La FTF limoge Faouzi Benzarti et le remplace par Maher Kanzari et Mourad Okbi pour assurer l'intérim    ONS JABEUR sur le Podium à Moscou    Tunisie – Réunion urgente de l'instance administrative de l'UGTT place Mohamed Ali    Tunisie: Sit-in ouvert des employés de radio Shems Fm à partir de lundi prochain    Tunisie-Ligue 2 (J4): résultats de samedi et classement    Première édition du Forum de la Mer-Bizerte 2018, rencontres euro-méditerranéennes de l'économie bleue durable, les 20 et 21 octobre 2018 à Bizerte    Exclusif : Pourquoi Taboubi, Majoul et Trablesi sont allés ensemble chez le directeur général du BIT à Genève    Le problème des marchés publics véreux pointe du nez…    Intempéries.. Entre la force majeure et les négligences blâmables    Création d'une commission pour l'équivalence    La gouvernance locale et les changements démocratiques en point de mire    Tunisie – L'Etat devra rembourser 9.3 milliards de dinars de dettes cette année    Déplacements à risques du CAB et de l'ESS    A chacun ses arguments    Quête commune de points    Les professionnels tunisiens en force au salon du tourisme d'Alger    Tunisie: Interpellation à Sfax d'un individu en possession 236 comprimés psychotropes    Tunisie – Echec de la première réunion 5 + 5 entre l'UGTT et le gouvernement    La santé buccale parent pauvre de la CNAM    Les municipalités de Nabeul ont bénéficié d'une enveloppe de 20 MD    Une symbiose entre le violon et la harpe    Quelques chefs d'oeuvre du temps de Rossini sont à Tunis    En vidéo : L'ouverture du 1er Centre MIDAS en Tunisie en Partenariat avec OLA ENERGY    Décès d'un quadragénaire dans un accident de la route à Tabarka    Tunisie [Vidéo]: Réaction du ministre de la Culture à la destruction d'un partie des aqueducs romains    Plusieurs arrestations lors des campagnes sécuritaires à Sfax et Ben Arous    Insolite : La ville de New York fête son 1er week-end sans fusillade, depuis un quart de siècle    L'INM met en garde les automobilistes contre le brouillard    Programme TV du samedi 20 octobre    Tunisie: Maintien en détention de l'ex-secrétaire d'Etat aux Mines    L'Association des femmes démocrates pour un traitement sérieux du dossier des assassinats politiques    Tunisie: Le ministère de l'Intérieur recherche quatre terroristes    Super Globe 2018 : la formation tunisienne de l'AS Hammamet termine à la 6e place    Annonce de la mort de Khashogji : Réaction américaine mitigée    L'Arabie Saoudite reconnait la mort de Khashogji dans son consulat à Istanbul « dans une bagarre »    De Gdansk à La Goulette    NESCAFE COMEDY SHOW, SAISON 5    En photos:Le lancement d'une nouvelle édition du Challenge Startupper de l'Année par Total en Afrique    La Tunisie remporte le Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2018    Les forces navales en présence en Méditerranée: Facteur de rapprochement ou de conflictualité des Etats ?    Foire Nationale du Livre Tunisien : 1ère édition du 19 au 28 octobre 2018 (Programme culturel)    Ce que vous devez savoir sur le Projet de Budget de l'Etat 2019    Le Niqab (voile intégral) est désormais interdit sur les lieux du travail en Algérie    Tunisie [Vidéo + Photos]: Priorités des JCC 2018 avec 207 films de 47 pays programmés    “Ré-Existence”, de Nawel Skandrani à la Cité De La Culture à Tunis    La dérive xénophobe italienne: quelques réflexions sur le présent et le devenir de la diaspora tunisienne.    Tunisie – Dernière minute : Le pilote du F 5 crashé retrouvé sain et sauf    Jamal Khashoggi aurait été découpé vivant par un médecin qui écoutait de la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La médina de Sfax dites-vous..... pourquoi pas ?
Tourisme culturel
Publié dans Le Temps le 02 - 01 - 2013

Il était un temps où la ville de Sfax était une étape sur le parcours touristique, reliant le Nord-Est au Sud. Mais depuis quelques années, avec la construction d'une ceinture pour éviter l'embouteillage du centre ville, les passages des touristes ont quasi-totalement cessé.
Et pourtant, Sfax, héritière de l'antique Thaparura, libyco-phénicienne, riche de son port, eut une histoire et une archéologie de grande importance, tel qu'en témoigne sa médina et son musée archéologique, ainsi que son artisanat et ses produits divers. Sa médina regorge de monuments médiévaux. Enveloppée dans des remparts aghlabides, datant du milieu du IX siècle, l'unique enceinte du pays entièrement érigée en moellon et pierres, rythmée de tours polygonales, percée de porte sur ses quatre côtés. La plus majestueuse étant Bab Diwan, jadis ouvrant sur le grand bleu, la ville ayant eu, le long de son histoire connu d'importants échanges commerciaux avec l'Orient. La médina enserrée dans un quadrilatère est dotée d'un tracé urbain des plus réguliers, exception pour une cité arabo-musulmane, ce qui trahit une survivance ancienne et dénote une continuité d'occupation des siècles durant.
