Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Visite d'adieu à Mechichi de l'ambassadeur de Turquie à Tunis    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    +2,8%    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    Journée internationale des Planétariums Dimanche 07 mars 2021 à la cité des sciences de Tunis    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    Mustapha Ben Ahmed : Pourquoi ce recours d'Ennahdha à la rue?    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    ''Kais Saied parle très bien la langue Française'', selon Sonia Dahmani    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Borhen Bsaïes, nouvel influenceur mode?    C'est quoi l'histoire du TGV dont parle Kais Saied ?    La face cachée des sociétés civiles au Maghreb    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Billet | Une situation hypothétique !    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM MARDI 23 FEVRIER 2021    LC Afrique-MC Alger/Espérance ST : satisfait du nul obtenu à Alger (Mouine Chaabani)    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    CONDOLEANCES : Feu Lotfi HABBACHI    Covid-19 | le bilan s'élève à 7851 cas confirmés et 39 décès en milieu scolaire    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Boxe | 72e tournoi de Stardinja de Sofia : Victoire de Khouloud Halimi    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Trump a nui à la Tunisie, Selon Rached Ghanouchi    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En sursis
Point de Mire
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 10 - 2016


Par Abdelhamid Gmati
L'année 2017 sera difficile, nous dit-on. Sur tous les plans, en particulier économique. Plus difficile que les cinq précédentes qui n'ont pas été roses non plus. Le chef du gouvernement ne cesse de dire que la situation est alarmante. Ses prédécesseurs ont eux aussi parlé de conjoncture difficile, de situation « catastrophique », de la nécessité de faire des sacrifices... Certains vont même jusqu'à avertir que « la Tunisie est au bord de la faillite ». Ce qui est impropre quand il s'agit d'un pays. Une entreprise peut se déclarer en faillite et mettre la clef sous la porte pour aller chercher ailleurs. Mais un pays ? Va-t-on fermer le pays, le dissoudre ? Soyons sérieux. Tout le monde sait que le pays va mal et chacun vit une situation difficile : l'Etat, dont les caisses sont pratiquement vides, les entreprises en butte à plusieurs difficultés et le citoyen dont le pouvoir d'achat s'est fortement amoindri. Ce diagnostic alarmant, on a fini par le connaître. Et on en a marre de ces discours alarmistes et apparemment stériles. On veut des solutions.
Il est évident que le gouvernement ne dispose pas d'une baguette magique pour remettre tout dans l'ordre. Mais il a proposé une série de mesures à même de faciliter la relance économique. Et pour commencer, il est à la recherche d'investissements nationaux et étrangers permettant de soutenir le plan de développement et de faire face aux obligations budgétaires. Et, pour attirer les capitaux, il faut de la sécurité et une paix sociale. Et c'est là que le bât blesse : plus de 1.000 entreprises ont quitté le pays, le tourisme est sinistré, la production de phosphate et dérivés est dérisoire et les raisons sont à chercher du côté des revendications excessives et des grèves à répétition. Et l'Ugtt a refusé la proposition de Youssef Chahed de geler les augmentations de salaires. Le gouvernement reconnaît que ces augmentations sont légitimes et réglementaires mais il demande un sursis, l'état actuel des finances du pays ne permettant pas de les honorer. L'endettement du pays ces dernières années est motivé essentiellement pour cette question des salaires qui ont fortement augmenté du fait de recrutements intensifs, inconsidérés. « Une croissance sans création de richesse est une croissance fallacieuse, le miroir aux alouettes. Le pays est déterminé à casser cette spirale de l'endettement pour cause de paiement des salaires. Trop c'est trop, il faut mettre le holà », estime Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale. Les syndicats, qui par ailleurs sont conscients de la situation du pays, devraient prendre cela en considération. Certes, il n'est pas question que seuls les salariés consentent des sacrifices. Mais aller chercher des sous ailleurs ne dispense pas les salariés de supporter une partie du fardeau. Que fera l'Ugtt si l'Etat est en cessation de paiement des salaires ? La centrale prendra-t-elle la relève ? Un petit effort, de la coopération et des négociations, sans chantage à la grève, devrait aboutir à des compromis acceptables. De son côté, l'Utica, qui se déclare disposée à poursuivre les pourparlers, devrait le faire dans un esprit constructif et assumer aussi ses responsabilités. Les négociations aboutissent des accords solides si on est prêt à quelques compromis.
Et il y a cette violence, probablement téléguidée, des chômeurs. Et avec cette violence, les compromis sont stériles. Dans l'affaire Petrofac, on avait cru la crise résolue. Eh bien, non ! Vendredi dernier, un groupe de chômeurs a procédé à la séquestration de quatre camions transportant du gaz pour le compte de la compagnie. « La situation est difficile », a reconnu Youssef Chahed, mais « grâce à une forte volonté politique et une mobilisation de tous les Tunisiens, nous pourrions nous en sortir ». Le temps des discours est révolu. Place à l'action.
Il est temps d'agir, Messieurs du gouvernement. Et tant pis s'il y a des mécontents. Il y va de l'avenir de la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.