Le directeur exécutif d'Echaâb Yourid crée la confusion, le Palais de Carthage rectifie    Coupe de la CAF : trio arbitral égyptien pour Etoile du Sahel-Jaraaf Dakar    Tunisie-Variant britannique: Le nombre de contaminations s'élève à 5    La justice Française a refusé d'expulser Belhassen Trabelsi à cause de Sihem Ben Sedrine, selon Jeune Afrique    En Vidéo: Advans sensibilise ses micro-entrepreneurs à l'utilisation les canaux digitaux    Le porteur du variant britannique du Coronavirus a été contaminé en...    Transition de l'économie digitale | Digitalisation des entreprises – régions intérieures : encore un effort...    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 03 Mars 2021 à 11H00    Transition de l'économie digitale | Menace et opportunité    Ils ont dit    Tunisie: La Haica suspend pour une semaine l'émission d'Amine Gara    Ons Jabeur – Karolina Pliskova : sur quelle chaîne voir le match ?    beIN SPORTS, tout savoir sur les nouvelles formules    MEMOIRE : Abdelhafidh SADDAM    Impact de la dégradation de la note souveraine sur les IDE, le financement, les banques et les entreprises    Gammoudi : Une plainte a été déposée dans le cadre de la falsification de l'IVD du rapport sur la BFT    La grève de deux jours s'est transformée en sit-in ouvert : Les jeunes médecins engagent un bras de fer avec le gouvernement    Exposition 3en1 "Hommage aux légendes" de Zenjebil au Café Culturel Liber'Thé    Tunisie: Le FMI réitère l'appel à établir un programme de réforme économique globale    La BAD veut ériger l'industrie pharmaceutique tunisienne en pôle régional dans ce domaine    Allemagne : Schalke nomme son cinquième entraîneur cette saison    La défense de Nabil Karoui demande un report d'audience    Ouverture de l'inscription pour les entreprises impactées par la Covid-19    Judo | En prévision des J.O. de Tokyo : Nihel Cheikhrouhou au Grand Slam de Tachkent    JSK : Faux pas interdit    CAN U20 | La Tunisie éliminée par l'Ouganda : La déroute… !    Pendant que les politiciens se déchirent, les obscurantistes sévissent dans les écoles !    Tunisie-Oussama Khlifi : L'équipe gouvernementale n'était pas homogène    Coronavirus : 25 décès et 562 nouvelles contaminations enregistrés le 1er mars 2021    Météo | Températures en légère baisse    Tunisie [Vidéo]: Sit-in ouvert de la présidente de Comité de propreté au bureau du maire à Sfax    Un décret gouvernemental inédit pour le cas Olfa Hamdi    Mustapha Kamel Nabli: Feuille de route pour un dialogue national réussi    Et la fin de la vie sur Terre c'est pour quand ?    Les manifestations anti-junte en Birmanie    Plus de 400 parlementaires européens appellent à la mobilisation    Menace d'une famine à grande échelle au Yémen    «Dialogue des cordes» pour un Orient et un Occident tout en communion    Appel à la tolérance et à la solidarité    On tourne «le» page    Booker international du roman arabe 2021 : les tunisiens Amira Ghenim et Habib Selmi demi-finalistes    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Contrepoint | Inégalités...    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education: Une reprise sur fond d'inquiétude
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 01 - 2021

Le secteur de l'éducation et de l'enseignement continue à se heurter à de nombreuses difficultés. La pandémie de Covid-19 a levé le voile sur des années de retard et de blocages d'un chantier central. Entre la menace sanitaire et le retard accumulé durant le confinement ciblé, les établissements scolaires et universitaires réussiront-ils demain la reprise après un arrêt de dix jours ?
Les avis divergent pour cet arrêt qui, pour certains, impacterait considérablement l'apprentissage. D'autres jugent les moyens insuffisants pour que les élèves reprennent les bancs de l'école en pleine pandémie. Celle-ci vient contraindre tout le monde à passer la vitesse supérieure. Elle a ainsi permis de bousculer certaines consciences, bien que le corps enseignant ait été pris de court et s'est arrangé, tant bien que mal, à achever certains cours et modules.
