Tunisie Telecom finalise le projet de couverture des zones blanches    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Ons Jabeur rassure son public    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Environnement | Si la Medjerda m'était contée
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 05 - 2022

Grâce à un inventaire de la zone humide de Béchouk, à l'embouchure du barrage Sidi Salem, au cœur de la Medjerda, la rivière la plus emblématique de Tunisie livre ses secrets. Un travail de longue haleine réalisé par l'Association Exploralis et l'engagement sans concession de son directeur exécutif, Arafet Ben Marzou. Un projet qui a pour finalité la création d'une réserve naturelle sur ce site à la biodiversité exceptionnelle
Les voyages, l'aventure, l'exploration de territoires méconnus, voire secrets font partie des inclinations de toujours de cet ingénieur en génie biologique qu'est Arafet Ben Marzou. Et même si ce jeune homme de trente ans et quelques poussières s'est également frotté au monde des télécommunications, des industries pharmaceutiques et de l'informatique, un fil rouge réunit tous ses centres d'intérêt : la passion immodérée de l'écologie. Car y compris lorsqu'il parcourt, à pied, fin 2010, 20 000 kilomètres à travers le grand désert pour atteindre l'Afrique du Sud, ou encore lorsqu'il part à vélo, quelques mois plus tard en Asie, sur la route de la Soie — expérience dont il tirera un livre —, la beauté du monde reste sa première préoccupation. Sa constante fascination. En 2014, il cofonde avec Ridha Ouni, expert dans le domaine de l'environnement, l'Association Exploralis. « Tout a commencé avec une envie de promouvoir la nature et la beauté de l'écosystème tunisien. Avec le temps, notre démarche a pris une voie plus technique, notamment avec le projet-Med'Ex ou encore Medjerda Expédition à travers ses deux phases 1 et 2 », explique Arafet Ben Marzou.
370 km en canoë-kayak
Le projet Med'Ex, qui s'intéresse à la conservation de l'un des écosystèmes humides les plus riches et complexes de la Tunisie, est né d'une action ludique : la traversée des 370 km de la rivière emblématique de la Tunisie en canoë-kayak. Une rivière, qui constitue le principal fournisseur d'eau potable pour les Tunisiens et une des principales sources d'arrosage de leurs terres agricoles. Une rivière si méconnue malgré sa récurrence dans les livres de géographie destinés aux écoliers et aux lycéens. Avec son binôme et compagnon de route Ridha Ouni, ils s'embarquent en avril 2014 dans cette expédition scientifique, écologique et culturelle, qui durera un mois, démarrant à Ghar El Diwan, sur les frontières algériennes, et prenant fin à Ghar El Melh, en Tunisie, sur les rives de la Méditerranéen où se jette l'oued.
« Au cours de cette traversée, nous découvrons un site d'une beauté paysagère inouïe, un endroit plus ou moins préservé situé aux environs de la ville de Béja. Il s'agit de la zone humide de Béchouk », se rappelle Arafet. En fait, la construction du barrage Sidi Salem en 1982, au cœur de la Medjerda, a créé non seulement un lac artificiel, mais a laissé également apparaitre, au fil des années, une zone humide stable, qui s'étend sur plus de 600 hectares. Cette zone est en relation étroite avec la dynamique écologique de la Medjerda et est devenue un sanctuaire pour une biodiversité exceptionnelle. C'est ce site, qui va retenir l'attention d'Exploralis et sera l'objet dès 2016 d'une étude approfondie à l'issue de laquelle les militants de l'ONG appelleront à la mise en place d'une réserve naturelle dans cette zone. L'Inventaire de la biodiversité de la Medjerda qu'ils publient en 2022 à l'issue de cinq ans de travail sur la faune et la flore de la rivière, le guide zoologique Med'Ex 2 publié également en 2022, ainsi qu'une exposition organisée le mois de février dernier à Tunis et le film documentaire réalisé par Arafet Ben Marzou sur le projet sont les outils avancés par Exploralis pour faire le plaidoyer de leur ambition.
Une dynamique d'intérêt collectif
L'inventaire, qui a demandé la mise en place d'une équipe de vingt experts tunisiens dans divers secteurs scientifiques, a été soutenu par le programme PPI-Oscan, «Programme des petites initiatives pour les Organisations de la Société civile d'Afrique du Nord » sous l'égide du Centre de coopération pour la Méditerranée de l'Union internationale pour la conservation de
la nature (Uicn-Med), et avec un Financement conjoint de la fondation Mava et du Fonds françaispour l'environnement mondial (Ffem).
Toutes ces ONG internationales ont été séduites par la pertinence du projet d'Arefeemt Ben Marzou et de ses amis et en particulier par : « la dimension pédagogique et artistique qui représente un volet essentiel de notre démarche », insiste le coprésident d'Exploralis. En fait, c'est bien la première fois en Tunisie que la Medjerda est fouillée de fond en comble avec une focalisation sur cette zone humide à l'embouchure de la retenue du barrage Sidi Salem.
Parce que dans les zones humides, ces espace de transition entre la terre et l'eau, qui constituent un patrimoine naturel unique en raison de leur richesse biologique et de leurs services écosystémiques et sont protégés par des conventions internationales, les équipes d'Exploralis ont découvert sur le site étudié 187 espèces d'oiseaux. Il faut y ajouter 28 espèces de mammifères, 16 espèces de reptiles, 5 espèces d'amphibiens et plus de 400 espèces d'invertébrés.
Toutes les possibilités d'une réserve
Et comme le démontre l'Inventaire de la biodiversité de la Medjerda, l'intérêt général pour les zones humides a changé au fil des années dans le monde. Elles ne sont plus considérées « comme des terres marginales et une source de nuisance mais plutôt en tant que composantes du patrimoine naturel d'une importance environnementale et socioéconomique inestimable », constate l'étude. C'est dans ce cadre-là qu'Exploralis défend l'idée du grand potentiel dont dispose la zone humide de Béchouk pouvant devenir un site reconnu au niveau national et international en raison de sa biodiversité exceptionnelle.
Or, le site est menacé par l'expansion urbaine et les fouilles archéologiques anarchiques sur ses rivages, la rivière, elle, subit des rejets industriels de l'oued Béja. Le classer permet à la fois de le protéger et de le valoriser. Le transformer en réserve naturelle peut créer, d'une manière encadrée, selon Arafet Ben Marzou, plusieurs réponses et possibilités : « Un parcours pour l'observation des oiseaux, un circuit de tourisme scientifique et d'aventure, un écomusée. En 2015, j'ai visité une cinquantaines de parcs écologiques aux Etats-Unis. Ces endroits offrent trois dimensions, une zone de récréation accessible au public, une autre ouverte uniquement aux scientifiques et la troisième préservée de tous ». Ce système écologique bourdonnant de vie situé à près de 150 km de la capitale mérite aujourd'hui que les autorités s'y intéressent sérieusement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.