L'emplacement du forum antique, serait probablement celui de l'actuelle Grande mosquée, point névralgique de la vie quotidienne ainsi que religieuse. Son minaret reproduit le prototype kairouanais de la mosquée de Oqba, cependant agrémenté, le premier, d'inscription en relief gravée dans des blocs de gré dunaire. La salle de prière, de forme irrégulière, est en réalité composée de deux salles accostées, la première de fondation aghlabide, alors que la seconde remonte au XI siècle. L'attrait principal, réside dans la série de portes donnant sur la petite cour : un excellent modèle de l'art de la calligraphie maghrébine.
Jouxtant l'oratoire-cathédrale, le souk Rbaâ, joyau d'organisation commerciale, à plan cruciforme, aux accès reliant les points cardinaux. Commerce d'étoffes, draperies et tapis, multicolores, une pléiade de tableaux aux motifs nouées par les doigts des femmes rurales de la région et autres, se mêlent aux tissus, issus des métiers d'habiles artisans sfaxiens.
Le visiteur découvre une collection de produits artisanaux conservés et exposés à Dar Jallouli, réhabilité en espace muséographique des arts et des traditions populaires régionales. Le cadre datant du XVIIème siècle, de par son riche style architectural particulier, en comparaison avec l'architecture domestique sfaxienne traditionnelle généralement plus sobre, tire son nom de celui de ses anciens propriétaires. A côté des meubles traditionnels, l'exposition donne une idée sur d'autres aspects de la vie domestique et économique du sfaxien, à travers une riche variété d'objets, des costumes féminins et masculins, aux coiffes, au bois ouvragé, à des tableaux de peintures sous verre, et autres : la maison sert d'habitation, mais aussi d'atelier et de dépôt de marchandises.
Les souks installés sur les artères principales, un musée vivant de l'artisanat, sont en mouvement incessant. Dans celui des forgerons et chaudronniers, installé dans un fondouk au même nom, réhabilité en espace culturel, situé à proximité du Bab El-Gibli, on se croirait dans une ère lointaine, dans un Orient au passé simple, digne de films historiques.
Comme dans toutes les villes médiévales, à Sfax une Kasbah occupait un point stratégique élevé, au niveau de l'angle Sud-Ouest des remparts, orientée vers la mer et la voie du grand sud, et dominant la ville. Elle fut construite à l'emplacement d'un ribat du IXème siècle, dont une partie de sa mosquée est encore visible, et intégrée dans le circuit de visite du musée de l'architecture sfaxienne. Un échantillonnage d'éléments architectoniques, équipements et outillages, savamment présentés au grand public, d'une façon didactique, renseignent sur les maîtres maçons locaux. A l'opposé de la kasbah, trouve-t-on, le Borj el-Nar, littéralement, la forteresse du feu, un grain du chapelet des constructions défensives ifriqyennes médiévales.
Flânerie oblige, pour passer devant un monument anachronique, dans son style et décor, nettement différent de la moquée qui le flanque. Il s'agit du minaret de Sidi Ammar Kammoun, un exemple d'éclectisme architectural, entre traditions aghlabides, zirides, hafsides et même andalouse maghrébine.
Les monuments de culte sont épars à travers les ruelles de la ville, et on est frappé par le nombre très important des oratoires, parfois de simples demeures, voire des salles très modestes, sans signe distinctif apparent aucun.
Le plus prestigieux, étant la mosquée et mausolée de Sidi Bel-Hassen, descendant du Saint patron de la ville, Sidi Ali El-Karray, situé à proximité de Zqaq edh-hab ou simplement la rue de l'or. Le sanctuaire s'insère dans un important centre économique, d'activité artisanale et commerciale des bijoutiers, très fréquenté par les sfaxiens, et tout près de la rue des notaires.
Bien qu'assez modeste dans l'ensemble, la zaouia doit sa célébrité au passé glorieux de son fondateur et à sa fonction en tant que siège d'une grande confrérie. Les façades du monument sont élégamment décorées, parmi les plus belles de la médina. Comme tout complexe funéraire, il comporte une Tourba, un oratoire précédé d'une cour et des dépendances.
Les cadres de la porte principale et des deux fenêtres qui l'accostent, de kedhal jaune ocre, sont décorées d'éléments épigraphiques, s'alternant à des motifs entrelacés, de roses de vent, de rosaces, de disques, de dents d'engrenage, de denticules cubiques et de cordes.
Non moins important, sur le plan spirituel est la mosquée de Sidi Ali Bouchouicha al-Karray, située face à Bab al-Jebli. Il semble donc qu'en plus de sa fonction cultuelle, l'oratoire eut une fonction militaire de guet et d'observation, selon des inscriptions, encastrées sur la façade du monument, datées de la fin du XVII siècle. Bien que moins recherché dans son décor, le minaret reproduit fidèlement la silhouette du minaret de la Grande mosquée.
En réalité, seuls les monuments civils et religieux résistent au phénomène que la ville est entrain de vivre : les maisons sont abandonnées de jour en jour et davantage, pour être transformées en ateliers d'activités industrielles et dépôts de marchandises de tout genre.
A travers les quelques principaux monuments patrimoniaux, pour une remise en valeur, loin d'une muséification de la médina, un parcours touristique est souhaitable, au sein des dédales de la médina de Sfax, pour revigorer le tourisme tunisien, le culturel en particulier.
Atouts et potentialités y sont.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.