Ons Jabeur passe au second tour du tournoi de Wimbledon 2022    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Cyber-sécurité : L'ANSI met en garde contre une nouvelle technique d'hameçonnage    Auto: 16 industriels se sont associés dans le cadre du projet 5G    Laârayedh: Hamadi Jebali doit être hospitalisé à l'hôpital militaire pour une chirurgie urgente    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    UGTT : grève générale au sein de la fonction et du secteur publics    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Mourad Messaoudi : les magistrats continueront à faire grève !    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    « Espace El Mdina » à Hammamet : Une exposition de peintures géantes et un spectacle scout pour clôturer l'atelier artistique sur la lutte contre les violences économiques faites aux femmes    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    Une centrale solaire flottante installée au Lac de Tunis    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Les sympathisants de 5 partis politiques affirment avoir été agressés par les " milices de Kais Saïed"    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Lancement new Opel Mokka en Tunisie, tout sauf normal !    Météo: Températures en hausse, ce lundi    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UGTT propose onze points pour débloquer la crise politique
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 09 - 2021

La Centrale syndicale semble s'inscrire davantage dans une démarche politique visant à placer le Président de la République devant un fait accompli : on vous soutient, oui ! Mais vous ne pouvez pas faire cavalier seul dans cette situation de blocage. C'est, en tout cas, ce que veut faire entendre la Centrale syndicale en multipliant dernièrement ses manœuvres d'ordre politique.
Plus d'un mois et demi après les évènements du 25 juillet, les choses sont toujours au point mort, du moins en ce qui concerne la mise en place d'un nouveau gouvernement. En dépit de quelques décisions, des descentes spectaculaires dans les entrepôts de spéculation, des arrestations et des affaires de justice, la crise politique est loin d'être résolue. Ce qui a valu une pression étrangère de plus en plus grandissante.
Sauf que cette pression ne parvient pas uniquement de l'Occident. A l'intérieur, le Président de la République est également sous pression. Autant dire que la situation de tension dans l'échiquier politique persiste encore, impliquant même les organisations nationales.
Parmi ces organisations figure assurément l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt) qui n'a cessé, depuis plusieurs semaines, d'appeler à une feuille de route, jusqu'à ce qu'elle ait décidé de dresser la sienne ! Le dernier tête-à-tête entre Kaïs Saïed et le premier responsable de la Centrale syndicale remonte au 26 juillet, le lendemain du coup de passage en force opéré par le Président de la République et ayant fini par la prise de tous les pouvoirs. Depuis, les canaux de communication ne se sont pas renouvelés entre les deux parties, et pour l'Ugtt on se contentait de quelques déclarations appelant le Chef de l'Etat à clarifier ses positions.
Il n'en demeure pas moins que depuis le 25, Saïed a invité à maintes reprises le président du patronat, Samir Majoul, pour multiplier ses messages aux hommes d'affaires et aux Tunisiens.
Hier, lundi, Taboubi a haussé le ton pour défendre sa structure et pour s'adresser implicitement à Kaïs Saïed. « Nul ne pourra gouverner la Tunisie, tout seul », a-t-il laissé entendre, mettant en garde contre toute atteinte à la Centrale syndicale. « Présentez-nous votre vision, et nous allons la discuter et l'approuver », s'est-il encore adressé à Kaïs Saïed, se montrant attaché aux choix nationaux pour la Tunisie.
Face à ce blocage, l'Ugtt était contrainte d'agir en proposant sa vision de sortie de l'actuelle crise politique. Vendredi dernier, la Centrale syndicale a rendu publique sa feuille de route dressée par la direction des Etudes et documentations dans l'objectif de résoudre l'actuelle crise d'ordre politique, économique et sociale.
