Tunisie-Directeur de l'ENIS [VIDEO] : « Nous cherchons à améliorer le classement de nos universités dans le monde »    Où voir les matches d'Aissa Laidouni et Anis Ben Slimane en Europa League ?    Youssef Bouzakher : « La dissolution du CSM n'a jamais été évoquée par le chef de l'Etat »    Dr Rim Belhassine Cherif, Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie – Covid : Fermeture d'un troisième établissement scolaire à Djerba    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Tunisie: Vers la vaccination des enfants âgés de 5 ans ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    LC Europe (Poules / 6è j): le programme de ce mercredi    Le comité scientifique annonce une bonne nouvelle    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le puits fabuleux de Kairouan
Bir Barrouta
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 09 - 2010

• Un brouhaha civilisationnel derrière le silence monumental
Kairouan, la ville blanche, s'inscrit dans la lignée des cités pétries d'histoire et de piété. En effet, La ville sainte de Tunisie est depuis toujours associée à sa grande mosquée Oqba Ibn Nafaâ. Toutefois, au cœur de la vieille ville, s'élèvent tant d'édifices chargés d'histoire. Le puits Barrouta en est une franche illustration.
Pour y accéder, il faut suivre les ruelles sinueuses de la Médina.
En franchissant la Porte des Martyrs (Bab Echouhada) construite en 1772, l'on se trouve dans l'artère principale qui traverse la vieille ville du nord au sud. C'est la rue AliBelhouane, une artère bordée d'une rangée de boutiques de tapis, de commerces de makroudh (pâtisserie locale) et d'objets de cuivre gravé.
Au fil d'une marche contemplative, à ne pas manquer, d'une subtilité visuelle pour apercevoir les quartiers d'habitations, typiques de la Médina et ses monuments défiant l'usure du temps délimités par la rue principale. Dans le voisinage, figure la zaouia de Sidi Abid El-Ghariani, un mausolée élisant domicile au cœur de la seconde ruelle à droite. Dans cette zaouia datant du XIVe siècle, persistent les restes d'un saint, d'origine libyenne dit-on. Ensuite, on prend, juste en face, la rue Bouras. Puis, à gauche, la rue des Cuirs, une venelle peuplée de tailleurs et de tisserands.
En face, parmi les demeures couvertes de belles couches de chaux, se trouve la maison qui abrite le puits Barrouta. Au premier étage, dans une pièce surmontée d'une coupole, un dromadaire aux yeux bandés actionne une noria. Au fur et à mesure de son mouvement circulaire, des gargoulettes bordant le contour de ladite noria et remplies d'eau fraîche et sainte versent dans de grandes jarres en argile crue leur contenu. Selon la légende, la source qui alimente ce puits serait la même qui a, autrefois, jailli sous les sabots du cheval de Oqba Ibn Nafaâ (fondateur de la Grande Mosquée de la ville en l'an 62 de l'Hégire). Elle communique, également, avec Zemzem, la source sacrée de la Mecque.
On dit, par ailleurs, que le visiteur qui boit de l'eau de ce puits est assuré de revenir à Kairouan.
Force est de constater, au fil d'une méditation sur la typicité architecturale de cet édifice, qu'il est aménagé de deux niches contenant un abreuvoir couronné par des robinets en marbre. De l'autre côté de la façade, s'élève une plaque votive exposant un poème qui exalte l'instauration de la fontaine en l'an 1100 de l'Hégire (1700 ap. J.-C., environ).
Saisie en écriture naskhi (une écriture cursive apparue vers le Xe siècle, qui ne contient pas de caractères anguleux et prend de nombreuses formes différentes), la rhapsodie dont il est question s'entame ainsi (comme nous le traduisons) : «Quelle superbe fontaine par le Dieu généreux ! Sa beauté se manifeste aux spectateurs dans sa majesté merveilleuse et splendide, sa forme unit l'élégance à l'éclat».
De surcroît, conformément à certaines répliques transmises d'une génération à l'autre, tout ce que le cœur désire peut toujours se réduire à la figure de l'eau du puits Barrouta, vu la sécheresse que connaît la ville durant la saison estivale. Cela dit, l'eau et la fraîcheur des lieux s'avèrent un souverain remède contre une soif trompée après une marche d'été. Mais il faut boire de cette eau claire et fraîche au bon moment. Là où autochtones et visiteurs désirent une eau pure face à un paysage frais, un puits qui intériorise une eau sachant tout réunir. Un rassasiement de l'homme et une purification de la ville.
C'est au demeurant le brouhaha civilisationnel d'un puits, d'un monument grandiose et silencieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.