Tunisie-BCT : Légère appréciation du dinar vis-à-vis de l'euro    CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    Tunisair lance une nouvelle solution de paiment pour les passagers au départ de la France    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    CAN 2022 – Quarts de finale : Programme des quarts de finale, où regarder les matchs du samedi et dimanche    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Kasserine Mandat de dépôt à l'encontre d'un ancien gouverneur accusé de corruption    Tataouine: Saisie 42 500 paquets de cigarettes de marque étrangère    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Express    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    L'attaquant nigérian Kingsley Eduwo officiellement "sang et or"    [Tribunes] L'application du DAPS en Algérie sera FATALE pour l'exportation des produits tunisiens, craint Nafaa Ennaifer    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Tunisie : Du nouveau concernant Imed Trabelsi    CAN 2021 | Quarts de finale Tunisie-Burkina Faso – Demain soir (20h00) : Au gré du covid !...    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    Ukraine: Un soldat tue cinq de ses collègues avant de s'enfuir    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie entre dangers et promesses
Rapport de la Fondation Carnegie pour la paix internationale
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 04 - 2016

L'analyse du think tank américain a mis en avant l'incompréhension qui règne entre le gouvernement tunisien et les bailleurs de fonds internationaux qui se reprochent mutuellement un manque d'action décisive
C'est dans le cadre d'une cérémonie officielle inaugurée par l'hymne national et en présence du chef du gouvernement, Habib Essid, que s'est tenue hier la rencontre organisée par le Carnegie Endowment for International Peace, ou encore la Fondation Carnegie pour la paix internationale. Motif: publication du rapport élaboré par la fondation consacré à la Tunisie et portant le titre programme : « Entre dangers et promesses, un nouveau partenariat-cadre avec la Tunisie ».
Outre Yassine Brahim, ministre du Développement et de la Coopération internationale, et l'ambassadeur des Etats-Unis à Tunis, étaient présents, également, Rached Ghannouchi, président du parti Ennahdha, en plus d'un florilège d'hommes d'affaires, de figures de la société civile et de hauts cadres de l'administration tunisienne.
La Fondation Carnegie est un cercle de réflexion et d'influence fondé en 1909, aux Etats-Unis, dédié d'abord à la promotion des intérêts de ces derniers. C'est devenu au fil du temps un réseau international dont les centres de recherches sont situés au Moyen-Orient, en Inde, en Russie et en Chine. Le Centre a pour entre autres missions de faire promouvoir la paix par le biais du développement et des réformes politiques. Le Think tank dispose également d'une expertise spéciale en matière de participation islamiste en vue de la mise en place d'une politique pluraliste dans toute la région.
L'économie sur une mauvaise pente
C'est M. Marwan Muasher, vice-président pour le Moyen-Orient, qui a donné le coup d'envoi de la journée d'étude, en axant son intervention d'abord sur la mission de la Fondation, comme d'offrir une analyse et des recommandations pour aider les décideurs à avoir le maximum de données sur un pays, ensuite il a présenté une analyse politico-économique avec l'identification des principaux maux dont souffre la Tunisie et, enfin, il a proposé quelques-unes des recommandations que contient le rapport en vue de soutenir cette « expérience tunisienne unique dans la région ».
Le vice-président dit espérer la mise à contribution de la communauté internationale et des gouvernants envers la Tunisie pour l'accompagner à parachever sa transition démocratique, stabiliser ses institutions et se sortir de l'impasse. Comme l'énonce le document disponible dans les trois langues, cité par l'intervenant, le pays est « sur une mauvaise pente sur le plan économique ». C'est une épreuve difficile, insiste M.Muasher, par laquelle passe le pays, qu'il ne faut pas laisser seul. Selon lui, les Tunisiens ont fait preuve de courage et de maturité mais l'expérience tunisienne est bel est bien en danger. En cela le constat du rapport est clair, sans concession : « Assaillie par la corruption et les défis législatifs, bureaucratiques et sécuritaires, l'économie tunisienne est à la peine ». De plus, « l'aide internationale et les réformes ne se sont pas matérialisées de manière visible pour le citoyen ».
Nécessité d'un mécanisme de mise en œuvre rapide des projets
L'analyse du Think tank américain a mis également en avant l'incompréhension qui règne entre le gouvernement tunisien et les bailleurs de fonds internationaux qui se reprochent mutuellement un manque d'action décisive. Toujours selon le rapport, « seul le secteur de la sécurité a recensé des progrès significatifs toutefois incomplets ». Parmi les recommandations préconisées, insiste le responsable pour la région du Moyen-Orient, les partenaires internationaux clés de la Tunisie se doivent de manifester un appui financier et « mettre en place un mécanisme rapide pour accélérer la mise en œuvre des projets économiques à forte priorité, particulièrement les projets qui stimulent le développement économique et social et la création d'emplois ».
Dans une brève allocution, le chef du gouvernement a insisté sur la nécessité de sceller un contrat social entre les Tunisiens et les forces vives du pays pour pouvoir sortir de l'impasse. Yassine Brahim a, pour sa part, insisté sur la nécessité de créer une haute administration capable de retenir les compétences techniques qui risquent, faute de politique attractive, de migrer vers le privé. Le ministre a également loué les mérites de l'administration qui a permis à l'Etat de rester debout pendant les jours difficiles, mais il ne faut pas non plus qu'elle reste synonyme de lourdeur et de bureaucratie, il est temps, souligne-t-il, de passer d'une économie étatiste à un système socio-libéral plus adapté et plus dynamique. Il ressort de cette matinée un constat reconnu par tous, la communauté internationale a été très en deçà des engagements qu'elle a pris vis-à-vis de la Tunisie, il n'en reste pas moins que les Tunisiens eux-mêmes ne l'ont pas encouragée à aller de l'avant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.