Marouane El Abassi: 2021 Nécessaire optimisme de combat!    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Coronavirus: La situation épidémiologique à Siliana    Tunisie: En images, marche dénonçant la dégradation de situation sociale à Sousse    L'Ordre des avocats dénonce l'usage ''excessif de la force'' lors des manifestations pacifiques    L'un des plus grands constructeurs de produits électroniques UMIDIGI arrive en Tunisie    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Tunisie [Vidéo]: Reprise des entraînements de l'Olympique de Béja en préparation de la rencontre contre l'US Monastir    Foot – Marché des transferts : une baisse historique en 2020 (Fifa)    Hand – Mondial 2021 : Mohamed Amine Darmoul 3e meilleur buteur du premier tour    UE : le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,3% (décembre 2020)    La BIAT lève 113,4 millions de dinars    UTAP : Les agriculteurs menacés par la faillite et le pays par la famine    Le coordonnateur-résident de l'ONU en Tunisie suggère un partenariat avec les médias    Quand le swag de K2rym triomphe du sérieux de Mechichi    Afrique : Le Sénégal, foyer de mégaprojets gaziers ouest-africains, accueille un événement majeur sur la transition énergétique    Une manifestation contre le pouvoir à Sousse    Ce n'est pas une révolution    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Covid-19 : Tunisiens, remettons-nous à la vitamine D, en attendant le vaccin !    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Janvier 2021 à 11H00    BTE : Un PNB de 50,298 millions de dinars    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    En direct et live streaming, chaîne tv : Juventus Turin – Naples, Super Coupe d'Italie, Finale    DECES: Dr Mokhtar JELILI    Examen des mesures exceptionnelles: Débat parlementaire ou blocage et temps perdu    Monsieur Mahmoud Zani:LES ENTREPRISES MULTINATIONALES : QUELLES NORMES DE REGULATION ? QUEL TYPE DE CONTROLE ?    Analyse sociologique du discours de Mechichi    Moez Cherif, Président de l'Association de défense des droits de l'enfant à La Presse «La fermeture des établissements scolaires est la preuve de l'échec de notre politique sanitaire»    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Foot-Europe: le programme du jour    REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Météo: Prévisions pour mercredi 20 janvier 2021    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    USA: Joe Biden serait-il capable d'offrir la citoyenneté à des millions d'immigrants?    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les causes de la chute d'Issa Hayatou
Présidence de la CAF
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 03 - 2017

Après 29 années à la tête de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou a été écarté par Ahmad. Une victoire surprenante du Malgache qui s'explique, outre un besoin de changement, par les erreurs et les errements du Camerounais. Ce dernier, grand dirigeant et fin politique, s'était toutefois enfermé dans sa tour d'ivoire. Explications.
Il n'a pas fait campagne
Durant le 60e anniversaire de la Confédération africaine de football (CAF) et durant les semaines précédentes, Issa Hayatou n'a pas fait campagne directement, déléguant cela à quelques fidèles. Comme si cette attitude n'était pas digne d'un président en fonction depuis 1988. Le Camerounais n'était de toutes les façons pas trop habitué à ce type de situation. Deux autres adversaires seulement ont pu se présenter contre lui en 29 années : l'Angolais Armando Machado en 2000 et le Botswanais, Ismaïl Bhamjee en 2004.
Il a sous-estimé Ahmad
Ahmad, lui, ne s'est pas privé de faire du lobbying jusqu'à la dernière minute, enchaînant réunions, rendez-vous, promesses. Le nouveau président de la CAF a voyagé dans plusieurs pays d'Afrique durant deux mois. Issa Hayatou n'a pas jugé utile d'en faire autant. Un de ses proches estimait en effet avant l'élection que le Malgache ne faisait clairement pas le poids, contrairement au président de la Fédération algérienne ou celui de la Fédération de RDC, par exemple. «Face à un Mohamed Raouraoua ou à un Constant Omari, il y aurait eu match».
Il n'a pas vu les signes précurseurs
Lors des Assemblées générales en 2016, certains amendements allant à l'encontre des décisions d'Issa Hayatou ont recueilli un nombre significatif de votes, ce qui était encore inimaginable en 2015. C'est d'ailleurs ce qui a décidé Ahmad à se présenter. Le Malgache a senti le vent tourner ; pas l'omnipotent patron du foot africain.
Il n'avait pas de programme
Comme en 2013, Issa Hayatou n'avait pas présenté de programme. Il souhaitait continuer à améliorer ce qui se faisait déjà, sans réelle remise en cause de son bilan.