Nouveau gouvernement, élections anticipées
Cette feuille de route repose sur la capacité de Kaïs Saïed à gérer la prochaine phase politique. En premier, l'Ugtt pense qu'il est indispensable d'accélérer la mise en place d'un nouveau gouvernement pour affronter les défis économiques, sociaux et sanitaires. Un gouvernement restreint composé de compétences nationales qui n'auront pas la possibilité de candidater lors des prochaines élections et seront responsables uniquement devant Kaïs Saïed.
Ensuite, il est nécessaire de délimiter dans le temps les mesures exceptionnelles que le Président de la République a décrétées le 25 juillet. Le troisième point, concerne « la création d'une instance nationale consultative dont la mission sera de mettre en œuvre une réforme politique incluant le régime politique, la loi électorale, et la Constitution ».
Pour la Centrale syndicale, il est également nécessaire de transférer le rapport de la Cour des comptes sur les résultats des élections présidentielle et législatives de 2019 devant les autorités judiciaires compétentes et mettre en place les mécanismes adéquats pour concrétiser les décisions qui en émanent. Cet appel fait allusion aux infractions qualifiées de graves commises par certains partis politiques, notamment en ce qui concerne le financement politique étranger.
Outre des garanties législatives et légales, mais aussi des procédures administratives pour purifier la vie politique, l'Ugtt veut également ouvrir les dossiers de corruption relatifs à quelques instances nationales, comme l'Inlucc et l'IVD, mais aussi une révision du code des collectivités locales.
En résumé, ce sont les points de cette feuille de route présentée par l'Ugtt à l'opinion publique, reposant essentiellement sur la capacité du Président de la République à gérer la prochaine phase politique, économique et sociale et à mener sa guerre contre la corruption.
Vers l'amendement de la Constitution ?
Cette feuille de route intervient en marge d'une polémique provoquée par les déclarations d'un conseiller du Président de la République portant sur une possible suspension de la Constitution. Si le Chef de l'Etat s'est clairement déclaré pour le respect de la Constitution, il n'a pas manqué de préciser que certains amendements restent possibles. Ses propos ne sont pas passés inaperçus. Dans des déclarations médiatiques, le secrétaire général de l'Ugtt, Noureddine Taboubi, a appelé à l'organisation d'élections anticipées, pour élire un Parlement qui devra, par la suite, statuer sur un éventuel changement du système politique et de la Constitution. Une façon de dire que l'Ugtt refuse toute suspension de la Constitution par le Président. « Un changement est nécessaire et les réformes sont inéluctables. Toutefois, une intelligence politique est requise pour passer d'une situation à une autre. Les Tunisiens qui sont sortis dans les rues le 25 juillet ont exprimé un ras-le-bol de la situation et non pour défendre une personne en particulier », a tenu à clarifier Taboubi.
Dans ce contexte, le deuxième responsable de l'Ugtt, Sami Tahri, a estimé que la Tunisie est face à deux voies : le dialogue ou la dictature. « Deux voies et pas de troisième : le partage et le dialogue, bien évidemment, selon des conditions ou l'autocratie et la dictature et ce qu'elles peuvent engendrer comme soumission définitive aux exigences étrangères », s'est-il exprimé.
En tout cas, dans sa démarche, l'Ugtt a pu s'offrir de nombreux soutiens. Primo, la récente entrevue entre Taboubi et la présidente du Parti Destourien Libre (PDL) a été interprétée comme un possible rapprochement entre les deux parties, ce qui renforcera la position de la Centrale syndicale. Secundo, le secrétaire général d'Attayar démocratique, Ghazi Chaouachi, a annoncé que son parti soutient les propositions de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt) qui visent à faire sortir le pays de la crise.
En résumé, l'Ugtt semble s'inscrire dans une démarche politique visant à placer le Président de la République devant un fait accompli : On vous soutient, oui ! Mais vous ne pouvez pas faire cavalier seul dans cette situation de blocage, c'est ce que veut dire la Centrale syndicale en multipliant dernièrement ses manœuvres d'ordre politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.