En visite en Italie, Kais Saïed s'entretient avec Sergio Mattarella    Décès de Mohamed Naceur Trabelsi, frère de Leïla Trabelsi    Badreddine Gammoudi : Une corruption évidente dans la vente du Palais de la Baie des Anges    Afek Tounes : Le maire de Hammamet reçoit de très sérieuses menaces terroristes !    Tunisie- Daily brief du 16 juin 2021: Tentative d'assassinat contre le président de la République, Mort suspecte du frère de Leila Trabelsi, La mère du mineur agressé à Sidi Hassine victime de harcèlement….    Météo : Températures toujours en hausse    Covid-19 : 65 décès et 2091 contaminations recensés le 15 juin 2021    Tunisie-ISSHST : La perturbation des examens continue pour la deuxième semaine consécutive    Bourse de Tunis : Le marché continue de perdre du terrain    Partenariat Next Step - Inetum : Pour des solutions Cloud pérennes et sécurisées    L'Italie accorde un prêt de 200 millions d'euros à la Tunisie    Tunisie – AUDIO – IMAGES : Le scandale du comportement exemplaire de la SONEDE en matière de rationalisation de la consommation de l'eau    Lancement du programme d'aide aux micro-entrepreneurs ''SOUTIEN TPE COVID-19''    Hand – CAN Dames : La Tunisie éliminée en demi-finale    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Rencontres d'affaires virtuelles France-Tunisie, le 24 juin 2021 : Les entrepreneurs au cœur de la relance    Conférence internationale du travail : Le plaidoyer de Majoul pour un plan international de soutien aux PME    Tunisie: Une solution à l'éternelle question du dialogue salvateur    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Journée mondiale contre le travail des enfants: Mettre fin au travail des enfants, agir Maintenant!    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    Covid-19 | Jendouba : 8 décès et 79 nouvelles contaminations    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    DECES : Khadija Farah    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Arrivée du président Kaïs Saïed à Rome    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Euro: les matches de ce mercredi    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise politique: S'achemine-t-on vers un nouveau gouvernement ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 02 - 2021

Kaïs Saïed exige le départ des quatre ministres soupçonnés de conflit d'intérêts ou de corruption
Les juristes sollicités par Mechichi appellent à une solution politique loin de tout recours à caractère constitutionnel
Hier, le Président de la République, Kaïs Saïed, s'est exprimé le plus clairement du monde sur l'affaire de la prestation de serment des nouveaux ministres désignés par Hichem Mechichi, Chef du gouvernement, et ayant obtenu la confiance du Parlement.
Le Chef de l'Etat est on ne peut plus clair et précis: «Les ministres mis en cause et dont le nombre s'élève à quatre (leurs noms ne sont toujours pas révélés) doivent partir, ce qui revient à dire que Mechichi doit les révoquer ou accepter leur démission. Au cas où le Chef du gouvernement persisterait à les maintenir dans son équipe ministérielle, c'est bien le gouvernement dans sa totalité qui doit rendre son tablier, avec à sa tête Hichem Mechichi qui sera dans l'obligation de démissionner».
Les propos du Chef de l'Etat, rapportés par une source parmi les présents à la réunion tenue hier au Palais de Carthage entre le Président de la République et un groupe de députés représentant Ennahdha, Tahya Tounès, le Courant démocratique, Echaâb et le bloc de la réforme viennent mettre un terme à une attente qui n'a que trop duré.
Les Tunisiens attendent depuis maintenant près de trois semaines que le Président Kaïs Saïed dise clairement comment il voit la résolution de la crise constitutionnelle dans laquelle la Tunisie est enlisée à la suite du remaniement qui a porté au gouvernement des ministres que le Chef de l'Etat refuse d'accueillir pour prêter serment, condition constitutionnelle incontournable pour la prise de leurs fonctions pour soupçons de conflit d'intérêts et aussi pour cause de corruption.
Les experts constitutionnels autoproclamés en mesure de fournir la solution constitutionnelle à ce conflit opposant Kaïs Saïed et Hichem Mechichi ont beau proposer durant les deux dernières semaines leurs recettes-miracles dans le but d'infléchir la position du locataire du palais de Carthage pour qu'il accepte le remaniement, accueille les nouveaux ministres et les autorise à prêter serment comme l'exige l'article 89 de la Constitution, le Président de la République campe sur sa position initiale qu'il a exprimée haut et fort — faut-il le rappeler, avant même que Hichem Mechichi ne révèle la liste des nouveaux ministres et ne sollicite le Parlement pour qu'il leur accorde sa confiance.
Hier, face aux représentants des blocs parlementaires qu'il a invités au Palais de Carthage (Qalb Tounès, le PDL et Al Karama n'ont pas été invités à la réunion), Kaïs Saïed a expliqué les bases sur lesquelles il a fondé sa position et est revenu, en plus des soupçons qui pèsent sur les ministres en question, sur le remaniement qu'il considère comme anticonstitutionnel dans la mesure où il n'a pas respecté les conditions contenues dans l'article en question qui stipule, en effet, que tout remaniement ministériel ou transformation de la structuration du gouvernement (annulation ou création de nouveaux ministères) doivent être discutés lors d'un Conseil des ministres tenu bien avant la décision d'annoncer l'identité des nouveaux ministres ou les nouveaux ministères ou ceux appelés à disparaître.
Cette clause prévue dans l'article 92 de la Constitution n'a pas été respectée et Hichem Mechichi s'est trouvé dans l'obligation de tenir le Conseil des ministres en question, bien après l'annonce du remaniement quand le Président de la République lui a fait la remarque à l'occasion de la réunion du Conseil de sécurité nationale.
Mechichi consulte les experts
Quant à Hichem Mechichi, qui attend toujours l'avis que rendra le Tribunal administratif à propos de la demande de la consultation qu'il lui a fait parvenir, il n'est pas resté les bras croisés puisqu'il a lui aussi invité plusieurs experts pour qu'ils lui indiquent la voie à suivre face au refus de Kaïs Saïed d'avaliser le remaniement ministériel qu'il vient d'opérer et de permettre aux nouveaux ministres de prendre leurs fonctions. Et les experts sollicités par Mechichi d'insister, pratiquement à l'unisson, sur le caractère purement politique de la crise, dans le sens que pour eux, s'il y a une solution, elle ne peut être que constitutionnelle ou juridique. Ainsi, considèrent-ils, comme le souligne le professeur de droit international public Haykel Ben Mahfoudh, que «le problème est d'ordre politique dans son ensemble et requiert des solutions politiques en premier lieu».
On a évoqué également, lors de cette réunion, d'autres solutions comme la médiation ou la possibilité d'arbitrage. Des solutions qui favorisent la solution politique «dans la mesure où la questions est politique et nécessite des solutions politiques».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.