URGENT-Cité Ettadhamen: La situation sécuritaire s'aggrave    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le ministre de l'Emploi soupçonné de conflit d'intérêts : L'AHK Tunisie clarifie    Troubles nocturnes | Kaïes Saïed met en garde contre toute instrumentalisation des jeunes    Expiration des délais de l'application des mesures de gel : Les avoirs de Ben Ali et ses proches en Suisse resteront bloqués    Coronavirus : 111 nouvelles guérisons à Ben Arous    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie – Soldes 2021 : Les soldes d'hiver démarreront vendredi 29 janvier    Voici la date des soldes d'hiver    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 18 Janvier 2021 à 11H00    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Tennis – Classement WTA : Ons Jabeur dans le top 30, une première    Mondial Handball 2021 / Portugal -Algérie : Sur quelle chaîne voir le streaming ?    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    D'un sport à l'autre    Tunisie-Affrontements nocturne: Béja retrouve son calme    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    "La Voix des femmes" déplore l'absence de femmes dans le nouveau gouvernement    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations en 24 heures    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 11 - 2020

L'acteur et réalisateur Fadhel Jaziri a choisi l'île de Djerba pour construire un grand centre culturel, destiné également à la production. Il nous en parle dans cet entretien.
Vous êtes en train de construire un grand centre culturel à Djerba. Depuis quand cette idée germait-elle dans votre esprit ?
Elle n'est pas récente comme idée... Le travail de création théâtrale a besoin d'ateliers... C'est une ancienne préoccupation qui ronge le milieu culturel et artistique. Les lettres ont l'université et les bibliothèques comme lieux du travail. Le théâtre, lui, n'a pas de lieu de travail possible... Des lieux qui respectent du moins les règles primordiales à la pratique de travail théâtral. C'est un centre qui sera dédié au théâtre, au cinéma, à la musique et aux arts plastiques, mais aussi aux lettres et aux sciences humaines. C'est un centre de production intellectuelle en rapport évidemment avec la Cité de la culture, avec la Bibliothèque nationale, l'Institut des zones arides et le Cnci, entre autres.
C'est un centre qui sera ouvert à tout le monde ?
Ce type d'espace étant rare, les demandes seront très probablement supérieures à celles auxquelles on pourrait répondre positivement. On se doit de dessiner une stratégie. C'est un travail concentré essentiellement sur le Sud, mais sans exclure les autres régions. Je parle aussi du sud de la Méditerranée.
Pourquoi le choix de l'île de Djerba ?
Parce que c'est une île qui draine entre deux et trois millions de visiteurs par an. Ce sont souvent des gens qui se déplacent à Djerba pour y passer du bon temps. Je pense très sérieusement que c'est le spectateur qui paie la création de manière générale. Il est important d'avoir des ressources, et je pense que les grands sites touristiques ont des ressources, comme le Cap Bon, Sousse, Gabès qui peuvent connaître des développements considérables. Mon choix pour Djerba est aussi une affaire de hasard qui répond à une nécessité. J'ai démarré par l'acquisition d'un terrain et, puis, j'ai commencé à travailler sur la concrétisation de cette idée. Cela a demandé un quart de siècle. Il fallait savoir se montrer patient.
Comment avez-vous financé ce projet ?
Comme n'importe quelle autre entreprise qui s'attaque à un marché. Il y a des fonds propres et des soutiens. Mais comme tout projet il faut aller à un certain niveau d'investissement propre pour trouver des apports importants. Mais notre effort par rapport aux besoins réels de cette partie de Djerba est minuscule. C'est un projet bien modeste. Ce qui est important, c'est qu'on mange bien... On a réservé un espace pour la cuisine capable d'accueillir correctement 150 personnes. On a besoin de faire les choses d'une manière un peu cohérente...
Le ministère de la Culture fait partie de ces apports ?
Il n'y a pas de possibilité de travailler en dehors des institutions. En principe, les soutiens viendront à point nommé sûrement quand ça sera utile...
Vous êtes à ce point certain que ce projet va fonctionner ?
Je ne vois pas comment il peut échouer...
Parce que vous estimez qu'il y a une demande aujourd'hui sur les produits culturels et les spectacles ?
Je pense que nous sommes à l'orée de cette vraie demande. La demande est aussi un niveau de développement. Puis, avec cet acquis principal sur les libertés et sur l'égalité, on peut ajouter quelques espoirs pour que notre pays connaisse un bond en avant.
Faire un grand projet culturel aujourd'hui, c'est participer au bras de fer contre les obscurantistes ?
Définir l'image mise en avantJe ne suis pas en conflit avec qui que ce soit... Moi, je fais ma part de travail de développement. Cela a toujours été comme ça : je travaille dans mon coin... Je n'ai pas la prétention d'aller au-delà d'une certaine théorie de l'art destiné à tous et populaire comme toujours.
Que pensez-vous de la politique culturelle aujourd'hui ?
Je pense que notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché. A l'époque où on a commencé à travailler, le théâtre, par exemple, était articulé sur une catégorie de spectateurs : des étudiants, des élèves, des cadres de l'administration. Aujourd'hui, la concurrence est rude parce que tous ces gens-là ont un regard clair sur le monde, c'est-à-dire leur écran. Pour parvenir à les tirer hors de chez eux et hors de leurs habitudes, il faut chercher d'autres moyens ou alors considérer qu'il faut adapter ces techniques et faire du théâtre pour la télévision par exemple.
Sur le plan personnel, comment vivez-vous cette armada de précautions à cause du Covid-19 ?
Je ne suis pas un anxieux. J'ai des rapports qui ont toujours été distants. Je trouve que cette pandémie est une épreuve pour un pays entier, mais il faut savoir s'armer d'intelligence, de bien réfléchir et de ne pas faire des choses inconsidérées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.