Le corps enseignant, les syndicats de l'enseignement et les parents ont commencé à se poser des questions concernant l'éventualité d'une reprise des cours demain, car les moyens de prévention restent insuffisants, voire inexistants.
Les circonstances exceptionnelles de la pandémie imposent la fermeture temporaire des établissements scolaires et universitaires et le décalage de la reprise jusqu'à la réception du vaccin anti-Covid 19. Cette fermeture est tributaire certes de la décision d'un confinement général, qui n'est plus écarté aujourd'hui, à la lumière de la propagation vertigineuse de l'épidémie, des bilans records de contaminations et décès (plus de 100 morts en 24h). Sachant que plusieurs cas d'infection au Covid-19 ont été recensés dans les rangs des cadres pédagogiques, techniques et administratifs, ainsi que des élèves.
Le corps enseignant tire aujourd'hui la sonnette d'alarme et déplore notamment l'absence de sécurité sanitaire dans les établissements scolaires et universitaires.
Après dix jours de vacances forcées, les d'élèves et étudiants reprendront demain le chemin de l'école et des universités sur fond de craintes grandissantes des répercussions de la propagation de la pandémie du Covid-19 dans sa quatrième vague, la plus dangereuse.
Et la raison de cette inquiétude est que la plupart des établissements scolaires et universitaires, les foyers et les restaurants universitaires ne sont pas encore pourvus en moyens de prévention contre l'épidémie.
Dénonçant une reprise de la vie scolaire irréfléchie, le secrétaire général de la Fédération de l'enseignement secondaire, Lassaâd Yaâkoubi a, à maintes reprises, appelé à un confinement général pour protéger aussi bien les élèves que les enseignants, les administratifs et les parents, qui sont au front de cette situation extrêmement dangereuse, mais sans armes.
Selon la stratégie de vivre avec le virus préconisée par les pouvoirs publics, l'application du protocole sanitaire dans les établissements scolaires et universitaires est impossible, d'autant plus que les ressources financières dont disposent ces institutions, tous cycles confondus, ne concordent pas avec les exigences de la situation sanitaire actuelle.
Le plus important est de rectifier le tir et d'essayer de réfléchir en profondeur à d'autres solutions à la fois viables et applicables.
Les surveillants et surveillants généraux haussent le ton
Peut-on parler d'une reprise des cours à partir de demain, en l'absence des staffs administratifs ? Les collèges et les lycées secondaires en Tunisie connaissent, depuis plus d'un mois, un état de désordre suite à la grève ouverte avec présence sur les lieux de travail, menée par les surveillants et surveillants généraux, sur fond de revendications professionnelles.
Par ailleurs, et malgré la pandémie, les surveillants et surveillants généraux haussent le ton et manifestent leur mécontentement, prévoyant de poursuivre la grève demain après la période du confinement ciblé, à travers la suspension de toutes les activités administratives, éducatives et pédagogiques.
Ces grévistes contestent l'absence de réactivité des autorités quant à leurs revendications exprimées au mois de novembre et disent ne rien lâcher tant que leurs revendications ne sont pas prises en considération. Jusqu'à présent, aucune réaction de la part du ministère de tutelle ne leur a été signalée.
Jamel El Heni, secrétaire général de la Fédération générale des surveillants et des surveillants généraux relevant de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt), précise que la grève intervient suite au non-respect du ministère de l'Education de l'application du procès-verbal de la réunion en date du 8 mai 2018. Il a accusé le gouvernement d'atermoiement, rappelant que l'ensemble des revendications ont été approuvées dont la promotion exceptionnelle des surveillants et surveillants généraux et l'augmentation de la prime de fournitures de la rentrée scolaire, le versement des primes de retraite, ainsi que l'accélération de la restructuration de l'Office des services scolaires et la régularisation de la situation d'environ 700 surveillants contractuels dans les établissements éducatifs.
Le non-respect de l'engagement « va entraver la reprise des cours dans les lycées et la fermeture des foyers. La reprise des cours n'aura pas lieu tant que la grève des surveillants et des surveillants généraux est maintenue », indique-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.