Olivier Poivre d'Arvor nouvel ambassadeur des pôles et des enjeux maritimes    Disparition | Diego Maradona, la légende du football, n'est plus    300 millions d'euros de l'UE pour alléger la crise de la Tunisie    Tunisie : Hasna Ben Slimane persiste et signe l'acte de naissance de la république des bras-cassés    L'ordre judiciaire a décidé la levée de l'immunité au premier président de la cour de cassation Taieb Rached    Netanyahu se rendra "bientôt" à Bahreïn    Un camp de migrants violemment démantelé en plein Paris    La tension monte en Thaïlande    La France et l'union européenne financent des projets qui bénéficient au quotidien aux habitants du grand Tunis    La société pétrolière ATOG veut développer ses investissements dans les énergies renouvelables en Tunisie    «Laisser-faire»... et les journalistes laissés pour compte !    Tunisie: Mise en place d'une machine de dépistage du Cancer du sein au centre de la protection materno-infantile à Mellassine    Une enveloppe de 6 MD sera allouée à la réhabilitation des jardins d'enfants municipaux    « Les Tunisiennes et le cinéma », une louable initiative    The Best Fifa Awards 2020 : Voici la liste des nommés    Béja | Paralysie de l'activité économique en raison de la grève générale    La société Partner Investment acquiert 15% de SITS    Chômage, toxicomanie et terrorisme, les menaces appréhendées par les jeunes de Tataouine, Kasserine et Douar Hicher    Tunisie-Mise à jour de la situation sanitaire à Kasserine : Un décès et 108 nouvelles contaminations    SAMI AOUADI – Professeur d'économie à l'Université de Tunis El Manar: «Il faut briser l'isolement des régions intérieures»    [Tribune] Avons-nous perdu le pouvoir de l'ambition ?    Football : Programme TV de ce mercredi 25 novembre 2020    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    Aide européenne de 3,2 MDT au secteur de la jeunesse pour atténuer l'impact du coronavirus    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 25 Novembre 2020 à 11H00    Tunisie : Fawzi Mahdi : "il est attendu que le nombre des morts , d'ici fin novembre, passe à 1617"    Violence contre la femme : Des associations et organisations de la société civile appellent à l'adoption d'une approche basée sur la prévention et l'éducation aux droits humains    40e jour de son décès : Naama, la voix de la Tunisie    Le vaccin Spoutnik V pourrait être produit en Allemagne    Agence de notation Fitch Ratings – révision de la perspective de la Tunisie de stable à négative: Reconstruire en mieux    La Tunisie sera parmi les pays ciblés par le projet Neofarming Africa    Tunisie : Othman Jerandi préside l'ouverture de la 37e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie    De la Garde Beylicale à la Garde présidentielle: Ces hommes qui suivent nos présidents comme leur ombre    CONDOLEANCES: Feu El Borni BEN FITOURI    Feu vert de la BCT pour l'acquisition par Carte de 39% du capital de l'UBCI    L'Ambassade de l'enfance: 70% des agressions sexuelles ciblent les enfants !    Tourisme : Serait-ce le bout tunnel ?    Rugby : Kamel Déguiche s'enquiert des préparatifs des sélections en prévision des JO et de la coupe du monde    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    WEBINAIRE | «Les arts du spectacle vivant au temps du coronavirus en Tunisie», organisé par Al Badil-L'Alternative Culturelle: Et les arts de la scène dans tout ça ?    On nous écrit | « Untitled », l'exposition collective à la Galerie Selma-Feriani: Sans nom, et pourtant...    Météo | Temps localement brumeux le matin et températures en légère hausse    Liverpool : Mohamed Salah disponible face à l'Atalanta    Le budget du ministère des Affaires Culturelles pour l'année 2021 fixé à 358,4 millions de dinars    L'espace 421 en verve    «Tlamess», «Les pastèques du cheikh» et «Visa» dans la programmation    Voulant se rendre en Tunisie, des étudiants algériens se trouvent bloqués aux frontières    Barack Obama épingle plusieurs personnalités dans ses mémoires "Une terre promise"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Courrier des lecteurs | Le libéralisme : la véritable chance de la Tunisie !
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 10 - 2020


Par Chadly Zouiten*
Certains intellectuels, comme certains dirigeants tunisiens, encore dernièrement à la télévision, ne veulent pas admettre ce nouvel ordre économique : la mondialisation, habitués à l'assistanat.
L'Etat providence : c'est bien terminé! Le mur de Berlin est bien tombé, les pays de l'Est se sont tournés vers le libéralisme et même la Chine s'est mise au diapason. Le seul qui s'entête est la Corée du Nord qui semble avancer à petits pas. Je constate avec regret et amertume sa situation économique catastrophique et son peuple dans la misère.
A ces intellectuels, je recommande du bon sens et de mettre leur énergie à mobiliser les citoyens dans le libéralisme. Faut-il leur rappeler que des grands mouvements de pensée du siècle dernier, un seul a survécu et se répand sur l'ensemble de la planète : c'est le mouvement libéral.
Né contre l'absolutisme et le totalitarisme que nous combattons tous, il est construit contre tout monopole, qu'il soit politique, religieux, racial, ou autre. Ainsi au cours des années, l'idée libérale a vaincu avant-hier la monarchie, hier la dictature fasciste, aujourd'hui le totalitarisme communiste. Le libéralisme a réussi à imposer la liberté de pensée, la liberté de presse, la liberté d'entreprendre et toutes les libertés dont nous jouissons peu ou prou de nos jours avec fierté, considérant ces libertés comme des conquêtes sur l'obscurantisme.
