Météo: Prévisions pour mercredi 21 octobre 2020    Hakim El Karoui : Chaque acte terroriste commis au nom de l'islam rejaillit sur les musulmans de France    Ligue des champions de l'UEFA : Voici les résultats de ce mardi 20 octobre 2020    Les agences de voyage désenchantées face à un Etat désemparé    La Tunisie a enregistré 1723 nouveaux cas de Coronavirus et 24 morts le 19 Octobre    Tournoi d'Ostrava : Ons Jabeur passe en 8e de finale    Tunisie – Formation du nouveau bureau exécutif de la Fédération Tunisienne de l'Hôtellerie    PSG vs Manchester United : Où regarder le match de la ligue des champions du 20 octobre?    Le ministère de l'éducation lance, prochainement, un bouquet de chaînes satellitaires éducatives    Les oléoducs et les occidentaux en Arabie Saoudite cibles de L'EI    Bras de fer engagé autour de résultats non-proclamés    Les entreprises du textile mutent vers des produits chimiques plus sûrs    Londres attend encore des concessions de l'UE    10 migrants repêchés au large de Gabès    Majdouline Cherni tacle Wadii Jary    Formation professionnelle en alternance en Allemagne au profit des jeunes demandeurs d'emploi    Adnen Lassoued: «Le système national de la statistique doit entamer sa mutation digitale »    Avec toutes nos dépenses, est-il encore envisageable de relancer l'économie ?    USA : Les micros de Donald Trump et Joe Biden seront plus souvent coupés lors du prochain débat    Tunisie : Premier hackathon interuniversitaire en biologie sur une plateforme africaine    Nouvelle composition du bureau de l'ARP    Découverte d'illustrations de piment sur un sol en mosaïque romaine à Borj El Amri    Répartition du budget du ministère de la Culture pour l'année 2020 (Tunelyz)    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Octobre 2020 à 11H00    Tunisie [Vidéo]: Des agriculteurs poursuivent leurs protestations à Béja    CONDOLEANCES : Fethi Nsir    Le réseau Internet haut-débit promis par la firme d'Elon Musk commence à prendre forme.    LFC 2020 : Hausse du budget de l'Etat de 9,5% et aggravation du déficit budgétaire à 13,4% du PIB    Tunisie : Mustapha Ben Ahmed agressé verbalement par Abdelattif Aloui    Israël et les EAU signent un accord d'exemption de visa    Tunisie : La députée Souhir Askri boycotte la séance plénière consacrée à la discussion de l'amendement du décret-loi 116    NEWS | Jamel Khcharem passe devant !    ESS | Mehdi Nafti s'est désisté après avoir signé le contrat : Les dessous d'un départ précipité...    Tunisie : Le syndicat national des journalistes appelle les journalistes à protester    Femme violentée, députée agressée, femme contre le terrorisme    Tunisie: Trois décès et 16 infections au coronavirus à Monastir    Kaïs Saïed en tête des intentions de vote pour la Présidentielle    Le CEPEX lance une étude sur la restructuration du FOPRODEX    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse        Exercice naval tuniso-français au large des côtes françaises (Défense)    Dix chefs d'Etat et de gouvernement africains appellent les dirigeants du monde entier à accroître leurs investissements en faveur du FIDA    Oscars 2021: Le CNCI appelle les producteurs tunisiens à soumettre leurs films avant fin octobre    L'UNESCO appelle tous les professionnels de la culture à participer à une édition spéciale en ligne, ResiliArt    Mes odyssées en Méditerranée: Trapani-Tunis : les premières Loges maçonniques italiennes en Tunisie    le metteur en scène et comédien Naoufel Azara, à la presse: « Les idées simples changent le monde »    Cheikhs en confidences: Sfax en profondeur, un roman qui nous replonge dans l'atmosphère des années 50    La mystérieuse Dame de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Billet | Une menace pour le présent et pour l'avenir
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 09 - 2020

Difficile de ne pas aimer le football lorsqu'on fait de la politique, à moins de se mettre sur le dos des milliers de compatriotes. Le sport le plus populaire est devenu le refuge de tous ceux qui se cherchent une nouvelle conduite, une certaine reconnaissance. Culte populaire, pouvoir financier et politique, enjeu géopolitique, il est devenu un phénomène complexe et multiforme.
Beaucoup de politiques sont arrivés à la conclusion que c'est souvent par le football que les maux de la société s'expriment. Le sport le plus populaire est, en effet, devenu plus qu'un simple loisir. Les valeurs qu'il véhicule sont aussi sonnantes que celles des causes nobles. Il représente jeu, plaisir, mais aussi un idéal démocratique en acte. Les légendes qui continuent à le structurer marquent la société toute entière.
Cependant, victime de son succès, le football est aujourd'hui instrumentalisé. Compte tenu du fait que la plupart des Tunisiens ne semblent plus aujourd'hui s'intéresser à ce que beaucoup d'hommes politiques prétendent, à ce qu'ils préconisent, dans la mesure aussi où ils ne sont plus prêts à leur accorder la moindre attention, on ne s'étonne plus de la présence de certains dans un milieu auquel ils n'appartiennent pas et dans lequel ils ont peu de place. Leur présence n'a d'ailleurs jamais été souhaitée. Pas seulement au vu de leurs limites en connaissances sportives, mais aussi à travers les propos, les idées et les discours qu'ils ne cessent d'exprimer, et surtout en raison de l'absence de vision et de projets sportifs valables. On est aujourd'hui en droit de douter du bien-fondé de ce qui est entrepris ici, à l'instar notamment de la décision de baptiser le stade de Radès du nom de l'un des plus grands joueurs du football tunisien, en l'occurrence Hammadi Agrebi, et toute la polémique qui s'en était suivie.
Utilisé, instrumentalisé, le football auquel on assiste aujourd'hui n'a plus la même carte d'identité. Il n'a plus la même crédibilité. Il n'est plus à l'abri de la récupération politique. Il attire de plus en plus d'intrus, d'importuns, de gênants. D'indésirables. Résultat : ses différents acteurs et lui se perdent dans des circuits impossibles à tracer, à cerner. Que ce soit sur le terrain ou ailleurs, il est loin d'être moral. Il affectionne des parties emblématiques. Des fois symptomatiques. Il perd ses vrais leaders et ne sert presque plus de modèle sur lequel les générations futures pourraient vraiment s'identifier.
Cela est devenu impérieux pour le football et pour ses fondements. Cela donne aussi une certaine insipidité à un environnement de plus en plus fomenté. Cela met enfin à nu cette tendance chez beaucoup de politiques à vouloir se relancer à travers le football. Il y en a qui sont omniprésents et interviennent souvent, rien que parce que le sport exerce un charme et une force d'attraction extraordinaires.
Si on sait comment l'entourage du sport numéro un est tombé si bas, on n'a jamais su prendre les mesures nécessaires pour y faire face. Pour avoir à composer avec des intrus, le football tunisien risque de se heurter encore davantage à d'autres modes de récupération encore plus contraignants. Ce qui constitue déjà une menace majeure pour le présent et pour l'avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.