessité qui a toujours orienté sa vie. «Un besoin ni philosophique ni littéraire…», note-t-elle. Portrait.
Née en 1981 en Syrie, Nagham Hodaifa vit et travaille à Paris depuis 2005. Elle a fait l'Ecole des beaux-arts de Damas avant d'intégrer l'Université de Paris 1 Sorbonne-Panthéon où elle a entamé ses études théoriques qui ont abouti à un doctorat en histoire de l'art. Sa pratique artistique prend racine et corps de la matière brute qui demeure essentielle pour elle.
Son œuvre, comme elle le précise, raconte, en premier lieu, la condition humaine au moyen de la représentation du corps. «Ce dernier, parfois dansant, entier ou fragmenté, n'a cessé de se transformer dans mon univers pictural, en corps-paysage, parfois sans tête, ni visage. Il est anonyme, dissimulé par un drapé uni au geste», écrit-elle dans ce sens.
img data-attachment-id="67773" data-permalink="https://lapresse.tn/67771/portrait-nagham-hodaifa-artiste-peintre-elle-a-la-peinture-dans-la-chair/nagham-hodaifa1/" data-orig-file="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Nagham-Hodaifa1.jpg?fit=354%2C491&ssl=1" data-orig-size="354,491" data-comments-opened="1" data-image-meta="{"aperture":"0","credit":"","camera":"","caption":"","created_timestamp":"0","copyright":"","focal_length":"0","iso":"0","shutter_speed":"0","title":"","orientation":"0"}" data-image-title="Nagham-Hodaifa1" data-image-description data-medium-file="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Nagham-Hodaifa1.jpg?fit=216%2C300&ssl=1" data-large-file="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Nagham-Hodaifa1.jpg?fit=354%2C491&ssl=1" class="wp-image-67773 size-full aligncenter jetpack-lazy-image" src="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Nagham-Hodaifa1.jpg?resize=354%2C491&ssl=1" alt width="354" height="491" data-recalc-dims="1" data-lazy-srcset="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Nagham-Hodaifa1.jpg?w=354&ssl=1 354w, https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Nagham-Hodaifa1.jpg?resize=216%2C300&ssl=1 216w" data-lazy-sizes="(max-width: 354px) 100vw, 354px" data-lazy-src="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2020/07/Nagham-Hodaifa1.jpg?resize=354%2C491&is-pending-load=1#038;ssl=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"
Corps/paysage, corps métonymique, corps tissu (drap drapé, chemise de nuit) ou plutôt corps/mémoire, autant d'articulations et de manifestations de ce qui raconte notre intimité, notre histoire, une temporalité…
Le corps est abordé sous différents angles de vue (et autres découpages et cadrages) sur la toile, pour se faire, dans certaines œuvres, «visage lointain, mains, pieds en plongée marquant le seuil du regard».
«Je fais rarement un dessin préparatoire. Le dessin est autonome, quotidien, premier, il est une fin en soi ; la peinture, fondamentale, instantanée, manifeste la couleur, l'espace, les strates et la mémoire», précise-t-elle. Et cela donne lieu à une peinture sans filtres, au propos direct et selon une échelle variable, abordée le plus souvent en technique mixte (pigments, encre, acrylique, colle, huile ou différents procédés de gravure : pointe sèche, aquatinte, xylographie...) et s'affirmant par couches et tons variés et par l'apport doux de la transparence, de l'opacité et de la lumière…
Ses projets se répandent et évoluent dans le temps mais pas d'une manière linéaire : «des thèmes traités en 2010 ont été repris en 2019, des toiles réalisées en 2006 ont été le sujet de mes spectacles en 2009; et des toiles commencées il y a plusieurs années sont toujours en cours de réalisation», explique-t-elle et de noter encore que le temps de son œuvre s'inscrit intemporellement dans le registre de l'intime et des sensations.
Nagham invoque dans sa démarche, d'une manière récurrente, l'interdisciplinarité des arts, un dialogue avec d'autres disciplines et avec le public qui donne une autre dimension à son travail. Elle a, ainsi, souvent travaillé avec des musiciens et des danseurs. Ces créations, sous forme de performance ou de spectacle vivant, sont pour elle une étape dans le processus créatif qui sera repris dans son atelier et deviendra une matière à retoucher et à finaliser… «La performance me donne une stimulation qui n'est pas possible dans l'activité solitaire du peintre», souligne-t-elle dans ce sens.
La première exposition personnelle de l'artiste remonte à 1997 en Syrie, depuis elle a exposé, en solo ou en groupe, un peu partout en France, à Dubai, au Maroc et en Tunisie. Actuellement elle a un projet en cours intitulé «Nostalgie méditerranéenne». Bon vent !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.