Le libéralisme est donc —et jusqu'à preuve du contraire— l'humanisme qui correspond le mieux à la nature profonde de l'être humain. Si la réalité est multiple, l'homme est également multiple, si l'on parle tant des Droits de l'homme, c'est en fait pour parler des droits humains. Certes, la femme et l'homme existent, mais à travers leur région, leur milieu, leur niveau social, leur niveau intellectuel, leurs croyances, leur sensibilité, etc.
Cela signifie que ces Tunisiens, s'ils sont égaux en droit, ne le sont pas dans la réalité et c'est la tâche du gouvernement de faire en sorte que la réalité se rapproche du droit grâce au développement équilibré entre les régions, le plein emploi, la scolarisation, la protection sociale, la couverture hospitalière, etc.
Bien entendu, aucun gouvernement au monde n'est capable de réduire totalement l'écart de revenus entre les citoyens. Cependant, il y a une différence entre un écart de 1 à 5 et des écarts de 1 à 200 ou plus. Un effort est donc à fournir vers une juste rétribution des capacités individuelles.
La mondialisation est la suite logique du libéralisme
Je persiste et signe : la mondialisation ne doit pas nous faire peur. Elle représente une chance pour les jeunes pays qui sauront s'en servir. La Tunisie est capable de s'accrocher à la locomotive de tête du peloton, car elle a su s'investir dans les ressources humaines. Notre voie me semble tracée : le savoir dans sa globalité, le savoir-faire, mais surtout le faire-savoir.
Accentuons la création de nouvelles universités décentralisées, orientées vers les nouvelles technologies immatérielles qui consolideront notre développement et notre croissance.
Et d'autre part, refondons les valeurs fondatrices de notre société dans le domaine :
De l'économie : responsabilité, compétence, effort dans le cadre de la liberté.
De la culture : épanouissement par l'appui du peuple en écartant surtout l'étatisation.
De la recherche : en allouant davantage de moyens.
De la participation : en mettant la femme et l'homme —sans exclusion— au centre de la construction qui rendra les intéressés eux-mêmes décideurs de leur destin.
La mondialisation ne doit pas nous faire peur. Nous sommes à même de surmonter les obstacles, parce que nous savons nous adapter et profiter de ses bienfaits.
J'ai souligné, à plusieurs reprises, les étapes d'adaptation au nouvel environnement mondial.
Ce gouvernement me réconforte —je le redis— et il faut l'appuyer. Il faut avoir encore du courage pour réformer.
L'économie doit avoir, en effet, la suprématie sur la politique et, désormais, il faut se battre pour que la nation se soude autour de l'entreprise pour que celle-ci devienne le terrain privilégié d'affirmation de la nation. Cependant, l'affranchissement politique de la société civile suppose son indépendance matérielle. Cet affranchissement demande que les citoyens soient dégagés de tout lien de subordination économique à l'égard de l'Etat. La vocation de l'Etat n'est pas d'être propriétaire ni gestionnaire. Les forces productrices doivent être libérées des entraves bureaucratiques qui empêchent leur progrès et de l'étranglement tant fiscal qu'administratif qui demeure un frein majeur à la création d'emplois. Nous devons récuser l'ensemble des procédures à caractères clientélistes : manipulation de l'emploi, des salaires et des prix; instrumentalisation du crédit et de la fiscalité. Si nous revendiquons la liberté de produire et d'entreprendre, celle-ci ne signifie pas que l'Etat se détourne de ses obligations. Elle signifie, au contraire, qu'il se préoccupe de façon plus efficace qu'il ne le fait aujourd'hui des tâches qui lui incombent et cela en se dégageant des tâches qui ne lui incombent pas. Donc, l'Etat doit se dégager de tout ce qui est productif. Dans la mondialisation, nous devons examiner, d'une part, ce qui correspond à l'évolution raisonnable des relations mondiales et, de l'autre, ce qui peut et doit être refusé ou contrôlé et là, je fais confiance à notre gouvernement.
La mondialisation, c'est un état d'esprit, une nouvelle mentalité à inculquer dès le jeune âge
Une jeunesse retrouvant le sens de la citoyenneté avec une éducation qui éduque le civisme et le «compter sur soi», c'est ce que nous ont appris nos parents en nous envoyant faire du scoutisme par exemple.
Le premier impératif est d'adapter concrètement l'éducation nationale aux nouvelles techniques, de développer un lien beaucoup plus fort avec les entreprises et le monde économique en privilégiant notamment la formation professionnelle et en renforçant la formation en alternance. L'Education nationale doit revoir l'ensemble de ses programmes, car son objectif ne peut être de préparer uniquement un métier, mais bien d'adapter chaque jeune au monde qui l'entoure, en lui inculquant, sur la base des acquisitions fondamentales (savoir écrire, savoir lire, compter et s'exprimer), la culture du monde dans lequel il vivra demain.
Le deuxième impératif est la découverte du monde des entreprises par les enseignants.
Le troisième impératif : inculquer l'esprit critique face aux nouvelles technologies.
Bien sûr que l'Etat c'est tout cela, il est conscient que la mondialisation est irréversible et nous devons tous l'aider à réussir notre pari.
*Président du National Automobile Club de Tunisie
Président de la Commission voiture de la Chambre Economique Tuniso-Européenne
VP d'honneur du Tribunal Permanent International d'Arbitrage en Tunisie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.