son excellence Marcus Cornaro, ambassadeur de l'UE en tunisie, à La Presse : « Je suis heureux que l'Union européenne soit en mesure de contribuer à toutes les dynamiques porteuses d'espoir »    Reprise des protestations à Agareb : la réouverture de la décharge objet d'un référendum    Fekih : il n'y a pas de conflits entre le gouvernorat et la municipalité de Tunis    Météo : Pluies orageuses prévues dans les régions de l'ouest    Urgent: Le siège du syndicat national des forces intérieures à Tunis fermé    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    Gabes: Augmentation de 90% de la production des crevettes royales    QNB – La BCE est sous pression pour réajuster sa politique monétaire    Covid: Lancement d'une campagne de sensibilisation à la vaccination    BCT: Les recettes touristiques ont augmenté de 86%    Météo: Pluies éparses et temporairement orageuses, ce lundi    Un vendeur se pend, un citoyen s'immole, la période électorale démarre… Les 5 infos du week-end    Italie : Elections : Le gouvernement bascule à l'extrême droite    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    Des associations et des organisations solidaires avec la militante Myriam Bribri    L'OTE appelle les établissements bancaires à faciliter les flux financiers des Tunisiens à l'étranger    Tunisie – Suicide d'un commerçant à Mornag : Audition du maire de la ville    Hand – 43e Championnat d'Afrique des Clubs Champions : Programme complet du 1er tour    Hand – Championnat arabe des clubs (H) : L'Espérance en finale et attend le Zamalek ou Kuweït SC    BRICS : Tebboune jette un pavé dans la mare à 2 semaines d'une importante visite    Saisies de produits alimentaires : le ministère du Commerce publie son bilan    Par Jawhar Chatty : Le sucre, les révolutions de demain    France : Un avion rate son atterrissage et finit dans un étang    Samir Dilou : l'affaire de l'expédition des jeunes est politique et vindicative    Danemark-France, les compos probables des adversaires de laTunisie    Isie - Démarrage de la période électorale    Ukraine : Pékin brise les rêves de Poutine au nom de ses "intérêts"    Gabes : hausse de la production des crevettes royales de 90%, à fin août 2022    La BCE est sous pression pour reajuster sa politique monétaire    Législatives : L'attelage présidentiel écrase tout et passe, tous réduits au silence dès aujourd'hui    Ligue des Nations: le programme de ce dimanche    ESS—une série de matchs amicaux concluante: La saison peut bien débuter    Hand-ball—Championnat Arabe Tous les chemins mènent au derby !    CONDOLEANCES    EXPATRIES: Quatuor précieux    Noor Arjoun (chanteuse) et Selim Arjoun (musicien) à La Presse: "Le concert du Festival de Carthage était la célébration de toute la jeunesse tunisienne"    Portrait — Dr Hayet Ketat-Guermazi, ministre des Affaires culturelles    Décret-loi n° 55, vu par le magistrat Mohamed Laarbi : « Une grande pression sur les magistrats administratifs »    Nahj El Bacha: Quand l'espace incite au rêve et débride les fantasmes...    L'Institut national du patrimoine précise que le badigeonnage à la chaux n'altère en rien la Feskia de Kairouan    Mhamed Slaheddine Chérif, Hammadi Redissi, Jocelyne Dakhlia et Olga Lizzini, lauréats de Prix du Forum Insaniyyat    Ahmed Ounaïes: La Palestine et le double standard    Film Gadeha , Une seconde vie d'Anis Lassoued : Un film immersion dans la pré-adolescence    Amical : Le Brésil bat le Ghana 3-0    Tunisie-Bangladesh : Vers le renforcement des échanges commerciaux    Lorsque le président Ukrainien Volodymyr Zelenskiy évoque la Tunisie    Guerre en Ukraine : Faut-il craindre une attaque nucléaire ?    Zarzis-Migration clandestine: Trois cadavres rejetés par la mer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mes odyssées en Méditerranée | Maltais de Tunisie: «Malta ħanina, ħobża u sardina»
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 02 - 2022

La migration est un sujet brûlant de nos jours. Nous sommes devenus insensibles aux nouvelles que les médias nous annoncent sur les centaines de morts en Méditerranée. La mort a été banalisée. Horreur !
