Par Jawhar Chatty : Le « Printemps tunisien », enfin ?    GROUPES F ET E — 2E JOURNEE: Algérie-Côte d'Ivoire, le duel à distance    Foot-Europe: le programme du jour    Open d'Australie : Ons Jabeur est prête pour son entrée demain !    Ils ont dit    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    La Presse Magazine du Dimanche 16 janvier 2022 consultable sur notre site    Consultation nationale: Quelle place pour les Tunisiens à l'étranger dans ce rendez-vous préélectoral ?    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Exposition «Les Beys Husseinites» au centre des Arts, de la Culture et des Lettres de Ksar Said: Un saut dans le temps    Open d'Australie : Pas de 10e titre pour Djoko cette année !!    NBA : Boston et Philadelphie plus forts que Chicago et Miami    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Du nouveau sur l'accident des deux métros    La parvovirose des chiots    Les fleurs au cœur de l'hiver    Crise d'asthme à la maison : comment réagir    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Coronavirus : Bilan épidémiologique du 14 Janvier    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Kaïs Saïed : avions-nous vraiment besoin d'une Cour constitutionnelle ?    La Tunisie reçoit un don de 100 mille doses de vaccins de la Russie    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    PSG vs Brest : Comment regarder le match en direct et live streaming ?    Lancement de la 9e promotion de l'incubateur Tunisien Lab'ess avec 10 porteurs de projets    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Des nouvelles nominations au ministère de l'Industrie    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    Le cannabis pour se protéger du Coronavirus ?    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Risque d'attentat: La France appelle ses ressortissants en Tunisie à la vigilance maximale    Royaume-Uni : Johnson pourrait être balayé par ses fêtes en plein confinement    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    Projection-débat autour du documentaire Movma, portrait d'une jeunesse en mouvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 12 - 2021

Il faut se rendre à l'évidence : nous n'en finirons pas avec cette pandémie. Pas de sitôt en tout cas. L'espoir suscité par le vaccin est en effet anéanti par l'apparition successive de nouveaux variants. Partout dans le monde, les gouvernements sont en état d'alerte. L'inquiétude est à son paroxysme après l'identification et la propagation du nouveau variant «Omicron» dans plusieurs pays du monde.
Ces derniers commencent à se remettre partiellement ou entièrement sous cloche, sur fond de résurgence de la pandémie. Victime brutale de la pandémie, l'économie mondiale, en pleine convalescence, est déjà affectée par ce variant qui s'accompagne de mesures de restriction, notamment dans les secteurs du transport aérien.
Cette nouvelle souche, potentiellement plus contagieuse, pourrait représenter une menace pour la reprise économique, avertissent l'Ocde et les experts économiques. Bien qu'elles ne prennent pas en considération les derniers développements autour du variant Omicron, dont le niveau de virulence est encore incertain, les prévisions de croissance mondiale de l'Ocde ont été revues en légère baisse de 0,1 point à 5,6%, en comparaison avec les précédentes prévisions de septembre. L'année prochaine, l'activité serait en revanche inchangée, à raison de 4,5%.
D'après les analystes d'Oxford Economics, ce variant pourrait coûter entre 0,25% à la croissance mondiale l'an prochain, s'il s'avère relativement inoffensif, et plus de 2%, si une large partie de la population mondiale devait à nouveau se confiner.
Dans le même contexte, l'Organisation des pays exportateurs du pétrole et ses alliés «Opep+», œuvreront à assurer les approvisionnements en pétrole sur le marché international et à prendre toutes les mesures indispensables à la préservation de l'équilibre du marché.
Le variant Omicron pourrait avoir également des conséquences directes au niveau économique. L'un des secteurs qui pourrait se retrouver en difficulté est le tourisme. Les annulations de réservation de voyage et d'hôtels, en cette fin d'année, s'enchaînent déjà depuis quelques jours.
Avec l'annonce de la cinquième vague, les répercussions sur l'économie de la circulation du variant Omicron demeurent encore incertaines. Les avis des experts se croisent, certains se veulent plutôt rassurants à ce stade, d'autres pensent que ce variant représente un risque jugé «élevé à très élevé» et constitue une menace réelle pour les économies nationales.
Mais, du scénario le plus favorable aux hypothèses les plus sombres, les économistes planchent déjà sur de nouvelles prévisions en 2022, toutes revues à la baisse. Le FMI, en l'occurrence, martèle depuis des mois que le covid reste le principal risque pour l'économie mondiale et exhorte à accélérer la vaccination. En octobre, il tablait sur une croissance de 4,9% pour l'an prochain.
L'impact économique pourrait être «modeste» de l'ordre de 0,25% sur la croissance mondiale 2022 si Omicron provoque «des symptômes relativement modérés» et que les vaccins sont «efficaces», souligne Gregory Daco, chef économiste chez Oxford Economics.
Un retour à des mesures restrictives au niveau mondial et national n'est pas à exclure. L'imprévisibilité de ce virus prend encore en otage les économies du monde entier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.