Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Désigné coupable » de Kevin Mac Donald : Jeune, Mauritanien, musulman et innocent
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 06 - 2021

Le film sortira bientôt sur les écrans et bientôt également sur Netflix, la plateforme très prisée par les Tunisiens. « Désigné coupable » est un film très réussi dans sa facture, un film de procès qui réunit Tahar Rahimi et Jodie Foster. Le premier film qui traite d'un prisonnier musulman accusé à tort et emprisonné pendant 13 ans à Guantanamo. Le cinéma américain tente-t-il de faire son mea-culpa face à Guantanamo ou interroge-t-il sa propre histoire ?
Il s'agit d'une histoire vraie, celle de Mohamedou Ould Slahi, un Mauritanien que son pays a livré aux Etats-Unis, après les attentats du 11 septembre 2001; à l'époque, les Etats Unis sombraient dans la paranoïa et étaient prêts à tout pour dénicher les coupables. Mohamedou Ould Slahi livre dans ses mémoires, «Les Carnets de Guantanamo », le témoignage édifiant des conditions inhumaines de la plus tristement célèbre prison du monde. Curieusement c'est un réalisateur (Kevin Mac Donald) dont la carrière était complètement tournée vers le documentaire qui s'empare de ce récit puissant et en fait un film dont voici le synopsis. « Sans même avoir été inculpé et sans procès, Mohamadou Ould Slahi est envoyé dans le camp de détention de Guantanamo Bay à Cuba où il vit un cauchemar. Il ne cesse de clamer son innocence et demande l'aide de deux avocates, Nancy Hollander et son associé Teri Duncan. Les deux femmes lui demandent d'écrire son témoignage car c'est plus simple pour lui comme il est dangereux de parler en présence des caméras de surveillance. Elles se heurtent à l'Etat américain qui va tout faire pour rendre impossible leur travail de défense… »
Le réalisateur ne lésine pas sur le casting du reste pour raconter ce terrible périple. Il fait appel à Jodie Foster (Golden globe de la meilleure actrice pour ce rôle) et Tahar Rahimi mais aussi à Benedict Cumberbatch. Talentueux les acteurs ! Mais aussi bien dirigés ! Tahar Rahimi, dans ce rôle, sort de ses gonds et de ses rôles jusque-là bien interprétés mais qui épousent le caractère d'un personnage en « ligne droite ». Dans « Désigné coupable » il nous sort des moments où il est drôle et touchant et il arrive à nous les faire passer dans cet univers inhumain qui est Guantanamo.
A notre sens, on gagnerait à voir ce film parce qu'il casse avec le manichéisme qui a marqué le cinéma américain après le traumatisme du 11 septembre. Le personnage, parti pour déplaire tout genre de public car il est jeune Mauritanien et musulman, sort des clichés classiques. Le réalisateur, en cultivant une ambiguïté particulière, tente d'assurer l'innocence de ce détenu incarcéré injustement et nous renvoie à nos propres jugements. La mise en scène, anxiogène et sans temps morts, écrite, filmée et sonorisée de manière à ce qu'elle s'adresse à nos sens, achève de donner au film une dimension profondément humaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.