Depuis des temps immémoriaux, les individus et les communautés ont sillonné la Méditerranée, certains plus que d'autres. Poussés par la famine, les crises économiques, le surpeuplement, les guerres... tous ont eu et continuent d'avoir raison de quitter leur pays. Sachant que quitter son propre pays n'est jamais une joie, plutôt une douleur, une déchirure.
La Tunisie a toujours été un pays d'accueil. Aujourd'hui les populations ont certes changé, mais ce pays méditerranéen et africain continue d'accueillir des hommes, des femmes et des enfants qui fuient leur pays à la recherche d'une vie meilleure.
D'un côté, la proximité géographique et la richesse économique jouent un rôle fondamental dans tout processus migratoire ; de l'autre, le rapport disproportionné entre la population et le territoire ainsi que les situations économiques difficiles créent, au fil du temps, des vagues d'immigration vers d'autres régions du monde. Ce fut le cas de l'île de Malte, petite île de la Méditerranée, désormais Etat indépendant depuis 1964, situé tout comme la Sicile entre le continent africain et le continent européen.
Malte et la Sicile ont déjà beaucoup d'éléments en commun, culturels, linguistiques et notamment liés à l'immigration de Maltais vers les villes de Trapani, Pachino, Syracuse, Vittoria et Scoglitti, pendant des périodes sporadiques de 1419 à 1846.
Mais l'émigration plus récente des Maltais, une histoire proche et profonde, touche directement la Tunisie, là où, au début du XIXe siècle, à partir de 1830, la Tunisie a été l'une des premières destinations de la migration massive de Malte. Sans surprise, les migrants maltais ont préféré s'installer dans les villes côtières : Tunis, Sousse, Monastir, Mahdia, Sfax, Djerba et Moknine, trouvant du réconfort dans la même mer qui baigne les côtes de leur patrie.
Dans les premières décennies de la domination britannique, la situation économique n'était pas prospère, obligeant des milliers de Maltais à chercher une vie meilleure de l'autre côté de la mer. La différence entre la migration vers la Sicile et celle vers la Tunisie est que la première attirait des individus, alors que la seconde accueillait des groupes entiers. «La Tunisie n'était pas un pays riche, mais elle offrait de meilleures opportunités aux classes inférieures». La plupart des colons maltais étaient des agriculteurs ou des pêcheurs qui ont continué à exercer leur métier. En 1840, 114 Maltais ont commencé la culture de la pomme de terre à Porto Farina.
En Tunisie, les conditions étaient meilleures car si la plupart des Maltais travaillaient comme producteurs de coton de qualité, éleveurs de chèvres et de porcs, bouchers, en particulier de viande de cheval et de porc, pêcheurs, marins, cochers pour la conduite des «Karozzini» (calèches) et artisans, certains jouaient un rôle dans les activités commerciales et quelques-uns étaient actifs dans les conseils municipaux. Environ 500 ont acheté des propriétés, tandis que d'autres ont ouvert des cafés, des boulangeries et d'autres entreprises, sans oublier les «pastizzi» maltais et les «caldi caldi», qui continuent à marquer la société tunisienne encore aujourd'hui. Les Maltais formeront la deuxième communauté de Tunisie : ils seront 4.000 en 1850, 5.000 en 1860 et près de 7.000 en 1880, formant ainsi 60% de la population européenne. A Sfax, par exemple, ils représentaient 77% de la population catholique entre 1841 et 1879, et on comptait 900 en 1885 sur un total de 1.200 catholiques (Soumille 1993, p.9-13).
A Tunis, beaucoup d'entre eux s'installent au centre-ville pour aller travailler au Marché central, s'intégrant parfaitement à la population locale et aux autres communautés et bien que la communauté maltaise de Tunisie se soit «désintégrée» après les années 1950, on peut encore retrouver des vestiges du passé et des Tunisiens d'origine maltaise. Un remerciement particulier va d'ailleurs à l'ambassade de Malte en Tunisie et à SE l'ambassadeur Simon Pullicino qui maintiennent fort ces liens historiques entre nos deux pays, les renforçant davantage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.