Tunisie – Fitch Ratings abaisse la perspective de la Tunisie à négative    Ligue des champions : Le CS Sfaxien dévoile sa liste pour son premier match    Tunisie – Après coup, l'ONAS avertit contre l'ouverture des bouches d'égout    Tunisie – AUDIO : Le ministre de l'économie a commis une faute grave en induisant sciemment en erreur les députés ?    Tunisie – Sept décès au covid en une journée à Nabeul    Tunizi, le dataset pour comprendre le dialecte tunisien    Le marché boursier termine la séance sur une note quasi-stable    Une étude analytique de 86 textes de loi sur l'approche du genre, recommande l'élimination de la discrimination entre les sexes sur les lieux de travail    Contre les insultes à l'ARP, Hassouna Nasfi propose une motion    Pour Taoufik Hasnaoui, la diplomatie tunisienne vit une crise    Le groupe PDL présente un projet de motion pour classant les Frères Musulmans, organisation terroriste    Le médicament de la langue bleue sera disponible l'année prochaine    Epson désigne des «chasseurs d'idées reçues» pour déconstruire les mythes sur les imprimantes Jet d'Encre    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    «J'allais faire une véritable révolution au sein de l'administration pour la moderniser»    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Le Tunisien Ali Bennaceur, dans l'interview souvenir de Diego Maradona    Les musulmans doivent respecter les lois ou ''quitter la France''    Le ministre des Finances nous a induit en erreur, déclare Heykel Mekki    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Les journalistes entament une série de mouvements de protestation    Arwa Mrad hisse le drapeau tunisien au sommet le plus haut d'Afrique    Intempéries : Interruption de la circulation sur certaines routes    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 23 Novembre 2020 à 11H00    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    Ali Abbès nommé chef du contentieux de l'Etat Tunisienne    La pandémie, une opportunité pour l'e-recrutement !    Tunisie [Vidéo]: Pénurie de gaz, rassemblement de protestation des taxis à Sfax    FIFA : Ahmad Ahmad suspendu pour 5 ans    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Grand-Tunis | Reprise des cinq prières dans les mosquées à partir d'aujourd'hui    Tunisie-Météo : Pluies orageuses sur la plupart des régions    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie face à un risque systémique majeur causé par la crise sanitaire    Tunisie : Les journalistes portent les brassards rouges ,à partir d'aujourd'hui, pour défendre leurs droits    D'un sport à l'autre    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Votes d'outre-tombe*, ou, quand les morts comptent triple**    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ambiance de guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie
Caucase
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 04 - 2016

Poutine appelle les deux pays à un cessez-le-feu immédiat... On déplore de nombreux morts de part et d'autre
Au moins 12 soldats ont été tués dans des combats d'une intensité inhabituelle déclenchés dans la nuit de vendredi à samedi le long de la frontière du Nagorny-Karabakh entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes, que le président russe Vladimir Poutine a appelées à un «cessez-le-feu immédiat». Au moins «douze soldats azerbaïdjanais ont été tués au combat et un hélicoptère abattu par les forces arméniennes», a déclaré dans un communiqué le ministère azerbaïdjanais de la Défense.
«Plus de cent soldats arméniens ont été tués, six chars arméniens et quinze unités d'artillerie ont été détruits», a-t-il assuré. «C'est de la désinformation évidente et cela n'a aucun lien avec la réalité», a répliqué dans un communiqué le ministère arménien de la Défense. Erevan avait annoncé plus tôt la mort d'un garçon de 12 ans, touché par des tirs d'artillerie azerbaïdjanais qui ont également blessé deux civils dans un village de la frontière. Bakou a indiqué qu'un civil avait été tué du côté azerbaïdjanais.
Les forces séparatistes, soutenues par l'Arménie, ont par ailleurs affirmé avoir détruit deux hélicoptères, trois tanks et un drone, et infligé «des pertes importantes» à l'ennemi.
Selon Erevan, «l'Azerbaïdjan a lancé vendredi soir une attaque massive à la frontière du Nagorny-Karabakh avec chars, artillerie et hélicoptères», ce que Bakou a immédiatement démenti, assurant que ses forces n'avaient fait que répondre à une attaque du côté arménien avec «artillerie de gros calibre et lance-grenades».
Les deux côtés indiquaient que les combats se poursuivaient dans les régions séparatistes de «Khojavend-Fizuli et Agdere-Terter-Agdam», où l'Azerbaïdjan a déclaré avoir repris le contrôle de «deux collines stratégiques et un village».
A Erevan, le Premier ministre Hovik Abrahamian a convoqué une réunion urgente du gouvernement face à «ces hostilités d'une échelle sans précédent de l'ennemi», se disant prêt à «prendre les mesures nécessaires pour stabiliser la situation».
Le président Vladimir Poutine a appelé hier «les deux parties à un cessez-le-feu immédiat et à faire preuve de retenue pour éviter qu'il y ait de nouvelles victimes», selon le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.
Et les ministres russes des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et de la Défense, Sergueï Choïgou, ont téléphoné à leurs homologues azerbaïdjanais et arménien pour appeler à la désescalade.
La Haute représentante de l'UE, Federica Mogherini, a de son côté «appelé à la fin immédiate des combats et au respect du cessez-le-feu».
«Dans ce conflit, il ne peut y avoir de solution militaire. Les parties doivent désormais mobiliser leur volonté politique pour reprendre les négociations dans le cadre du groupe de Minsk», a estimé dans un communiqué le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (Osce).
Les médiateurs internationaux du Groupe de Minsk, réunis sous l'égide de l'Osce, ont également souligné dans un communiqué leur «vive préoccupation».
Peuplé en majorité d'Arméniens mais rattaché à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique, le Nagorny-Karabakh a été le théâtre d'une guerre qui a fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement des Azerbaïdjanais, entre 1988 et 1994.
Malgré la signature en 1994 d'un cessez-le-feu, aucun traité de paix n'a été signé, et des accrochages armés ont régulièrement lieu le long de la ligne de démarcation, sans pour autant atteindre l'intensité observée dans la nuit de vendredi à samedi.
Jeudi, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, en visite à Washington, avait exigé devant le secrétaire d'Etat américain John Kerry que l'Arménie retire «immédiatement» ses troupes du territoire du Nagorny-Karabakh.
«Le conflit doit être résolu sur la base d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qui exige le retrait immédiat et sans conditions des troupes arméniennes de nos territoires», avait-il alors martelé. L'Azerbaïdjan, dont le seul budget défense est, certaines années, plus important que le budget entier de l'Arménie, menace périodiquement de reprendre par la force la région séparatiste si les négociations n'aboutissent pas.
L'Arménie, soutenue par la Russie qui a récemment renforcé sa base militaire dans le pays, répond qu'elle pourrait faire face à toute offensive.
«Nous devons utiliser le mot +guerre+ puisqu'il n'y a plus de cessez-le-feu», a lancé fin décembre devant les journalistes le porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsrun Hovhannissian.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.