Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 12 - 2021

La Cinémathèque a réservé au public un cycle de projection intitulé «Figures et lieu» inauguré le 30 novembre par l'avant-première mondiale du long métrage « Tabarkini la mer qui unit » de Habib Mestiri.
La Cinémathèque Tunisienne n'a pas manqué d'exprimer son soutien à la cause palestinienne à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le 29 novembre, en concoctant un programme de projection de courts-métrages «Palestinian Shorts». Le public a pu découvrir « Ambiance» de Wissam Al Jafary, sorti en 2019. Un film de 15 minutes en noir et blanc où le réalisateur raconte les difficultés rencontrées par deux jeunes musiciens qui tentent d'enregistrer une bande démo pour un concours musical dans un camp de réfugiés bruyant et surpeuplé. Le sien en l'occurrence, Dheisheh, près de Bethléem. Alors que les deux garçons échouent à cause du brouhaha qui y règne, ils décident de s'adapter et de capter ce vacarme pour «le transformer en art».
« Ayny» (Mon deuxième œil) de Ahmad Saleh, sorti en 2016; un film d'animation qui raconte l'histoire de deux frères fuyant une guerre cruelle qui a détruit leur maison. Ils trouvent refuge sous le manteau de leur mère et se soutiennent, passionnés par le même amour de la musique. Un jour, ils découvrent l'oud, un instrument d'une grande beauté dont ils tombent amoureux.
« Bethlehem» 2001, une fiction de 14 mn réalisée par Ibrahim Handal et sortie en 2020. On y rencontre un jeune Palestinien qui se promène entre ses réflexions actuelles et ses souvenirs d'enfance de l'invasion militaire israélienne et du siège de Bethléem en 2001. Il tente de comprendre comment ses parents l'ont protégé dans ces moments difficiles, dans l'espoir que cela l'aiderait à faire face au temps présent et à gérer ses peurs.
« Bonboné » de Rakan Mayazi (2017) avec Salah et Ziad Bakri, Nadia Omran et Rana Alamuddin.
Le film raconte l'histoire d'un couple palestinien qui recourt à un moyen inhabituel pour faire des enfants ; d'autant que le père est détenu dans les prisons israéliennes qui interdisent les visites.
« Five boys and a wheel » de Said Zagha (2016), une adaptation de la nouvelle de l'auteur américain Raymond Carver et « The Parrot » de Darin J. Sallam et Amjad Al-Rasheed (2016, Jordanie) avec la participation de Hend Sabri. Peu après la création de l'Etat d'Israël en mai 1948, une famille juive émigre de Tunisie à Haïfa dans l'espoir d'y commencer une nouvelle vie. Mousa, père de famille peu sûr de lui, sa femme Rachel et leur fille Aziza, ont été installés dans une maison de Palestiniens. Ceux-ci ont dû partir incroyablement vite, laissant tout en plan, ils ont même oublié leur perroquet... très bavard ! Quand le père ose inviter leurs voisins ashkénazes, il n'a pas pensé un instant que Saïd le bavard allait raconter des histoires du passé.
Pour le reste de la semaine, la Cinémathèque a réservé au public un cycle de films tunisiens intitulé «Figures et lieu», inauguré le 30 novembre par l'avant-première mondiale du long-métrage « Tabarkini la mer qui unit » de Habib Mestiri.
Enfin, on reviendra sur des incontournables et autres films d'anthologie du cinéma tunisien, à l'instar de « Thala mon amour » de Mehdi Hmili, « Le Sultan de la Médina » de Moncef Dhouib (1992), « Khorma Le crieur de nouvelles » de Jilani Saâdi (2002) et « Essaida » de Mohamed Zran (1996).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.