Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Sondages d'opinion: Entre crédibilité et risques de manipulation politique    Interrogations légitimes    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Logements sociaux de la Sprols (El Manar, El Menzah 8, El Romana et la Marsa): Le torchon brûle avec les locataires    Instabilité politique — Marouane Abassi : «Nous avons eu une dizaine de ministres des Finances en 10 ans !»    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Foot-Europe: le programme du jour    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Le changement de la date de la fête de la Révolution est « une grande réalisation »    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    7 classes fermées à Médenine à cause du coronavirus    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Taboubi s'excuse auprès de Bouden    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Focus Business | L'endettement qui fait souffrir
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 07 - 2021

L'endettement en Tunisie a atteint des proportions intolérables. En effet, de l'avis même de la Banque centrale de Tunisie, le recours à la dette est des plus élevés. D'où la nécessité de maîtriser la dette pour éviter d'alourdir la charge aux générations futures qui seront appelées à rembourser la dette. Certes, l'Etat a besoin d'emprunter de l'argent pour boucler son budget annuel qui est souvent revu dans le cadre d'un budget complémentaire, mais des précautions doivent être prises pour ne pas déséquilibrer les finances publiques.
La marge de manœuvre de la Tunisie sur le marché financier est fort limité. Plusieurs bailleurs de fonds internationaux imposent des conditions rigoureuses pour prêter à notre pays car la situation économique et financière est désastreuse. Ainsi, le taux d'intérêt pratiqué est élevé. La Tunisie est appelée à contracter de nouveaux crédits pour rembourser ceux déjà obtenus. C'est un cercle vicieux qui est constaté depuis des années. Il est nécessaire de se tourner vers de nouvelles sources de financement pour bénéficier de fonds en devises. Ainsi, les banques des pays du Golfe peuvent être une solution dans ce sens.
Certaines banques arabes sont disposées à fournir des financements sans taux d'intérêt et avec des facilités préférentielles, notamment pour la réalisation de projets d'intérêt général qui profitent aux citoyens. Des contacts devraient être établis avec ces institutions financières en vue de présenter les demandes de financement. En principe, les fonds contractés à travers les crédits servent à financer des projets de développement régional, comme l'adduction à l'eau potable, l'infrastructure de base, l'électrification et autres projets, dont certains connaissent parfois un retard de réalisation à cause de certains facteurs, comme ceux qui concernent les problèmes fonciers, l'empêchement du travail, le blocage des routes…
Certains crédits doivent être utilisés dans un délai donné, sinon ils seront retirés. De plus, on constate, parfois, un retard dans l'approbation des contrats de crédits à l'Assemblée des représentants du peuple, ce qui risque l'expiration du délai de déblocage des fonds. Mais, d'une façon générale, le recours aux crédits doit se faire de façon rationnelle pour éviter des problèmes au niveau de la trésorerie de l'Etat.
La Tunisie a besoin de fonds en devises pour payer ses anciennes dettes, mais aussi pour importer des matières premières destinées à la consommation des citoyens et des entreprises, comme les céréales, les hydrocarbures et d'autres produits semi-finis et des équipements pour l'industrie. Il faut surtout éviter de s'endetter pour le paiement des salaires et des projets improductifs qui ne rapportent rien à l'économie nationale. Il faut plutôt contracter des crédits pour investir dans des projets à rentabilité sûre, qui profitent à tous les citoyens et qui peuvent être un facteur de prospérité pour l'économie du pays et l'intérêt général. Une vision prospective de l'endettement devrait être engagée en impliquant les experts et spécialistes dans le domaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.