Tunisie Telecom finalise le projet de couverture des zones blanches    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Ons Jabeur rassure son public    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Files d'attente : Que d'heures de travail perdues !
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 05 - 2022

A l'aéroport, comme devant les bureaux de poste ou les banques, on se languit dans de longues files d'attente. Un harassant parcours du combattant!
Des queues interminables devant les banques, les recettes des finances, la Steg, la Sonede, la Poste et surtout à l'aéroport international de Tunis-Carthage, la première vitrine du pays. Drôles de situations qui jettent une lumière crue sur une administration atteinte par la gangrène de la bureaucratie. La pandémie de Covid-19 n'a fait qu'enfoncer le clou en acculant le citoyen à faire preuve de résignation. En attendant la mise en œuvre effective d'une digitalisation à même de réduire les lourdeurs bureaucratiques, on est partout contraint de faire la queue, de perdre des heures et des heures de travail.
Aéroport Tunis-Carthage, un calvaire au quotidien
Au départ comme à l'arrivée ou à l'enregistrement des bagages, l'aéroport de Tunis-Carthage offre un sempiternel piètre spectacle avec des voyageurs à bout de patience et des fonctionnaires relevant des compagnies aériennes dissimulant mal leur indolence et leur indifférence. Le voyage s'apparente beaucoup plus à un supplice marqué notamment par de longues heures de queue et de goulot d'étranglement au niveau des guichets d'enregistrement, devant les portiques de sécurité de la douane ainsi qu'au niveau des services de contrôle de la police des frontières et des étrangers avant la délivrance finale et l'accès à la salle d'embarquement. Harassant parcours du combattant qui s'explique par la croissance de 175% du nombre des voyageurs enregistrée par la compagnie nationale Tunisair au premier trimestre 2022 contre un manque flagrant des agents de la police des frontières pour certains vols, ce qui ne fait qu'allonger encore plus les files d'attente et susciter le courroux des voyageurs. Pour le syndicat national des forces intérieures, il s'agirait plutôt d'une mauvaise organisation des horaires des vols. « Quand on programme douze vols en une heure, tous les voyageurs passent inéluctablement dans les moments qui suivent devant les guichets de contrôle de la police des frontières », explique le chargé de l'information, Anis Ouertani.
« L'espace est inapproprié et ne peut accueillir autant de voyageurs en même temps », fait-il savoir lors d'une intervention radiophonique. Ceci n'explique pas pour autant la fermeture, parfois, de certains guichets de contrôle au grand dam des voyageurs. Au demeurant, les agents sont le plus souvent dépassés et les voyageurs ont les nerfs à fleur de peau avec la peur de rater leur avion. Un traumatisme garanti avant l'embarquement. Il arrive même de constater des queues interminables devant les portes d'accès à l'intérieur de l'aéroport en raison des mesures sécuritaires en rapport avec les menaces terroristes qui planent sur le pays. L'Office de l'aviation civile et des aéroports (Oaca), à qui incombe la mission d'amélioration de l'environnement interne et externe des aéroports, est à son tour pointé du doigt. Il est grand temps aujourd'hui de passer à l'action, de prendre le taureau par les cornes en vue de garantir la fluidité des parcours des voyageurs, d'autant plus que l'année touristique s'annonce prometteuse. Avec l'arrivée de l'été dans un mois, l'aéroport Tunis-Carthage fera sans nul doute face à un pic d'activité.
Afin de garantir un parcours fluide aux passagers, de nombreux acteurs du transport ont déjà adopté des solutions de « passenger flow monitoring » qui utilise des technologies variées dont des équipements de surveillance qui permettent de suivre en temps réel les flux de voyageurs et d'anticiper les risques de densité élevée en prenant les mesures qui s'imposent.
Parmi les méthodes préconisées par des chercheurs pour réduire les temps d'attente dans les aéroports, il y a lieu de signaler le renforcement des moyens humains et technologiques, surtout pour réduire le temps de traitement du contrôle des passeports. Ceci contribuera à améliorer l'image de notre pays pour les touristes comme par ailleurs pour les investisseurs étrangers.
Bureaux des postes et banques... la galère
Devant les banques, les bureaux de poste, les guichets des recettes des finances, les agences de la Steg ou de la Sonede, la situation ne diffère guère. Qu'il fasse chaud ou froid, toujours ces queues indéterminables de citoyens armés uniquement de patience. A l'approche des jours de fête, les banques et bureaux de poste sont pris d'assaut et les distributeurs automatiques de billets ne peuvent suivre le rythme effréné des dépenses. C'est la panne au bout d'une utilisation excessive, au moment où le citoyen en a le plus besoin pour retirer de l'argent liquide.
Faute de tradition de paiement en ligne, notamment des factures de la Steg et la Sonede, et en l'absence de la digitalisation de certains services rendus au citoyen, les files d'attente ont déjà conquis et masqué le rythme de notre vie. Les solutions se trouvent dans la gestion scientifique des files d'attente et surtout dans la digitalisation des services de l'administration, notamment dans l'aéroport international de Carthage qui fait l'objet de plusieurs critiques à l'approche de la saison estivale et le pic des visiteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.