CAN 2021 – Gr D : l'Egypte bat le Soudan et file en 1/8    Raoudha Karafi : Kaïs Saïed veut punir le CSM car il a refusé son ingérence !    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Tunisie : e-istichara.tn sur TikTok et Instagram    Qui a rédigé les questions des consultations populaires ? Le ministre de la Jeunesse répond    Béja: 500 nouvelles contaminations au Coronavirus    Grève: La Fédération générale des postes rejette la décision de la réquisition et saisit la justice [Audio]    Le parquet informé de la mort d'une personne, retrouvée inconsciente vendredi dernier près du Palais des congrès    Mesures sanitaires dans les écoles: Jalila Ben Khelil rassure [Audio]    Seulement 20% des Tunisiens respectent les mesures préventives ?    CAN 2022 – Algérie vs Cote d'Ivoire : Où regarder le match en direct ?    TPR : Progression du chiffres d'affaires de 13%    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    14 janvier: Un manifestant décède suite à la violence policière d'après le Mouvement des Citoyens contre le "coup d'Etat"    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hemili, le film qui brise tous les tabous    L'ordinateur portable HUAWEI MateBook 14 disponible en Tunisie : 5 raisons pour l'acquérir    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    CONDOLEANCES    Foot-Europe: le programme du jour    QNB – Résultats Financiers Q4 2021    2021, Une année de distinctions pour AMEN BANK    Démarrage du programme "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement" dans le cadre du projet "Scénarios Verts"    Tunisie – météo: Temps stable et légère hausse des températures    BILLET | Impact potentiel    Accusé dans l'affaire des assassinats des deux martyrs Belaïd et Brahmi, Mustapha Khedher libéré : Le mystère persiste    Tunisie : Grève des agents municipaux    Covid-19 | Bizerte : 41 établissements éducatifs fermés et appel à la reprise des cours    Les assignés à résidence de la semaine dernière ont été libérés par la justice    Les conséquences de la hausse des prix de pétrole sur la Tunisie    CAN 2021 : Le programme détaillé des 8e de finale    Tunisie-Gambie : Un arbitre mexicain au sifflet    Indécent !    AS Rejiche : Jassem Hamdouni de retour    Partenariat public-privé : Près de 230 concessions accordées entre 2017 et 2021    La Tunisie exporte des oranges maltaises vers Marseille    OPINION: Le jeune cinéma tunisien à l'heure des défis    CAN 2022: L'équipe de la Tunisie la plus touchée par la Covid, 13 cas recensés (liste)    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hmili, au cinéma    Violences policières Des organisations nationales exigent des excuses officielles de Kaïs Saïed    France : Blanquer à Ibiza alors que sa gestion du Coronavirus fait jaser, ça fait tache    Le bâtiment Kobbet Lahoua à la Marsa classé monument historique    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Aux éditions LALLA HADRIA : «En Tunisie» de Jellel Gasteli    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ils n'en démordent pas
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 11 - 2021

Il est toujours bon de le rappeler : il y a dans le paysage politique, comme d'ailleurs dans beaucoup d'autres activités, un turnover chez les principaux acteurs qui ne se lassent jamais et qui — au lieu d'apaiser un climat de plus en plus tendu du fait des enjeux et des pressions et, par conséquent, revenir à un environnement plus serein, assainir l'ambiance et ramener la sérénité entre les différentes parties prenantes —, font tout pour rendre impossible un éventuel retour à la normale. Dans l'armoire aux mauvais souvenirs, les dérapages occupent, à coup sûr, une place de choix.
Selon Rached Ghannouchi, le Parlement sera de retour « qu'on le veuille ou non ». Il continue à penser et à rappeler à tous ceux qui veulent encore l'entendre que « l'institution parlementaire avait été victime de dénigrement en dépit de ses réalisations », appuyant sa thèse par l'adoption de la loi 38 pour l'intégration des chômeurs dans la fonction publique.
L'histoire de l'ARP révèle, cependant, un cheminement bien plus périlleux que ne le laissent croire aujourd'hui les déclarations du président de l'ARP suspendu. Les données, les constats et les résultats le prouvent. Ils ont quelque chose de vertigineux. Un regard rétrospectif ne manque pas, à coup sûr, de raviver un mal-être, une rancœur, voire un traumatisme.
On ne saurait suffisamment l'exprimer, mais l'ambiance au sein de l'ARP était entrée dans une phase de décomposition à laquelle il était impossible de trouver un remède. Le constat était déconcertant, mais le Parlement devenait un risque majeur pour tout le processus démocratique. Les acteurs, dont la plupart étaient rejetés par la majorité écrasante des Tunisiens, s'amusaient à se renvoyer l'ascenseur. Pire que le désaccord et la guerre médiatique, il était question de fuite en avant et d'inconscience de la part de ceux qui n'arrivaient pas vraiment à se rendre utiles, ou encore à faire l'unanimité. La confiance, la sérénité et les rapports paisibles étaient abandonnés dans les tiroirs. Les députés, et derrière eux les partis, ont laissé passer une chance, peut-être pas unique, mais une grande chance, pour la consécration d'une nouvelle ère. Les positions se durcissaient, et d'une épreuve à l'autre, l'institution parlementaire en accusait le coup. Explicitement, l'image d'une Assemblée défaillante, n'ayant que les polémiques et les altercations comme raison d'être, est souvent attribuée. L'exemple révélateur de députés sans scrupule et dépassant toutes les lignes rouges avait permis aux Tunisiens de réaliser que les élus qu'ils avaient choisis portaient systématiquement préjudice aux perspectives démocratiques de leur pays. Résultat : un abaissement et une déchéance plus que jamais inquiétants.
Oui, et comme le confirme Ghannouchi, le Parlement sera certainement de retour. Mais sous une autre forme et avec de nouveaux acteurs. Des élections législatives anticipées sont de nature à remettre les choses à leur place. La question de fond tourne aujourd'hui autour du bien-fondé d'une loi électorale et d'un système politique souvent inadaptés. Il n'est plus difficile de comprendre que cela a mis à nu ceux qui n'ont jamais été à la hauteur de la responsabilité et pour qui les valeurs démocratiques et toutes les significations qui s'y rattachent n'ont pas visiblement de sens, encore moins de raison d'être.
On ne saura oublier que le modèle parlementaire, tel qu'il est encore revendiqué par certains, est fortement affecté par des considérations et des arguments qui n'ont aucun rapport avec la réalité des Tunisiens et de la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.