Tunisie Telecom et Ons Jabeur, une histoire qui dure    Tunisie – Le président Saïed arrive à Riyadh    Prêt et don algériens aux montants inconnus    Prêt et don algériens, décret 54, Haica… Les 5 infos de la journée    Poutine affirme que la Russie va continuer de viser les infrastructures énergétiques ukrainiennes    Tunisie – La CPG perd une transaction de cent millions de dinars    Le ministère de la Santé sort de son silence et dément l'apparition de nouveaux virus    Tunisie – Vague de bronchiolite. Les pédiatres prônent la prévention    Le Chef de l'Etat s'envole pour Riyadh pour participer au 1er Sommet sino-arabe    Confirmé : Avocats et médecins survoleront la TVA de 19%, qui trinquera alors?    La STB Bank se munit d'une plateforme digitale de change manuel de devises    Tunisie-Algérie : Mémorandum d'entente pour soutenir les startups    Ligue 1 Pro : Sur quelle chaine regarder EST-CSS ce samedi ?    Basket : le championnat Pro A suspendu jusqu'à nouvel ordre !!    Béja: L'appel de détresse des non-voyants [Photos+Vidéo]    France : Tout un quartier privé de subventions suite aux débordements du match Maroc-Espagne    Mondial 2022 : le remplaçant de Luis Enrique connu    Parallèlement aux élections : Grève à la radio et télévision nationales    Décision de libération de Rached Khiari    Stress hydrique et crise des ressources en eau : Faut-il décréter l'état d'urgence ?    Inauguration du Laboratoire d'innovation public de l'ENA : Renforcer la créativité dans le secteur public    Attractivité des IDE: CMM revenique une révision urgente de la loi de finances 2023    Volvo revient en force sur le marché tunisien [photos]    Réseaux sociaux en milieu éducatif : Entre usages et besoin d'encadrement    CNIP : La crise des médicaments en Tunisie touche essentiellement le secteur public    L'artiste Tunisien Noutayel Belkadhi expose une nouvelle œuvre à Feryel Studio    Trois pièces tunisiennes en lice au Festival du théâtre arabe 2023 à Casablanca    Non-programmation de la pièce de théâtre «Ad libitum» aux JTC : Taoufik Jebali sort de ses gonds    Journée nationale du transport intelligent écologique et de la mobilité électrique : «Passer à la mobilité électrique n'est plus un choix»    Iran : La propre soeur de Khamenei rejoint le soulèvement, le début de la fin des Mollahs    Grève des boulangeries en Tunisie : 95% des boulangeries ont participé, va-t-elle se poursuivre?    Journées théâtrales de Carthage | «Les perspectives de production et de distribution dans les pays arabes et africains» : Des théâtres, des expériences et de nouvelles voies...    L'Ariana et la Tunisie racontées par ma mère, cette juive arabe    FARK : Aroussia «Najet» AL FESSI    CONDOLEANCES : Mohamed Slah-Eddine BENSAID    France: Jean-Christophe Lagarde condamné à 10 mois de prison avec sursis    Iran : 1ère exécution d'un prisonnier sur fond des protestations    ABU DHABI ART : Focus sur le Maghreb    Du côté du parc A : Une reprise déjà capitale    L'EST poursuit sa préparation en prévision de la reprise : Retour des internationaux    Présidence du CAB : Ce n'est pas demain la veille !    Tunisie-Ligue 2: le programme de la 7ème journée    COP15 : Ukraine, Haïti et Ethiopie au cœur de la rencontre Trudeau-Guterres    Météo : Vent relativement fort prés des côtes et vigilance requise    Kaïs Saïed à la caserne d'El Aouina pour le naufrage de Zarzis    Film Saffeh Nabeul portant sur le tueur en série tunisien au cinéma dès le 21 décembre (B.A.)    Mort de l'actrice américaine Kirstie Alley    Instrumentalisation des droits et des libertés | Manipulation des foules : Les armes pour déstabiliser les pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Files d'attente : Que d'heures de travail perdues !
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 05 - 2022

A l'aéroport, comme devant les bureaux de poste ou les banques, on se languit dans de longues files d'attente. Un harassant parcours du combattant!
Des queues interminables devant les banques, les recettes des finances, la Steg, la Sonede, la Poste et surtout à l'aéroport international de Tunis-Carthage, la première vitrine du pays. Drôles de situations qui jettent une lumière crue sur une administration atteinte par la gangrène de la bureaucratie. La pandémie de Covid-19 n'a fait qu'enfoncer le clou en acculant le citoyen à faire preuve de résignation. En attendant la mise en œuvre effective d'une digitalisation à même de réduire les lourdeurs bureaucratiques, on est partout contraint de faire la queue, de perdre des heures et des heures de travail.
