Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conflit russo-ukrainien — Flambée des prix des matières premières: Une succession de turbulences sans fin
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 03 - 2022

La hausse des prix des produits alimentaires de première nécessité, qui ont atteint un niveau record, ne sera pas sans conséquences sur la balance commerciale tunisienne, c'est ce qu'affirment tous les experts financiers et économistes tunisiens.
Selon le président de la Chambre syndicale des grandes surfaces, Hédi Baccour, une vague de hausse des prix touchera tous les produits et les secteurs, et ce, suite aux répercussions de la guerre russo-ukrainienne sur les prix du carburant, le transport maritime et les matières premières dans le monde. Lors d'une récente intervention sur les ondes d'une radio privée, il a déclaré que « la flambée des prix des matières alimentaires de première nécessité est la conséquence directe de la guerre sur l'Ukraine ». Pour Baccouri, « les prix de la viande rouge vont augmenter inéluctablement car le prix de l'orge fourragère a augmenté sur le marché international. Egalement, les prix des produits laitiers risquent de subir le même sort ». Comme beaucoup d'experts, Baccouri n'a pas voulu se prononcer et a évité toute sorte de prévision sur ces augmentations, « personne ne peut dire comment va évoluer la situation en Ukraine », a-t-précisé. Le responsable de l'Utica a, par ailleurs, dénoncé la consommation frénétique du Tunisien en toute période de crise et a rappelé le rush dans les supermarchés lors de la guerre d'Irak.
Les discours rassurants
ça existe, mais... !
Abdelhalim Guesmi, directeur général des études et du développement agricole au ministère de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, a, pour sa part, fait savoir que la Tunisie a déjà acheté son blé auprès de ses fournisseurs, et pourra subvenir aux besoins nationaux, jusqu'à la prochaine récolte céréalière, qui commence vers le début du mois de juin. Il est à rappeler que les besoins nationaux en céréales varient entre 28 et 30 millions de quintaux par an.
Guesmi déclare, à travers un discours très rassurant, que nous avons un stock stratégique de deux mois qui reste intouchable, et un autre stock qui sert à couvrir les besoins nationaux quotidiens. « Il n'y a aucune raison de s'inquiéter par rapport à l'approvisionnement », réconforte-t-il.
Mais au cas où le conflit russo-ukrainien perdure, il y aura un changement de donnes. « Si le conflit s'inscrit dans la durée, nous aurons dès lors une perturbation du trafic en Mer Noire et des retards dans les livraisons, qui entraîneront des coûts supplémentaires, notamment une hausse des prix du fret maritime », précise-t-il. Et d'ajouter, « la Russie pourrait faire de la rétention de l'or jaune pour conserver ses propres stocks. Aussi, si les infrastructures en Ukraine subissent d'importants dégâts, cela risque d'entraver l'acheminement du blé du centre du pays jusqu'au port d'Odessa, où se chargent les navires pour l'exportation ».
Anis Ben Rayana, expert en agriculture, a intervenu sur les ondes d'une radio privée pour parler du secteur agricole tunisien et rappeler, qu'en février, l'indice FAO (il s'agit d'un indice qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de produits alimentaires de base) a augmenté de 3,9% par rapport au mois de janvier 2022, et de 24% par rapport à l'indice des prix en février 2021. Ben Rayana explique qu'« en une année, l'indice des prix a augmenté de 25%, ce qui affectera par conséquent la balance commerciale en Tunisie, en raison de la hausse des produits au niveau mondial, et particulièrement les prix des huiles. Les surfaces de culture de la tomate seront réduites en Tunisie, en raison des stocks qui sont estimés à 183.000 tonnes tandis que les besoins ne dépassent pas 90.000 tonnes ». Une situation qui n'arrange pas les choses, surtout avec les multiples crises que connaît la Tunisie.
Le déficit de la balance
commerciale
De son côté, le docteur en sciences économiques, Aram Belhadj, pense que la crise russo-ukrainienne aura inévitablement des répercussions négatives, aux niveaux commercial, économique et financier. Il explique qu'au niveau commercial, « en plus du Brent qui culmine à plus de 110 dollars, la hausse des prix du pétrole aura des répercussions sur le budget de l'Etat et sur l'enveloppe globale allouée à la subvention, même si l'Etat augmente les prix de vente des carburants à la pompe ».
Pour lui, le déficit de la balance commerciale de la Tunisie va se creuser davantage en valeur, puisque le pays importe une bonne partie de ses besoins en énergie. « À l'heure du conflit militaire en Ukraine, la plupart des pays cherchent à sécuriser leur approvisionnement en pétrole et en blé, d'où une demande croissante pour ces deux matières premières. La rupture des flux logistiques à travers la mer Noire et le défaut de livraison ont affolé les marchés, entraînant à la hausse les prix de l'or noir et de l'or jaune », lit-on dans une dépêche de l'agence de presse turque.
D'après cette même source, Belhaj explique que « tant que le conflit perdure, il entraînera l'envol des prix de l'or noir ainsi qu'une demande croissante de pétrole, et partant, un déficit budgétaire qui devrait se creuser davantage au risque de devenir particulièrement handicapant ». Pour Belhadj, les répercussions à long terme du conflit sur les finances publiques de la Tunisie seront assez conséquentes, et ce, même après l'arrêt des hostilités en Ukraine.
Sur un autre plan, l'expert explique que la crise en Europe orientale aura un impact sur le taux de change en Tunisie. « L'effondrement du rouble, par rapport au dollar américain, va entraîner une nouvelle appréciation du billet vert sur le marché des changes par rapport aux autres monnaies, profitant de son statut de « valeur refuge » dans un marché inquiet ».
Coup sur coup
Dépendante du blé ukrainien, la Tunisie connaît une pénurie sans précédent des produits de première nécessité. Une situation qui devrait s'aggraver avec la levée prochaine des compensations de l'Etat et la flambée du prix du baril.
L'ex-ministre des Finances, Houcine Dimassi, estime, en ce qui le concerne, que la dernière augmentation des prix de vente des carburants à la pompe en Tunisie, décidée, fin février dernier, revient au chaos du marché mondial du pétrole, où le Brent a dépassé le seuil des 100 dollars le baril, sous l'effet du conflit russo-ukrainien. Il affirme que le gouvernement est dans l'obligation de revoir à la hausse les prix du carburant, afin d'amortir un tant soit peu la compensation des hydrocarbures, qui s'élève à 40% du budget consacré à la subvention en Tunisie. « Chaque augmentation de 1 dollar par baril, nécessite des financement supplémentaires qui s'estiment à 130 millions de dinars annuellement », mentionne-t-il. Ainsi, si le prix moyen du baril se maintient à 100 dollars pour l'année 2022, la Tunisie risque d'avoir des charges financières supplémentaires dans son budget qui dépassent les 4 milliards de dinars, surtout que le gouvernement avait tablé sur un prix moyen du baril de l'ordre de 75 dollars dans le budget de l'Etat 2022.
« Nous en sommes à parler de la disponibilité des aliments de base au lieu de prendre des dispositions pour parer aux contraintes dues aux bouleversements internationaux », déplore également Noureddine Taboubi, secrétaire général de l'Ugtt lors d'une récente conférence. Sucre, farine, semoule, huile, pâtes, riz ont complètement disparu de la circulation. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la Tunisie n'a pas connu une telle situation de précarité alimentaire. Les magasins sont pris d'assaut, et les étalages sont toujours vides malgré certains discours qui se veulent rassurants. Ne pas pouvoir s'approvisionner en pain est la chose qui inquiète le plus le Tunisien qui n'arrive plus joindre les deux bouts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.