URGENT-Cité Ettadhamen: La situation sécuritaire s'aggrave    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le ministre de l'Emploi soupçonné de conflit d'intérêts : L'AHK Tunisie clarifie    Troubles nocturnes | Kaïes Saïed met en garde contre toute instrumentalisation des jeunes    Expiration des délais de l'application des mesures de gel : Les avoirs de Ben Ali et ses proches en Suisse resteront bloqués    Coronavirus : 111 nouvelles guérisons à Ben Arous    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie – Soldes 2021 : Les soldes d'hiver démarreront vendredi 29 janvier    Voici la date des soldes d'hiver    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 18 Janvier 2021 à 11H00    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Tennis – Classement WTA : Ons Jabeur dans le top 30, une première    Mondial Handball 2021 / Portugal -Algérie : Sur quelle chaîne voir le streaming ?    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    D'un sport à l'autre    Tunisie-Affrontements nocturne: Béja retrouve son calme    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    "La Voix des femmes" déplore l'absence de femmes dans le nouveau gouvernement    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations en 24 heures    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 11 - 2020

Le budget du ministère des Affaires culturelles pour l'année 2021 s'élève à 358,4 millions de dinars, soit 0,68% du budget total de l'Etat. Contre 351 millions de dinars en 2020, et 0,74% du budget global. Ceux qui réclamaient d'arrondir le budget de la Culture à hauteur de 1% devraient passer leur chemin.
Les débats parlementaires dédiés à l'examen du budget alloué à chaque département ministériel, dans le cadre du projet de loi de finances 2021, avancent à cadence régulière. Hier, au palais du Bardo, c'était au tour du cas problématique, autant le dire d'emblée, du ministère des Affaires culturelles. La commission parlementaire de la jeunesse, des affaires culturelles, de l'éducation et de la recherche scientifique était appelée à se pencher tant sur le maigre budget imparti que sur les mouvements sociaux qui agitent le monde de la culture et du divertissement.
Thème officiel de la rencontre : audition du ministre par intérim des Affaires culturelles, Habib Ammar, initialement ministre du Tourisme qui cumule à ce titre deux ministères. Au lieu d'un, ce sont donc deux secteurs sinistrés dont M. Ammar a la charge. Si on parle d'un cadeau...
A la Salle boisée Radhia-Haddad, a démarré ladite réunion avec presque une heure de retard, présidée par Fayçal Tahri, président de la commission, et épaulé par la vice-présidente, Samira Sayhi.
Prenant ses précautions, le ministre, prudent, est arrivé flanqué d'une importante délégation composée de 20 personnes ! Compte tenu de la conjoncture, le débat s'annonce rude. Les travées occupées par le membre de l'exécutif et son staff étaient donc pleines. On ne peut pas en dire autant des bancs réservés aux parlementaires.
Le statut de l'artiste, point litigieux
Le budget du ministère des Affaires culturelles pour l'année 2021 s'élève à 358,4 millions de dinars, soit 0,68% du budget total de l'Etat. Contre 351 millions de dinars en 2020, et 0,74% précédemment. Plus d'argent mais baisse en pourcentage global. Ceux qui réclamaient d'arrondir le budget de la Culture à hauteur de 1% devraient passer leur chemin.
M. Ammar a confirmé lors de son exposé introductif que 54% du budget du ministère sera englouti par les salaires, estimés à 194,4 millions de dinars. Le département emploie 50 000 personnes ! Une fois la pilule passée, le ministre était plus à l'aise pour discourir sur les projets et les objectifs. Il a précisé qu'il est du rôle du ministère de consolider la culture de la citoyenneté, de développer les infrastructures, d'investir dans la culture destinée aux enfants et de soutenir une stratégie de décentralisation. Point litigieux qui oppose depuis des années les gens de la culture aux autorités, le projet de loi relatif au statut de l'artiste. Le ministre s'est engagé à envoyer le texte de loi réglementant les professions artistiques au Parlement pour révision.
Les députés, que ce soit par des interventions présentielles ou à distance, en mode audio, ont presque tous évoqué le cas des animateurs diplômés de l'Institut supérieur de l'animation pour la jeunesse et la culture de Bir El Bey qui devraient, selon eux, être recrutés par le Ministère et dans les différentes administrations déconcentrées.
La diplomatie culturelle
D'autres ont déploré l'état des monuments et sites historiques laissés à l'abandon et exposés au pillage. Ils ont appelé à la protection, à l'entretien et au recensement de ces sites. Certains élus ont évoqué la question de la diplomatie culturelle. Vaste programme et très porteur, s'il est bien pensé et conduit. La diplomatie culturelle peut comprendre l'histoire, la culture et les arts avec ses différentes expressions, le patrimoine vestimentaire, le terroir, atout de la gastronomie tunisienne. Une démarche en mesure de contribuer au rayonnement de la Tunisie dans le monde. Une politique stratégique qui ne peut se concrétiser sans le soutien des structures touristiques qui sont du ressort du double ministre, appelé à intervenir efficacement à ce niveau.
Certaines revendications au goût purement électoraliste n'étaient pas en reste. Puisque des élus n'ont pas trouvé mieux que d'appeler à l'installation de maisons de la culture dans leurs circonscriptions. Heureusement, vite recadrés par la vice-présidente, Samira Sayhi. Encore faut-il d'abord restaurer et équiper celles existantes qui tombent en ruine, leur lance-t-elle lors de sa prise de parole.
Habib Ammar n'a pas essayé de dissimuler les difficultés du secteur. Des failles structurelles qui le minent depuis des années : faiblesse des infrastructures, difficulté de trouver des financements pour de grands projets culturels.
Les carences du cadre législatif sont une autre difficulté qui vient s'ajouter aux précédentes.
M. Ammar n'a pu passer outre l'impact de la pandémie sur le secteur gravement touché, soulignant que le travail des artistes, caractérisé par des activités saisonnières et occasionnelles, a été doublement pénalisé.
C'est ce qui explique l'escalade des protestations. Malgré les interventions du ministère à travers la levée d'un fonds de paiement qui reste très en deçà des attentes, selon les témoignages mêmes des concernés, tombés pour certains avec leurs familles dans une totale précarité.
Au milieu de ce magma, des élus du peuple n'ont pas trouvé mieux que d'inciter le ministre à réactiver des commissions de censure, sans les nommer. Celles-ci auraient pour mission d'évaluer les productions et œuvres artistiques, non dans leur dimension artistique et esthétique s'adressant aux sens, aux émotions et à l'intellect, mais selon des normes « morales et vertueuses » et conformément à « notre identité ». Les députés ont fait part de leur incompréhension, disent-ils, de voir des activités « vulgaires et ordurières » subventionnées par le ministère, alors que d'autres en sont privées. Des postures qui rappellent un proche passé. De sinistre mémoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.