Tunisie – AUDIO : Le ministre de l'économie a commis une faute grave en induisant sciemment en erreur les députés ?    Tunisie – Sept décès au covid en une journée à Nabeul    Fitch Rating baisse la perspective de la Tunisie de "stable" à "négative"    Tunisie : Historique ! une femme à la tête du Club olympique des Transports    Tunizi, le dataset pour comprendre le dialecte tunisien    Comment perdre du poids sans nuire à sa santé?    Le marché boursier termine la séance sur une note quasi-stable    Une étude analytique de 86 textes de loi sur l'approche du genre, recommande l'élimination de la discrimination entre les sexes sur les lieux de travail    Contre les insultes à l'ARP, Hassouna Nasfi propose une motion    Pour Taoufik Hasnaoui, la diplomatie tunisienne vit une crise    Le groupe PDL présente un projet de motion pour classant les Frères Musulmans, organisation terroriste    Le médicament de la langue bleue sera disponible l'année prochaine    Epson désigne des «chasseurs d'idées reçues» pour déconstruire les mythes sur les imprimantes Jet d'Encre    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    «J'allais faire une véritable révolution au sein de l'administration pour la moderniser»    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Le Tunisien Ali Bennaceur, dans l'interview souvenir de Diego Maradona    Les musulmans doivent respecter les lois ou ''quitter la France''    Le ministre des Finances nous a induit en erreur, déclare Heykel Mekki    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Les journalistes entament une série de mouvements de protestation    Arwa Mrad hisse le drapeau tunisien au sommet le plus haut d'Afrique    Ali Abbès nommé chef du contentieux de l'Etat Tunisienne    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 23 Novembre 2020 à 11H00    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    FIFA : Ahmad Ahmad suspendu pour 5 ans    Tunisie [Vidéo]: Pénurie de gaz, rassemblement de protestation des taxis à Sfax    Tunisie : Interruption de la circulation routière dans ces zones à cause des intempéries    La pandémie, une opportunité pour l'e-recrutement !    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Grand-Tunis | Reprise des cinq prières dans les mosquées à partir d'aujourd'hui    Tunisie-Météo : Pluies orageuses sur la plupart des régions    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie face à un risque systémique majeur causé par la crise sanitaire    Tunisie : Les journalistes portent les brassards rouges ,à partir d'aujourd'hui, pour défendre leurs droits    D'un sport à l'autre    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Votes d'outre-tombe*, ou, quand les morts comptent triple**    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Karabakh vote
Après l'échec du rapprochement Erevan-Ankara
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 05 - 2010

EREVAN (Reuters) — La région sécessionniste du Haut-Karabakh, enclave azerbaïdjanaise à majorité arménienne, élisait un nouveau Parlement hier, un mois après l'effondrement d'un projet de normalisation entre l'Arménie et la Turquie visant à apaiser les tensions au Sud-Caucase.
L'Azerbaïdjan a dit considérer ce scrutin comme une "farce".
Les bureaux de vote fermaient à 15h00 GMT. Pour que ces législatives soient validées, le taux de participation doit atteindre au moins le quart des 95.000 électeurs inscrits.
La plupart des candidats et des partis soutiennent l'indépendance du Haut-Karabakh, mais certains d'entre eux prônent l'intégration de la région à l'Arménie. Aux yeux de ses dirigeants, les élections s'inscrivent dans un processus de renforcement des institutions de l'enclave.
La petite région montagneuse, dont la plupart des habitants sont chrétiens, a fait sécession et a proclamé son indépendance en 1991, après un conflit armé qui s'était soldé par 30.000 morts environ. Son indépendance n'est reconnue par aucun pays.
L'Azerbaïdjan veut reprendre le contrôle du Haut-Karabakh, au besoin par la force. Plus de quinze ans de tractations diplomatiques n'ont pas permis de conclure un accord de paix durable et la menace d'une guerre persiste dans cette région qui est une importante voie de transit énergétique vers l'Occident.
La Turquie, partenaire commercial de l'Azerbaïdjan, a fermé sa frontière avec l'Arménie en 1993 par solidarité avec son proche allié musulman tenu en échec par les combattants du Karabakh soutenus par Erevan.
Accord non ratifié
L'enclave a connu un regain de tension après l'annonce l'an dernier d'un rapprochement entre la Turquie et l'Arménie.
L'accord a toutefois capoté en avril, l'Arménie ayant suspendu sa ratification des protocoles parce que la Turquie exigeait pour en faire autant la conclusion d'un traité de paix entre Erevan et Bakou sur le Haut-Karabakh.
Ankara cherchait ainsi à apaiser l'Azerbaïdjan, producteur de pétrole et de gaz où sont installées des géants pétroliers comme BP, ExxonMobil et Chevron.
"La démocratie est une des valeurs qui ont le plus d'importance pour nous", a déclaré aux journalistes le dirigeant du Haut-Karabakh, Bako Sahakian, après avoir voté. Il a recommandé au prochain Parlement de prendre de nouvelles mesures pour l'indépendance.
Quatre partis et 40 candidats briguent 33 sièges à l'assemblée, qui est élue pour cinq ans.
Les partis, qui comprennent la Patrie libre (progouvernemental), le Parti démocratique de l'Artsakh, le Dashnaktsutyun et l'opposition communiste, doivent franchir le seuil de six pour cent des voix pour entrer au Parlement. L'Azerbaïdjan a dénoncé un scrutin illégal.
"La “nouvelle farce électorale“ organisée dans les territoires occupés viole la Constitution de l'Azerbaïdjan et les principes du droit international", dit un communiqué de la Commission électorale centrale de Bakou.
Les autorités de Bakou ont élevé une mise en garde contre l'envoi d'observateurs à l'occasion de cette consultation. "Le Haut-Karabakh est un territoire azéri et quiconque s'y rend sans autorisation à partir du côté azéri sera déclaré persona non grata et ne pourra se rendre en Azerbaïdjan", a déclaré Elkhan Poloukhov, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.