AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 01 - 2021

L'activité minière en Tunisie est connue depuis l'époque romaine. Les différents minerais exploités sont le phosphate, le sel, le fer, le gypse, la fluorine-barytine et les mines plomb-zinc. Le secteur minier est ainsi l'un des piliers de l'économie de la Tunisie.
L'extraction du phosphate est classée, avant la révolution, 5e dans le monde. La Tunisie est réputée à l'échelle internationale dans le domaine du phosphate naturel et des engrais phosphatés. Cette activité est plus que centenaire. Pour la Tunisie, le phosphate représente une source de devises importante. Au cours de la première décennie après l'Indépendance, l'activité extractive tunisienne était à la base une industrialisation intensifiée.
Le secteur minier en Tunisie, pendant plus d'un siècle, a été considéré comme le pilier de l'économie nationale. La production des différents sites se présente comme suit : les quantités de phosphate dans le bassin de Gafsa et Kalaa El Khasba sont de 330 Mt, contre 55 Mt de fer à Jerissa, 4,5 Mt de plomb-zinc, 25 Mt de sel, 1,5 Mt de spath fluor. Dans ce contexte, M. Yassine Mchirgui, éco-conseiller, nous a expliqué que le bassin minier de Gafsa dispose d'un potentiel minier relativement important.
Pas de découverte de grands projets
Les réserves de sel à Sidi El Hani (Sahel) et aux Sabkhats Sud- Est de Médenine ne sont pas encore recensées. Par ailleurs, il n'y aura pas probablement de découverte de grands projets dans les cinq prochaines annnées. Les chercheurs, dans le cadre de l'amélioration de la productivité, ont déployé des efforts considérables pour l'amélioration de la production. Des systèmes de qualité et de développement durable ont été mis en place.
M. Mchirgui a ajouté qu'en Tunisie, nul projet ne peut avoir l'autorisation de l'administration sans être accompagné d'un projet d'étude d'impact sur l'environnement approuvé par les services concernés de l'administration. Ces principes ont permis aux entreprises productives de bénéficier de beaucoup d'avantages pour le développement de leurs activités, notamment auprès des institutions financières internationales. Le pays est entré dans une crise socio-économique caractérisée par des conflits sociaux et la chute des prix de phosphates et des métaux au niveau international.
Notre éco-conseiller a souligné que l'Etat s'est désengagé de l'activité minière à l'exception du phosphate et du fer considérés comme stratégiques. La valeur ajoutée a été jugée négative. Un assainissement et le regroupement des mines dont la valeur ajoutée a été jugée positive ont été effectués en vue de les privatiser.
« La population du bassin minier de Gafsa (Métlaoui, Redayef, Mdhila, Moulares) s'est divisée en deux groupes de familles : un groupe intra-entreprise et un groupe extra-entreprise. Les familles du premier groupe mènent une vie normale, tandis que les familles du deuxième groupe se sentent menacées par la pauvreté, notamment dans le cas où elles ne peuvent avoir au moins un poste de travail pour un membre de la famille à la CPG. Ces deux populations sont restées unies et solidaires. La Compagnie, qui aspire à un climat social meilleur pour sortir de cette crise, se trouve inconsciemment menacée par un environnement socio-écologique vulnérable, conséquence d'une mauvaise gouvernance aussi bien de la part de l'administration que de la part de la CPG qui a tourné le dos à son environnement social», a conclu notre interlocuteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.