Tunisie – Suspension d'un professeur pour suspicion de harcèlement sexuel    Tunisie – Pas d'affrontements entre les sécuritaires et des terroristes à Kasserine    Tunisie – Reprise des manifestations culturelles    Manifestation aujourd'hui à l'appel de partis et d'organisations de gauche    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Tunisie – Ghannouchi oppose une fin de non recevoir à l'exigence de Kaïs Saïed    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun et le FMI    Hichem Mechichi inaugure le projet de raccordement de Djerba au gaz naturel    L1 : L'US Ben Guerdane renverse l'US Monastir et devient 2e    Mohamed Rabhi : La levée du confinement obligatoire pourrait être révisée    Jeux olympiques Tokyo 2021: la liste de la Tunisie pour le TQO    Un pays aux abords de la crise des nerfs !!    « My GAT » : Une action de parrainage qui vous fait économiser jusqu'à 300DT par an sur votre prime d'Assurance auto    Nouveau volet de sanctions américaines    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Rahoui appelle à des élections anticipées en 2022    En photo : La statue d'Ibn Khaldoun cible de tags    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Othman Babba dans la ville    Entre le choix et l'obligation    Festival des expressions féminines    CAN U20 : "Face à la Gambie, nous avons livré notre meilleur match" (Kanzari)    Marche à Habib Bourguiba : les manifestants revendiquent la chute d'un système gangréné    Tunisie [Vidéo]: Colère des Agences de publicité et de communication après l'enlèvement des panneaux de publicité par la municipalité de Sfax    Reprise des horaires administratifs ordinaires    Ligue des champions : un parfum de revanche pour l'Espérance de Tunis contre le Zamalek    Hichem Mechichi ne démissionnera pas    Tunisie- Coronavirus: Liste des nouvelles mesures préventives dès le 08 mars 2021    CONDOLEANCES    Inlucc | Lanceurs d'alertes et dénonciateurs : Le processus de protection pointé du doigt    Initiative Reverdir la Tunisie : Soyons une partie de la solution, plantons un arbre pour le clima    Natation | En prévision des J.O. de Tokyo : Second stage pour Hafnaoui en Turquie    Importation de légumes : Inquiétudes sur la santé des consommateurs    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    LC Afrique (Poules / 3èJ): les matches de ce samedi    « Sortilèges d'une jeunesse », mémoires de Abdeljelil Karoui : Un véritable morceau de bravoure !    Par Hadi Sraïeb: La logique du FMI fait partie du problème et pas de la solution !    Tunisie: Hichem Mechichi annonce un plan de recrutement de 3.000 diplômés de doctorat    Météo : Temps passagèrement nuageux sur la plupart des régions    Le taux d'inflation se stabilise à 4,9% en février    Les revers de la technologie    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    La poésie en questions | Le prisme des herméneutes    Vient de paraître | « Les siestes du grand-père, récit d'inceste » de Monia Ben Jémia : La banalité du mal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des jeunes désocialisés
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 01 - 2021

Il fut un temps où il était facile d'attribuer à la Tunisie une valeur, ou encore des actifs évalués. Sa popularité grandissante après l'indépendance et pendant de longues années provenait tout particulièrement de la politique d'enseignement qu'elle a menée en dépit de toutes les contraintes pour donner à ses enfants l'arme de l'instruction. Avec notamment pour objectif de leur garantir l'acquisition des instruments fondamentaux du savoir, des connaissances de base, des éléments de culture générale, mais surtout d'élever leur niveau de formation.
Aujourd'hui, les choses ont pris une tournure complètement différente. On n'a plus réellement le même potentiel qui fait de notre pays un modèle, une référence. L'implication de responsables, les moins indiqués, dans la plupart de ce qui est entrepris est souvent synonyme de déception et surtout d'impuissance.
Comment et pourquoi le décrochage scolaire s'est-il imposé dans le champ des politiques éducatives tunisiennes ? Pourquoi n'avait-il pas constitué un problème durant les années qui ont suivi l'indépendance ? En quoi est-il aujourd'hui un problème ?
Quand on investit à fonds perdus, le résultat ne se fait pas attendre : un nombre important de manifestants dans les troubles nocturnes sont des mineurs. L'information, révélée par le ministre de la Défense présent à la plénière à la demande du Chef du gouvernement pour mener le dialogue avec les députés, peut heurter le bon sens. Mais le constat est là : le décrochage scolaire et la déscolarisation, ces maladies qui se sont développées depuis 2011, se télescopent aujourd'hui dans la société tunisienne. La Tunisie est en train de payer cher l'échec de sa politique d'enseignement. Le phénomène est d'autant plus préoccupant que ses répercussions risquent de s'étendre sur la durée et le long terme. L'accompagnement des jeunes s'est fortement dégradé. On y perd plus qu'on y gagne. On sait désormais ce que cela coûte, ce que cela génère. Mais on ignore toujours ce que vaut un investissement dans la jeunesse. Des jeunes de plus en plus désocialisés, de futurs chômeurs. Plus grave encore : de possibles terroristes.
Le décrochage scolaire résume au fait l'ensemble des manquements de l'école, mais aussi des responsables à leurs véritables missions. Les décideurs qui se sont succédé ne se sont jamais réconciliés avec les jeunes, encore moins avec l'école. Et comme aucun travail sérieux n'a été fait au préalable, ce serait une illusion de s'attendre aujourd'hui à une prise de conscience. Que ce soit sur le plan de la fiabilité, ou d'ordre structurel, l'enseignement tunisien n'a plus la même crédibilité. Depuis des années, l'on ne cesse de parler de réforme, de relèvement de niveau. Mais l'on n'arrive toujours pas à faire face aux dérapages de tous les jours, de tous les instants. Plusieurs éléments ont convergé et le danger est bien réel. On risque de voir dans le décrochage scolaire un phénomène facilement transposable et sans avertissement d'un contexte sociétal à un autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.