L'UGTT se retire de la campagne du référendum    Le 25 juillet : que faire ?    L'édito de Taoufik Habaieb: Kaïs Saïed doit changer    En fait-on trop avec les politiques ?    Rafik Abdessalem: Je ne possède que 1700 dinars dans mon compte bancaire    Nouvelle constitution : Les risques d'un clivage qui fera mal à la justice    Voyages aériens : le chaos règne dans les aéroports !    Ghannouchi convoqué par le Pôle antiterroriste    Projet de constitution - Les anciens bâtonniers dénoncent la suppression de l'article 105    Tunisie-Coronavirus: Les signes d'une 6e vague se confirment    Tunisie-coronavirus : C'est la 6ème vague    En vidéo : Des voyageurs ont attaqué un sécuritaire à l'aéroport Tunis Carthage    Challenger de Bogota : Malek Jaziri jouera les 8e en simple et en double    CAN féminine 2022 : la Tunisie pour confirmer contre la Zambie    Conférence de presse pour la présentation de la Foire EIMA International    Météo du mercredi 6 juillet 2022    Ouverture de la conférence africaine sur la sécurité et la police de proximité    Référendum, gel des avoirs de Ghannouchi, ouverture des frontières avec l'Algérie… Les 5 infos de la journée    Beja : un centre de secours et de soins    Coronavirus : Les signes d'une sixième vague se confirment    Maroc | Olympiades panafricaines des mathématiques : une gafsienne couronnée    L'Algérie ouvrira ses frontières terrestres avec la Tunisie le 15 juillet    Ons Jabeur : je suis vraiment heureuse de cette victoire !    Wimbledon : Djokovic renverse Sinner pour jouer sa 43e demi-finale majeure    Tunisie Autoroutes s'explique sur l'augmentation de ses tarifs    Monde-Daily brief du 5 juillet 2022: À Lugano, L'Ukraine et ses alliés posent les principes pour guider la reconstruction    Pourquoi Ronaldo met-il en vente son jet privé ?    Riadh Hajjej nommé directeur général par délégation de l'ATB    Tribune | Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    OPPO dévoile une nouvelle expérience de réalité augmentée à Wimbledon en tant que partenaire officiel pour la 4ème année    L1 | Retour à trois joueurs étrangers, y compris ceux de l'UNAF : Plus qu'une nécessité...    Tennis | Ons Jabeur passe aux quarts à Wimbledon : Confiance et facilité !    Contrepoint | Du scénario Jupiter    En video :Le Programme Ichmilni by TT ou l'appropriation du numérique    Exposition de groupe «Passionnément... femmes» à l'Espace Art et Culture Hédi-Turki : «ELLES» lui rendent hommage    Décès de Taoufik Chaibi    Tunisair annonce que les billets sont 100% modifiables et remboursables    Kaïs Saïed reçoit les lettres de créance de 12 ambassadeurs qui ne résideront pas à Tunis    Ooredoo sponsor officiel du Festival International de Carthage    Ukraine : Poutine avance pendant qu'ils mangent des petits fours en Suisse    Kais Saied se rend en Algérie    Diam's fait un véritable carton avec son film "Salam"    Festival Carthage 2022: Le groupe Sud-Coréen B.I.G sur scène le 16 juillet    Tribune de Josep Borrell – Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    «Taihoun-Dark Side», dramaturgie d'Abdelhalim Messaoudi et Mise en scène de Nizar Saidi : La dramaturgie de la marge    Le compositeur Ezzedine Ayachi n'est plus    Un faible séisme frappe le gouvernorat de Sidi Bouzid    Mohamed Hédi Jouini nommé directeur général du théâtre de l'Opéra de Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prévenir la pénurie alimentaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 05 - 2022

Parallèlement aux débats houleux et aux bras de fer à distance et par personnes interposées sur le référendum du 25 juillet, la question alimentaire nous paraît aussi sinon plus urgente et considérable. L'invasion russe injuste et injustifiée en Ukraine a enfoncé les pays et les économies comme la nôtre. C'est une évidence. Les premiers signes sont là : importation plus coûteuse et moins régulière des céréales et aussi d'autres denrées alimentaires de base. Ce phénomène inquiétant est international et touche tout le monde à des degrés divers : moins d'offre et de flux d'approvisionnement (désistement de l'Inde et de l'Indonésie qui préfèrent subvenir à leurs besoins au lieu d'alimenter le marché) et une demande folle avec des coûts qui montent, y compris ceux du transport et de l'assurance. La petite question qui nous interpelle : qu'avons-nous préparé déjà pour éviter cette pénurie aux futurs effets désastreux ? Cela va se ressentir les prochains mois avec l'effet de la diminution de l'offre en céréales de l'Ukraine.
En Tunisie, cette inflation des coûts va devoir obliger le gouvernement à réagir (déjà nous sommes en retard) et à préserver ses équilibres financiers fragiles du déficit croissant. Le coût des produits alimentaires en Tunisie importé totalement ou partiellement ne cesse d'augmenter, et ce ne sont pas l'œuvre des spéculateurs, c'est un fait international observé. Cette augmentation du coût des entrants va se répercuter sur le coût et le prix final. La compensation des prix de ces produits n'est pas une solution infinie. Que faire alors ? C'est au gouvernement de prévoir le déséquilibre sur le marché qui va s'observer clairement à partir de l'année prochaine et de prendre dès maintenant des mesures palliatives et aussi préventives pour éviter une pénurie et l'inquiétude chez les Tunisiens, qui restent de mauvais consommateurs et souvent irrationnels. Une chose est sûre, ce flou et cet habituel retard qui devient une «politique» ne font qu'aggraver la situation. Du côté du simple citoyen, il faut se préparer à rationaliser sa consommation en céréales, car même une moisson élevée (ce qui n'est pas encore confirmé) ne permettra jamais de subvenir aux quantités demandées. Il faut s'attendre à des prix élevés et donc à mieux gérer les budgets des ménages déjà accablés. Mais c'est au gouvernement de dire aux Tunisiens les quatre vérités et à agir dès maintenant. Ce problème alimentaire international n'est pas propre à notre pays, sauf que les autres ont tiré la sonnette d'alarme et mené les actions et les mesures préventives pour atténuer et amortir les effets. Nous, on reste dans le flou, personne ne sait rien de rien : le temps passe, et les décisions stratégiques qu'on devait prendre il y a des mois restent en attente. Et c'est la plus grosse aberration.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.