Mondial Hand 2019 : la Tunisie battue en ouverture du deuxième tour    La Tunisie entame mal le 2ème tour avec une défaite 23 – 35 face à la Suède et devra se racheter dimanche devant la Hongrie    Trop facile !    Quelle belle réaction !    Tunisie – Chahed président d'un nouveau parti et probable candidat à la présidentielle ?    Tunisie: Les Soldes d'hiver de 2019 démarrent vendredi 25 janvier    Le défenseur de Liverpool Trent Alexander-Arnold prolonge    L'ATIDE dénonce « un détournement de la loi»    Première participation de l'Armée de l'air sous la bannière de l'ONU    L'après-grève serait plus dur à supporter !    De partout… De partout…    Quand des Tunisiens recréent le "Casse-Noisette" de Tchaikovski    Entre haiku, haijin et satori    Partenariat CORP – Fondation Acacias For All concernant la reconversion vers le métier d'Entrepreneur Vert dans la région de Bir Salah à Sfax    Une facture salée    L'éducation et l'enseignement, domaines phares des recrutements    Réduction des amendes infligées avant le 1er janvier 2019    Renvoyée aux calendes grecques    L'Institut Arabe des Chefs d'Entreprises exprime sa préoccupation pour la Tunisie    L'Otan offre son expertise à la Tunisie    Les négociations reprendront la semaine prochaine    Rediscuter encore et toujours    Tunisie: Ne ratez pas “La Nuit des idées” 2019, dimanche 31 janvier sous le Thème “Face au présent”    Mondial Handball 2019 : Regardez le match Tunisie vs Suède du 19 janvier en Streaming    Le sorcier masqué    Activités de l'OMT au salon international du tourisme de Madrid FITUR 2019    Mexique: 21 morts dans l'explosion d'un oléoduc    Les médecins de l'hôpital Charles-Nicolle arrêtent les opérations de transplantation d'organes    Le Parlement fédéral allemand (Bundesrat) classe la Tunisie, l'Algérie, le Maroc et la Géorgie ‘Pays sûr'    BNP PARIBAS entame une réflexion sur sa participation au capital de l'UBCI    Nouvelles nominations annoncées par le Ministère du Transport    Espérance: Khalil Chammam prend sa retraite internationale    L'art sillonne le pays    Des œuvres à vivre    La BTS recrute    Tunisie: Il spolie plus de 500.000 dinars aux assurances à Sfax en inventant des accidents    LdC Afrique (J2): Les rencontres de ce samedi et le programme TV    Tunisie: Grosse frayeur chez les passagers d'un bus de transport régional de Bizerte après le braquage du conducteur    Tunisie: Réunion à Béja regroupant 300 personnes vendredi au lendemain de la grève générale    Météo: Prévisions pour samedi 19 janvier 2019    Tunisie-Mahdia [photos] : Spectaculaire tentative d'immigration clandestine à Chebba !    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    Cérémonie de signature du recueil « Malikholia » du poète Hamza Omar    En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Le Parlement allemand classe la Tunisie pays sûr pour refuser à ses immigrés le droit d'asile    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    Tout sur le Sommet arabe pour le développement économique et social qui se tiendra ce dimanche à Beyrouth    Barbanera, un Tunisien à la tête d'un large réseau de migration illicite, arrêté en Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La médina de Sfax dites-vous..... pourquoi pas ?
Tourisme culturel
Publié dans Le Temps le 02 - 01 - 2013

Il était un temps où la ville de Sfax était une étape sur le parcours touristique, reliant le Nord-Est au Sud. Mais depuis quelques années, avec la construction d'une ceinture pour éviter l'embouteillage du centre ville, les passages des touristes ont quasi-totalement cessé.
Et pourtant, Sfax, héritière de l'antique Thaparura, libyco-phénicienne, riche de son port, eut une histoire et une archéologie de grande importance, tel qu'en témoigne sa médina et son musée archéologique, ainsi que son artisanat et ses produits divers. Sa médina regorge de monuments médiévaux. Enveloppée dans des remparts aghlabides, datant du milieu du IX siècle, l'unique enceinte du pays entièrement érigée en moellon et pierres, rythmée de tours polygonales, percée de porte sur ses quatre côtés. La plus majestueuse étant Bab Diwan, jadis ouvrant sur le grand bleu, la ville ayant eu, le long de son histoire connu d'importants échanges commerciaux avec l'Orient. La médina enserrée dans un quadrilatère est dotée d'un tracé urbain des plus réguliers, exception pour une cité arabo-musulmane, ce qui trahit une survivance ancienne et dénote une continuité d'occupation des siècles durant.
L'emplacement du forum antique, serait probablement celui de l'actuelle Grande mosquée, point névralgique de la vie quotidienne ainsi que religieuse. Son minaret reproduit le prototype kairouanais de la mosquée de Oqba, cependant agrémenté, le premier, d'inscription en relief gravée dans des blocs de gré dunaire. La salle de prière, de forme irrégulière, est en réalité composée de deux salles accostées, la première de fondation aghlabide, alors que la seconde remonte au XI siècle. L'attrait principal, réside dans la série de portes donnant sur la petite cour : un excellent modèle de l'art de la calligraphie maghrébine.
