Coronavirus: 2 décès et 3905 nouvelles contaminations, Bilan du 16 janvier 2022    Météo: Températures comprises entre 8 et 12 degrés, ce mardi    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Covid-19 : Mahjoub Aouni écarte le recours à la suspension des cours    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Météo : Légère hausse des températures    Express    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lucky Peterson époustouflant
Clôture du Festival de jazz de Tabarka
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 07 - 2017

Tantôt assis pour jouer du clavier, tantôt debout avec sa guitare, il déballe tout ce qu'il sait de jazz et de blues toujours avec le même entrain. Le public est plus que ravi, il en redemande sans cesse.
Le musicien et chanteur de blues américain a clôturé samedi dernier le Tabarka Jazz Festival qui s'est déroulé du 22 au 29 juillet. Il revient sur la scène de la Basilique pour de nouvelles retrouvailles avec le public, scellant une bonne fois pour toutes son attachement à ce festival. A l'extérieur de la Basilique, dans les cafés avoisinants, les gens ont dirigé leur chaise vers l'écran pour suivre le concert en sirotant un verre de thé ou une boisson fraîche. A l'enceinte de la Basilique, la foule excitée a fait une standing ovation à l'artiste lors de son entrée en scène.
Lucky Peterson, en pleine forme, a interprété des morceaux de son nouvel album, « The Son of a Bluesman », mais aussi d'anciens tubes où il évoque ses racines, son enfance baignée de musique et sa carrière précoce. Avec sa voix de rockeur, il a chauffé la Basilique avec du jazz teinté de blues. Chapeau noir sur la tête, Lucky dégaine avec son quintet composé de guitariste, batteur, trompettiste et bassiste.
«I'm Still Here», chante Lucky Peterson. Le bluesman de 50 ans déclare être dans son « home ». L'accueil est toujours chaleureux de la part du public à qui il dédie ses plus belles chansons. La Basilique s'est réellement enflammée au cours de cette nuit de sirocco. Pour être plus proche de ses fans, il quitte la scène, et rejoint les gradins et se fait photographier et filmer par les spectateurs sans jamais interrompre le chant. Il n'a donc pas hésité à se faufiler entre les chaises, invitant les spectateurs à chanter avec lui.
Tantôt assis pour jouer du clavier, tantôt debout avec sa guitare, il déballe tout ce qu'il sait de jazz et de blues toujours avec le même entrain. Le public est plus que ravi, il en redemande sans cesse, l'accompagne pour « Purple rain ».
Cette maîtrise de la scène c'est de son père qu'il la détient, propriétaire à l'époque du Governor's Inn, à Buffalo, l'un des plus grands clubs de blues de l'Etat de New York. C'est lui qui l'a mis sur le chemin de la musique et lui a donné l'occasion de côtoyer des musiciens comme Budy Guy, Koko Taylor, Muddy Waters ou Junior Wells. Organiste, il se fait remarquer par le contrebassiste Willie Dixon... à l'âge de cinq ans. Il devient alors enfant-star avec l'album « Our Future » (1969) et se produit sur de nombreux plateaux de télévision.
Cette célébrité précoce lui a aussi permis de s'exprimer à travers plusieurs genres tout au long de sa carrière: après l'orgue, la guitare devient son deuxième instrument de prédilection avec un style proche de celui de B.B. King. Cela ne l'empêche pas de revenir au clavier avec son triple album « Organ Soul Sessions » en 2009 dans lequel il rend hommage à l'orgue Hammond et aux standards du jazz. Dans « You Can Always Turn Around », en 2010, il mélange les inspirations avec du gospel et du blues tantôt traditionnel, tantôt moderne.
Au bout d'une heure et demie de chant, il cède le micro à Tamara Peterson, sa femme, qui a interprété avec sa voix suave quelques morceaux dans un rythme blues, son mari l'accompagne au clavier puis chantent et dansent ensemble sous les regards séduits du public. Une soirée inoubliable. On en redemande. Que vive le jazz à Tabarka !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.