Dialogue national, Echaâb soutient l'initiative de l'UGTT    Kaïs Saïed: Il faut distribuer le vaccin d'une façon équitable    Mariés depuis près de 50 ans, ils meurent du Covid-19 le même jour    Coronavirus: De nouvelles contaminations au Kef    OMS-Europe: Les vaccins anti Covid-19 pourraient changer les règles du jeu    Al-Qardaoui prône la polygamie en Tunisie    L'ITES et TSC annoncent le lancement d'un appel à candidatures pour le programme Tunisian Smart Cities    La Tunisie adhère à la Coalition internationale pour l'Egalité salariale    L' élection américaine de 2020    L'ONU lève l'interdiction de voyage pour six mois de l'épouse de Kadhafi et sa fille Aïcha    Foot : Hamza Mathlouthi porte plainte contre le Club Sportif Sfaxien    Il faut faciliter l'accès des handicapés à l'information et au marché de l'emploi    Réglementation de change, appel à une réglementation de change moins contraignante    En Vidéo : Pollupa, un mode de vie Zéro Déchets    Ligue 1 : programme de la 1ere journée    REMECIEMENTS ET FARK : Abdelwaheb CHAARI    Programme TV du jeudi 03 décembre    Le Real Madrid prévoit 617 millions d'euros de revenus pour la saison 2020-2021    Une nouvelle initiative, le marché solidaire des artisans à l'IFT    Stephanie Williams met en garde contre l'existence de 10 bases militaires et 20.000 combattants étrangers en Libye    CONDOLEANCES    ARP/Débat budgétaire : Les députés réclament une réforme des systèmes des subventions et des circuits de distribution    Le Samsung Brand Shop Centre Urbain Nord vend dorénavant des produits électroménagers    ST : Les dernières retouches !    JSK : Okbi aux commandes    CAF : sanctions réduites pour Khalil Chammam et Abderraouf Benguit    L'Algérie et l'Egypte, futurs pays de production du vaccin russe Spoutnik V?    Leasing : Proparco accorde à l'ATL un prêt de 15 millions d'euros    Tunisair s'attend à la reprise du rythme ordinaire de son activité commerciale au cours de l'année 2021    Tunisie – Concours 6ème, 9ème et Bac 2021 : Prolongation des inscriptions jusqu'au 06 décembre    Direction générale de l'action culturelle : Les animateurs culturels en formation    Youssef Lachkhem, directeur général de l'établissement national pour la promotion des festivals et manifestations culturelles et artistiques, à La Presse : La culture, la Covid et les festivals, quelles perspectives ?    ARP/Budget 2021 : Des députés plaident pour la transformation de la Poste en "banque postale"    Covid-19 : une ligne de financement pour aider les travailleuses domestiques    En photos : Les Tunisiennes font crépiter les flashs au festival du film du Caire    Coronavirus: Bouraouia Agrebi: Le ministère de l'Education n'a pris aucune mesure au profit des personnes handicapées    L'ancien chef d'Etat français Valéry Giscard d'Estaing n'est plus    On nous écrit | L'Hôtel du Lac, symbole en péril : Grandeur et décadence    Tunisie: Kais Saied, mécontent des prestations de la mairie de Tunis    Europa League (Milan AC) : l'entraîneur Stefano Pioli guéri du Covid-19    Météo : Températures en baisse    3463 contaminations en milieu scolaire    Photo du jour : Hommage à Henri Teissier, Archevêque d'Alger ? homme de tolérance et du dialogue interreligieux    La terrasse de la liberté    Aïcha Ben Miled et Najla Ben Abdallah en lice pour les César 2021    «Visions du présent et du passé», exposition d'Ali Zenaidi    Tony Blinken: L'Américain qui aime Carthage    Présentation du projet de réhabilitation du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commentaire | Un modèle de développement essoufflé
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 10 - 2020


Par Anis SOUADI
Incapacité de servir les priorités nationales et de résoudre les questions stratégiques : inégalités sociales, chômage et pauvreté.
La crise du Covid-19 continue à alourdir le bilan social, à enfoncer encore plus l'économie nationale dans les difficultés et à «ravager» ses fondamentaux.
Les dernières statistiques confirment que la récession économique est actuellement à un stade inédit d'environ 5% et pourrait se situer, au terme de l'année en cours, aux alentours de 7%.
Le taux de chômage est, lui aussi, à son plus haut niveau avec plus de 20% et risque de connaître un seuil alarmant d'ici quelques mois, surtout si l'hémorragie des pertes d'emplois continue. On relève justement qu'au cours du second semestre 2020, l'économie nationale a perdu plus de 50 mille de l'effectif de sa population active.
Un nouveau coup dur qui a impacté sérieusement le niveau de vie national. On parle ainsi d'une détérioration de plus de 50%.
Toutefois, la crise du Covid-19 n'est pas la seule cause de cette situation critique. En effet, depuis 2011, l'économie nationale n'a cessé de subir les chocs et de perdre, à chaque fois, de nouveaux « repères ».
Et c'est certainement la faute à un modèle de développement économique défaillant, stéréotypé et peu réactif, car incapable de répondre aux exigences aussi bien actuelles que futures.
D'ailleurs, certains experts locaux et étrangers ne ratent aucune occasion pour «dénoncer» la fragilité de notre modèle de développement, la faiblesse quelque peu généralisée de ses principales structures et le manque de qualification de ses «gestionnaires».
C'est un modèle qui se retrouve donc totalement essoufflé et qui ne peut plus servir les priorités nationales et surtout résoudre les questions stratégiques : les inégalités sociales, le chômage et la pauvreté.
Et c'est surtout cette question de pauvreté qui inquiète le plus. Justement, selon un rapport de la Banque mondiale sur la pauvreté et la prospérité partagée, notre pays compte plus de deux millions de pauvres, presque le quart de la population. Et c'est notamment dans le centre-ouest et le nord que les taux sont alarmants. Cela s'explique, bien entendu, par les écarts monstres entre les régions, favorisés surtout par un modèle de développement statique qui ne cesse d'amplifier les inégalités sociales.
Ce qui est encore plus grave, c'est qu'il n'est pas exclu que le taux de pauvreté connaîtrait des proportions beaucoup plus importantes. Et c'est plutôt prévisible, surtout que tous les gouvernements qui se sont succédé depuis une dizaine d'années n'ont jamais réussi à mettre en place des stratégies et des approches efficaces. Tout ce qu'ils ont pu réussir, c'est émettre de simples mesures d'accompagnement isolées et peu planifiées, ce qui témoigne de la timidité de leur impact.
La question semble complexe et bien délicate. La mission du gouvernement l'est certainement encore plus.
Pourtant, pour certains observateurs, trop optimistes certainement, la situation est douloureuse certes, mais elle n'est pas permanente. Lorsque nos décideurs se remettront à la planification sérieuse, on pourrait espérer un redressement possible.
Comprendre, qu'indépendamment de la complexité de la conjoncture et de la gravité des indicateurs actuels, il y aurait toujours une porte de sortie. Une reprise, même progressive, est toujours possible pour peu qu'il y ait une volonté réelle.
Mais le plus important serait certainement d'avoir, comme l'a récemment rappelé Hakim Ben Hammouda, sur ces mêmes colonnes, des politiques publiques courageuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.