Jouxtant l'oratoire-cathédrale, le souk Rbaâ, joyau d'organisation commerciale, à plan cruciforme, aux accès reliant les points cardinaux. Commerce d'étoffes, draperies et tapis, multicolores, une pléiade de tableaux aux motifs nouées par les doigts des femmes rurales de la région et autres, se mêlent aux tissus, issus des métiers d'habiles artisans sfaxiens.
Le visiteur découvre une collection de produits artisanaux conservés et exposés à Dar Jallouli, réhabilité en espace muséographique des arts et des traditions populaires régionales. Le cadre datant du XVIIème siècle, de par son riche style architectural particulier, en comparaison avec l'architecture domestique sfaxienne traditionnelle généralement plus sobre, tire son nom de celui de ses anciens propriétaires. A côté des meubles traditionnels, l'exposition donne une idée sur d'autres aspects de la vie domestique et économique du sfaxien, à travers une riche variété d'objets, des costumes féminins et masculins, aux coiffes, au bois ouvragé, à des tableaux de peintures sous verre, et autres : la maison sert d'habitation, mais aussi d'atelier et de dépôt de marchandises.
Les souks installés sur les artères principales, un musée vivant de l'artisanat, sont en mouvement incessant. Dans celui des forgerons et chaudronniers, installé dans un fondouk au même nom, réhabilité en espace culturel, situé à proximité du Bab El-Gibli, on se croirait dans une ère lointaine, dans un Orient au passé simple, digne de films historiques.
Comme dans toutes les villes médiévales, à Sfax une Kasbah occupait un point stratégique élevé, au niveau de l'angle Sud-Ouest des remparts, orientée vers la mer et la voie du grand sud, et dominant la ville. Elle fut construite à l'emplacement d'un ribat du IXème siècle, dont une partie de sa mosquée est encore visible, et intégrée dans le circuit de visite du musée de l'architecture sfaxienne. Un échantillonnage d'éléments architectoniques, équipements et outillages, savamment présentés au grand public, d'une façon didactique, renseignent sur les maîtres maçons locaux. A l'opposé de la kasbah, trouve-t-on, le Borj el-Nar, littéralement, la forteresse du feu, un grain du chapelet des constructions défensives ifriqyennes médiévales.
Flânerie oblige, pour passer devant un monument anachronique, dans son style et décor, nettement différent de la moquée qui le flanque. Il s'agit du minaret de Sidi Ammar Kammoun, un exemple d'éclectisme architectural, entre traditions aghlabides, zirides, hafsides et même andalouse maghrébine.
Les monuments de culte sont épars à travers les ruelles de la ville, et on est frappé par le nombre très important des oratoires, parfois de simples demeures, voire des salles très modestes, sans signe distinctif apparent aucun.
Le plus prestigieux, étant la mosquée et mausolée de Sidi Bel-Hassen, descendant du Saint patron de la ville, Sidi Ali El-Karray, situé à proximité de Zqaq edh-hab ou simplement la rue de l'or. Le sanctuaire s'insère dans un important centre économique, d'activité artisanale et commerciale des bijoutiers, très fréquenté par les sfaxiens, et tout près de la rue des notaires.
Bien qu'assez modeste dans l'ensemble, la zaouia doit sa célébrité au passé glorieux de son fondateur et à sa fonction en tant que siège d'une grande confrérie. Les façades du monument sont élégamment décorées, parmi les plus belles de la médina. Comme tout complexe funéraire, il comporte une Tourba, un oratoire précédé d'une cour et des dépendances.
Les cadres de la porte principale et des deux fenêtres qui l'accostent, de kedhal jaune ocre, sont décorées d'éléments épigraphiques, s'alternant à des motifs entrelacés, de roses de vent, de rosaces, de disques, de dents d'engrenage, de denticules cubiques et de cordes.
Non moins important, sur le plan spirituel est la mosquée de Sidi Ali Bouchouicha al-Karray, située face à Bab al-Jebli. Il semble donc qu'en plus de sa fonction cultuelle, l'oratoire eut une fonction militaire de guet et d'observation, selon des inscriptions, encastrées sur la façade du monument, datées de la fin du XVII siècle. Bien que moins recherché dans son décor, le minaret reproduit fidèlement la silhouette du minaret de la Grande mosquée.
En réalité, seuls les monuments civils et religieux résistent au phénomène que la ville est entrain de vivre : les maisons sont abandonnées de jour en jour et davantage, pour être transformées en ateliers d'activités industrielles et dépôts de marchandises de tout genre.
A travers les quelques principaux monuments patrimoniaux, pour une remise en valeur, loin d'une muséification de la médina, un parcours touristique est souhaitable, au sein des dédales de la médina de Sfax, pour revigorer le tourisme tunisien, le culturel en particulier.
Atouts et potentialités y sont.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.