Il a été éloigné de la CAF durant plusieurs mois
Les scandales à répétition à la Fédération internationale de football (Fifa) ont eu raison de son président Joseph Blatter, en 2015. Issa Hayatou, en sa qualité de vice-président le plus âgé de la Fifa, a alors été propulsé patron par intérim. Durant plusieurs mois, même s'il a conservé ses fonctions à la CAF, il a ainsi dû s'en éloigner. Eloignement renforcé par une greffe de rein fin 2015.
Il était trop âgé pour beaucoup de présidents
Après sa défaite, Issa Hayatou a rappelé avec véhémence qu'il n'avait «que» 70 ans alors que Sepp Blatter était beaucoup plus âgé lorsqu'il avait été réélu à la Fifa. Le problème n'était toutefois pas son âge mais le fait que des ennuis de santé (problèmes de reins, grave blessure à une jambe) l'ont affaibli prématurément. Il se trouvait en outre en décalage avec toute une nouvelle génération de présidents de fédération quadragénaires et quinquagénaires.
Il avait déjà fait un mandat de trop
Si Issa Hayatou avait arrêté après six mandats, son bilan aurait été jugé excellent. Or, le Camerounais avait déjà effectué un mandat de trop, de 2013 à 2017. Il avait été réélu par acclamation en 2013, sans adversaire, suite à une modification des statuts de la CAF. La seule mesure phare de son septième mandat —obtenir une sixième place pour l'Afrique en Coupe du monde— a échoué. Pour le reste, le patron du foot africain n'avait aucune autre grande réforme à proposer, alors qu'il avait impulsé d'immenses changements durant les années 1990 et 2000.
Il avait suscité beaucoup de rancœurs
Les cinq dernières années de son pouvoir ont d'ailleurs suscité beaucoup de rancœurs et de tensions, notamment dans l'attribution des Coupes d'Afrique des nations. Du bras de fer avec le Maroc concernant l'édition 2015 à l'attribution imprévue de l'édition 2023 à la Guinée, Issa Hayatou a rarement joué les cartes de l'apaisement et de la démocratie.
Il favorisait trop les francophones et les pays d'Afrique centrale et de l'Ouest
Beaucoup de pays anglophones se sont sentis lésés par les choix du Camerounais qui ne parle ni l'anglais, ni l'arabe, ni le portugais, ni l'espagnol, les autres langues des pays membres de la CAF. En favorisant son pays pour l'organisation de la CAN 2019, en offrant celle de 2021 à la Côte d'Ivoire et celle de 2023 à la Guinée, Issa Hayatou a renforcé la frustration des pays d'Afrique australe et de l'Est, qui ont grandement soutenu Ahmad.
Il ne lâchait pas de lest
Rancunier, Issa Hayatou ne supportait pas la contestation et la contradiction. S'il savait se montrer fidèle et très reconnaissant envers ses amis, il pouvait aussi freiner, voire briser les carrières d'opposants ou de délégués trop ambitieux. L'Ivoirien Jacques Anouma, le Libérien Musa Bility ou l'Algérien Mohamed Raouraoua peuvent en témoigner, eux qui espéraient prendre un jour sa succession. «Il y avait vraiment un ras-le-bol, lâche Samir Sobha, le président de la Fédération mauricienne. Pour être sincère, c'était une dictature à la CAF. On devait toujours voter "oui"».
Il minorait l'importance des footballeurs
Issa Hayatou ne mettait presque jamais en avant des footballeurs, alors qu'ils sont la base et la richesse du football africain. De fait, il confondait les intérêts de la CAF et ceux du football africain. En 2010, il avait attribué un 18/20 à l'Angola pour son organisation catastrophique de la CAN, alors que deux membres du staff de l'équipe du Togo avaient pourtant péri dans une fusillade dans l'enclave de Cabinda.
Il avait misé sur le mauvais cheval pour l'élection du président de la Fifa
Pour l'élection du président de la Fifa, en février 2016, Issa Hayatou et le Comité exécutif ont exigé que les membres de la CAF votent pour le Cheikh Salman. Consigne pas toujours respectée et c'est le Suisse Gianni Infantino qui a gagné. Le Camerounais a donc misé sur le mauvais candidat et ne l'a pas accepté. Une source à la Fifa indique en effet que Hayatou n'a pas supporté qu'un ancien chef de l'administration de la confédération européenne de football (secrétaire général de l'Uefa) réussisse là où il avait échoué, en étant battu par Blatter en 2002 pour la présidence du foot mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.