Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine : Voici la proposition d'Othman Jerandi    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Météo | Températures en légère hausse ce samedi    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    Ephéméride – 4 décembre 2012 : Les Ligues de protection de la révolution attaquent le siège de l'UGTT    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tourki : l'INLUCC infiltrée et politisée depuis 2017    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisair : Mise à jour des conditions de déplacement vers le Canada    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Infos bourse – Le titre Essoukna baisse considérablement    Tourisme | Le réseau français « Selectour » tient son 11ème congrès en Tunisie    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Tunisie : Malek Ezzahi plusieurs recrutements des personnes handicapées dans la fonction publique    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    Les Gouverneurs des Banques centrales de la Tunisie, du Maroc et de l'Egypte insistent sur l'importance de la coordination entre la politique monétaire et budgétaire    Candidature au Conseil de paix et de sécurité de l'UA Précisions de la diplomatie tunisienne    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Taboubi s'excuse auprès de Bouden    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Chuchotis du Mardi | Yémen : marche sous les bombes, crève de famine ou meurs du Covid
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 03 - 2021


Crédit : AP/Hani Mohammed
Par Abdel Aziz HALI
Guerre par procuration, bavures militaires, attentats terroristes, famine, dengue, choléra, malaria, chikungunya et Covid-19 : les Yéménites font face à la pire crise humanitaire de la planète.
Depuis le 26 mars 2015, le conflit opposant Riyad et sa coalition sunnite aux rebelles Houhtis — proxy local de Téhéran — a tué plus de 230.000 âmes, selon l'ONU, et provoqué un exode massif de population au sein du pays.
Parallèlement, plus de 24 millions de personnes, soit 80 % de la population du pays, ont besoin d'une aide d'urgence, et plus de la moitié de la population ne mange pas à sa faim, soit 7,4 millions de personnes souffrent de malnutrition, dont 2 millions d'enfants, précise Oxfam International (Oxford Committee for Famine Relief: une confédération de 20 organisations caritatives indépendantes à travers le monde-Ndlr).
Entre l'anéantissement de l'économie et l'effondrement des services de santé et d'approvisionnement en eau, voilà que la pandémie du nouveau coronavirus vient d'enfoncer l'ex-royaume de Saba dans les sentiers de la perdition.
«Un très fort afflux de patients gravement malades du Covid-19 nécessitant une hospitalisation à Aden (sud) et dans de nombreuses autres régions du pays», souligne un tweet de Médecins sans frontières (MSF), une ONG médicale humanitaire internationale d'origine française fondée en 1971 à Paris. «La forte augmentation des cas de Covid-19 au cours des dernières semaines est extrêmement alarmante et inquiétante», a également fait savoir Raphael Veicht, chef de mission de MSF au Yémen, cité dans un communiqué.
Or, la réponse d'urgence au Covid-19 des organisations humanitaires et soutien des donateurs internationaux est aux abonnés absents.
Pis encore, le matériel médical, les unités hospitalières patinent — seulement la moitié des unités hospitalières fonctionnent pleinement — et les professionnels de santé qualifiés manque à l'appel et la capacité des établissements à traiter les personnes en soins intensifs est «limitée», voire flirtant avec le zéro de Khawarezmi.
«Malheureusement, beaucoup de patients que nous voyons sont déjà dans un état critique à leur arrivée », mentionne Line Lootens, coordinatrice médicale de MSF au Yémen. D'après elle, leur prise en charge est «techniquement difficile et nécessite un très haut niveau de soins».
Si le pays compte environ 30 millions d'habitants, les autorités sanitaires et les ONG ont officiellement recensé quelque 3.900 cas d'infection, soit une centaine de nouveaux cas quotidiens — bien plus qu'au début de la crise —, dont 820 décès: des chiffres très éloignés de la réalité, en raison du manque de tests disponibles.
Devant un tel tableau, le comité chargé de lutter contre l'épidémie avait appelé le gouvernement à déclarer «l'état d'urgence sanitaire» et imposer un «couvre-feu partiel» face à une «seconde vague» de la pandémie.
Il est à rappeler qu'en 2017, le pays a été confronté à la plus importante épidémie de choléra jamais enregistrée. Oxfam International estime que plus d'un million de personnes ont contracté la maladie cette année-là et au moins 3.000 personnes en sont décédées.
Pendant ce temps-là, les Houthis et les forces loyalistes appuyées par la coalition arabe sous commandement saoudien, voire les combattants d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), poursuivent leur guerre sans fin, en faisant payer
aux pauvres civils affamés un lourd tribut.
Et les nations du monde libre ou les Brics (acronyme anglais pour désigner le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud) ont d'autres chats à fouetter.
Après tout, le Yémen, ce pauvre pays, n'est ni le Koweït ou l'Irak avec ses gigantesques gisements pétroliers ni la Syrie avec ses bases militaires si stratégiques pour le Kremlin.
Circulez, il n'y a rien à voir pour ne pas dire cachez ce drame qu'ils ne sauraient voir !
A.A.H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.