Ennahdha appelle au limogeage du ministre de l'Intérieur    L'ESSENTIEL | La vérité, si je mens ?    Grève des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique Tunisiens mardi 25 janvier 2022    Que contiendra le nouveau décret de réconciliation pénale que prépare Kaïs Saïed ?    Express    Mutinerie au Burkina Faso : Renversement de Roch Marc Christian Kaboré ?    Ooredoo récompense les supporters Tunisiens : 15000 dinars à gagner ce samedi    Hausse des revenus de City Cars de près de 46%    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    CAN 2021 | Huitièmes de finale : Le Cameroun en favori !    CAN 2021 : Une sélection fait face à une épidémie de gastro-entérite !!    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    CA | Retour de la passion en attendant la consécration : Ici, tout commence !    Abdelkader Maalej: Hommage à Ali Baklouti, le fondateur de La Gazette du sud et Chams el janoub    Produit de consommation de base: Les prix varient d'une région à l'autre !    Tunisie – météo : Ciel passagèrement nuageux et températures stationnaires    Passagers du métro agressés : ce que le suspect a dit en garde à vue    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Seulement 13% des Tunisiens sont diplômés    Kamel Ben Messaoud explique la décision du Tribunal administratif en faveur de Béchir Akremi    STEG : -40% en liquidités, 13 milliards de dette…, pourtant les salariés auront leurs primes    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Gafsa: Plus de 231 infractions économiques relevées    A Bizerte, 2 400 oliviers seront plantés pour la saison 2021-2022    Daily Brief du 24 janvier 2022: Kaïs Saïed ne semble pas avoir compris qu'il s'est fait remonter les bretelles par Macron !    CAN 2021 : Sur quelles chaînes regarder les matches de lundi ?    Kasserine: L'UTICA menace d'organiser des journées de colère    Le couvre-feu va-t-il être prolongé ? Précisions de Amen Allah Messadi    Coupe de Tunisie : résultats complets des matches du 3ème tour    Youssef Bouzakher : le ministère de la Justice et le pouvoir législatif sont responsables de la situation de l'affaire Akremi    Ettakatol: Saied veut démanteler les institutions de l'Etat    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Tunisie : Le CSM met en garde contre "la diffamation sans précédent de ses membres".    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eventuel remaniement ministériel : Mechichi cédera-t-il aux pressions?
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 12 - 2020

« Officiellement, Ennahdha a toujours mis l'accent sur la nécessité d'un gouvernement politique avec une représentativité partisane, donc elle est pour le remaniement et pas seulement concernant les deux portefeuilles vacants », soutient Samir Dilou.
Au cœur d'une crise politique et économique étouffante qui frappe le pays de plein fouet, les échos d'un remaniement ministériel font surface pour brouiller davantage le paysage politique. En effet, en coulisses, un remaniement ministériel commence à se former, notamment dans l'objectif de combler certains vides de portefeuilles ministériels, à savoir les Affaires culturelles et les Affaires locales et l'Environnement, mais aussi pour revoir la copie dans d'autres départements.
En tout cas, rien n'est encore officialisé, mais le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, semble être au cœur de pressions politiques qui ne cessent de fragiliser le rendement de son gouvernement, notamment en cette période de crise économique et sanitaire.
Car, en effet, les pressions parviennent de partout, et surtout de son «coussin politique» composé d'Ennahdha, d'Al-Karama et de Qalb Tounès. Si pour le parti Ennahdha, la position n'est pas assez claire quant à cet éventuel remaniement, pour Qalb Tounès les choses sont dites ouvertement.
En effet, depuis plusieurs jours, le parti de Nabil Karoui appelle à un remaniement profond au sein de l'équipe Mechichi au vu de ce qu'il appelle le faible rendement de plusieurs ministres.
D'ailleurs, récemment en guise de se prononcer sur le bilan des cent premiers jours du pouvoir du gouvernement Mechichi, Oussema Khelifi, chef du bloc parlementaire de Qalb Tounès, a sévèrement critiqué le rendement de l'équipe Mechichi, estimant qu'un gouvernement de compétences n'est pas la solution en cette période de crise. « Nous avons remarqué que les horizons sont limités pour un gouvernement de compétences.
Il ne peut apporter de solution à la conjoncture économique, sociale ou politique », a-t-il encore déclaré.
Dans ce sens, Khelifi a appelé ouvertement à un remaniement ministériel dans l'objectif d'introduire des compétences politiques ou partisanes au sein du gouvernement Mechichi, rappelant que les départements sans ministres ne peuvent qu'affaiblir le rendement gouvernemental.
Un compromis dès le départ ?
Si pour le parti Qalb Tounès les choses sont claires, il est temps de faire un remaniement ministériel en vue d'apporter un renouveau au gouvernement Mechichi, pour Ennahdha, la réticence et le flou sont toujours de mise. C'est dans ce contexte que nous avons contacté Samir Dilou, député et figure de premier rang au sein du parti Ennahdha pour apporter des éclairages à la position officielle du parti.
« Officiellement, Ennahdha a toujours mis l'accent sur la nécessité d'un gouvernement politique avec une représentativité partisane, donc elle est pour le remaniement et pas seulement concernant les deux portefeuilles vacants. Mais il n'a jamais été question de viser des ministres en particulier », a-t-il affirmé à La Presse.
Exprimant sa propre position quant à cet égard, Dilou songe plutôt pour ce qu'il appelle un changement de cap plutôt qu'à de simples placements de ministres. « Me concernant je crois que ça relève plutôt de la cupidité et de l'indécence que certains partis lorgnent des postes ministériels et croient aux rafistolages plutôt qu'à un changement de cap et aux placements plutôt qu'aux réalités cinglantes, l'état de déconfiture interne de certains partis ne leur permet même plus de faire un bon casting pour les responsabilités au sein de leurs propres structures, de là à aller proposer des responsables pour gérer des dossier nationaux complexes dans cette situation critique que traverse le pays, ça relève tout simplement de l'irresponsabilité qui frise une conception incongrue du patriotisme...! », nous a-t-il déclaré.
Interrogé si ce remaniement intervient dans une logique de compromis conclu dès le départ entre Mechichi et son «coussin politique», le leader d'Ennahdha dit ne pas être au courant d'un tel scénario.
« Personnellement, je ne peux ni confirmer ni infirmer l'existence de ce potentiel compromis, néanmoins, mon expérience m'a appris de ne jamais écarter définitivement aucune piste », a-t-il ajouté.
Car, au fait, l'information n'est pas nouvelle, elle avait été même annoncée le jour du vote de confiance au gouvernement Mechichi.
Alors, c'était le parti Qalb Tounès et notamment son président Nabil Karoui qui poussaient coûte que coûte dans le sens de ce remaniement et celui de la transformation de ce gouvernement, dit indépendant, en un politique.
Mais le Président de la République s'était fortement opposé à ce scénario, insistant sur l'obligation de recourir à un gouvernement indépendant. Pendant ce temps, Qalb Tounès évoquait un changement au niveau de sept ministères dont ceux de l'Intérieur, de la Justice, de l'Equipement, des Finances, de la Santé et de l'Agriculture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.