Aéroport Tunis-Carthage, un calvaire au quotidien
Au départ comme à l'arrivée ou à l'enregistrement des bagages, l'aéroport de Tunis-Carthage offre un sempiternel piètre spectacle avec des voyageurs à bout de patience et des fonctionnaires relevant des compagnies aériennes dissimulant mal leur indolence et leur indifférence. Le voyage s'apparente beaucoup plus à un supplice marqué notamment par de longues heures de queue et de goulot d'étranglement au niveau des guichets d'enregistrement, devant les portiques de sécurité de la douane ainsi qu'au niveau des services de contrôle de la police des frontières et des étrangers avant la délivrance finale et l'accès à la salle d'embarquement. Harassant parcours du combattant qui s'explique par la croissance de 175% du nombre des voyageurs enregistrée par la compagnie nationale Tunisair au premier trimestre 2022 contre un manque flagrant des agents de la police des frontières pour certains vols, ce qui ne fait qu'allonger encore plus les files d'attente et susciter le courroux des voyageurs. Pour le syndicat national des forces intérieures, il s'agirait plutôt d'une mauvaise organisation des horaires des vols. « Quand on programme douze vols en une heure, tous les voyageurs passent inéluctablement dans les moments qui suivent devant les guichets de contrôle de la police des frontières », explique le chargé de l'information, Anis Ouertani.
« L'espace est inapproprié et ne peut accueillir autant de voyageurs en même temps », fait-il savoir lors d'une intervention radiophonique. Ceci n'explique pas pour autant la fermeture, parfois, de certains guichets de contrôle au grand dam des voyageurs. Au demeurant, les agents sont le plus souvent dépassés et les voyageurs ont les nerfs à fleur de peau avec la peur de rater leur avion. Un traumatisme garanti avant l'embarquement. Il arrive même de constater des queues interminables devant les portes d'accès à l'intérieur de l'aéroport en raison des mesures sécuritaires en rapport avec les menaces terroristes qui planent sur le pays. L'Office de l'aviation civile et des aéroports (Oaca), à qui incombe la mission d'amélioration de l'environnement interne et externe des aéroports, est à son tour pointé du doigt. Il est grand temps aujourd'hui de passer à l'action, de prendre le taureau par les cornes en vue de garantir la fluidité des parcours des voyageurs, d'autant plus que l'année touristique s'annonce prometteuse. Avec l'arrivée de l'été dans un mois, l'aéroport Tunis-Carthage fera sans nul doute face à un pic d'activité.
Afin de garantir un parcours fluide aux passagers, de nombreux acteurs du transport ont déjà adopté des solutions de « passenger flow monitoring » qui utilise des technologies variées dont des équipements de surveillance qui permettent de suivre en temps réel les flux de voyageurs et d'anticiper les risques de densité élevée en prenant les mesures qui s'imposent.
Parmi les méthodes préconisées par des chercheurs pour réduire les temps d'attente dans les aéroports, il y a lieu de signaler le renforcement des moyens humains et technologiques, surtout pour réduire le temps de traitement du contrôle des passeports. Ceci contribuera à améliorer l'image de notre pays pour les touristes comme par ailleurs pour les investisseurs étrangers.
Bureaux des postes et banques... la galère
Devant les banques, les bureaux de poste, les guichets des recettes des finances, les agences de la Steg ou de la Sonede, la situation ne diffère guère. Qu'il fasse chaud ou froid, toujours ces queues indéterminables de citoyens armés uniquement de patience. A l'approche des jours de fête, les banques et bureaux de poste sont pris d'assaut et les distributeurs automatiques de billets ne peuvent suivre le rythme effréné des dépenses. C'est la panne au bout d'une utilisation excessive, au moment où le citoyen en a le plus besoin pour retirer de l'argent liquide.
Faute de tradition de paiement en ligne, notamment des factures de la Steg et la Sonede, et en l'absence de la digitalisation de certains services rendus au citoyen, les files d'attente ont déjà conquis et masqué le rythme de notre vie. Les solutions se trouvent dans la gestion scientifique des files d'attente et surtout dans la digitalisation des services de l'administration, notamment dans l'aéroport international de Carthage qui fait l'objet de plusieurs critiques à l'approche de la saison estivale et le pic des visiteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.