Tunisie – Qu'attend le ministre de l'éducation pour imposer le respect du protocole sanitaire ?    France : Détection de huit cas possibles d'infection au variant Omicron du covid    Mehdi Ben Gharbia poursuit sa grève de la faim pour la quatrième semaine    La Tunisie ou la fâcheuse manie de vouloir arracher de l'argent à ceux qui n'en ont pas !    Le PDL dénonce « le retour aux nominations obéissant aux principes d'allégeance et de favoritisme »    Mandat de dépôt contre le maire d'Essouassi pour viol et violation de données personnelles    Noureddine Tabboubi menacé de mort à deux reprises    Covid-19 – Variant Omicron : Le Maroc ferme ses frontières pour deux semaines    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Note – Economie bleue : La Tunisie subit un taux d'érosion côtière de 10 fois la moyenne mondiale    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Houcine Abassi: La solution à la crise politique est entre les mains de Kaïs Saïed    Inclusion des personnes porteuses de handicap: un défi majeur pour la municipalité de M'saken    Echaâb pour le dialogue avec les jeunes mais...    Secteur de l'assurance en Tunisie : Reprise du rythme de croissance    Omicron: Bien qu'inhabituels, les symptômes sont légers!    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    8ème anniversaire des événements de Siliana: Le parti des Travailleurs appelle à poursuivre ces responsables en justice    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    La profession du conseiller fiscal    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    Aviron – Championnat arabe de plage : 15 médailles pour la Tunisie    Omicron: Est-il plus dangereux que les autres variants?    NEWS: Doublé de Issam Jebali    Ligue 1 : St Etienne – PSG, les compos probables    Tennis-Coupe Davis: Bel exploit des Tunisiens !    Météo de ce dimanche    Appel à la prudence face au nouveau variant de Covid-19    MEMOIRE: Docteur Hind CHOUIHI, ep. OUESLATI    Exposition « Tourments » de l'artiste Hope Mokded à Nîmes: Exposition engagée    Arts plastiques:TGM galerie ouvre ses portes    Cérémonie d'ouverture du « Focus Japon » à la Cité de la Culture: Immersion dans la culture japonaise    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le couffin de la ménagère est menacé par la spéculation»
Lotfi Riahi, Président de l'OTIC
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 11 - 2017

Le président de l'Organisation tunisienne pour informer le consommateur (Otic) accuse les spéculateurs d'être responsables de la hausse des prix de certains produits de base écoulés sur les marchés et dans les grandes surfaces et pointe du doigt les organes de contrôle qui laissent faire
«Ce ne sont pas seulement les tomates et les pommes de terre qui sont en cause mais une foule d'autres produits. Savez-vous, par exemple, que le kilo de câpre est écoulé à 48 dinars, le poivre a atteint 65 dt, le laurier est commercialisé à 59 dt le kg et la verveine à 104 dt... ? Et la liste est encore longue. Le couffin du consommateur revient ainsi à 210 dinars au moins par mois», avertit Lotfi Riahi, président de l'Organisation tunisienne pour informer le consommateur (Otic).
«Le couffin du consommateur est notre principal souci. Nous suivons le marché de façon quotidienne avec des visites sur le terrain, le recueil de témoignages, l'analyse des évolutions et nous appelons périodiquement le Conseil de la concurrence à mettre fin à cette hémorragie car il s'agit de la plus haute autorité attachée au ministère du Commerce à pouvoir intervenir. Nous n'appelons pas seulement le Conseil de la concurrence et les autres organes officiels de contrôle via les médias ; en plus, nous leur envoyons des courriers avec décharge pour les informer et essayer de les mobiliser. Leur réaction est la même : les prix sont libres mais ceci dit de manière quasi informelle puisque nous n'avons jamais reçu de réponse écrite de leur part», ajoute-t-il.
Pour informer le consommateur sur ses droits et devoirs, l'Otic a créé une application gratuite «Reclamy» via laquelle il peut transmettre ses doléances, en plus d'un centre d'appel où il peut recevoir 200 appels en même temps. «C'est là que nous avons constaté le degré de spéculation, mais il ne s'agit pas de la seule pression permanente sur le couffin du consommateur. Les grandes surfaces sont également impliquées car elles font pratiquement du 100% de gain. Elles chargent d'abord tout produit qu'elles acquièrent de leur marge de 30% puis de 18% de TVA et aussi de 20% de marge arrière», poursuit-il.
Riahi nous explique que cette «marge arrière» est une ristourne exprimée en % du prix de vente initial qui est obtenue auprès d'un fournisseur sur un produit. La pratique des marges arrière se fait dans l'univers de la grande distribution entre les grandes enseignes et leurs fournisseurs. Il est généralement estimé que les marges arrière peuvent représenter de 30 à 40% du prix facturé initialement. Les pratiques de marges arrière sont juridiquement limitées et encadrées pour limiter le pouvoir de domination des grands distributeurs sur leurs fournisseurs.
«C'est du vrai gré à gré, et pas d'impôt là-dessus, tout se joue ici», commente Riahi.
Lancement d'une campagne de sensibilisation
Reste le problème des produits turcs. ‘'Nous avons lancé les campagnes «Si tu vends cher, je n'achète pas'' et ‘'Si tu es Tunisien, achète tunisien» notamment contre les produits turcs qui dépassent les 400 et dont nous n'avons pas vraiment besoin puisque leurs équivalents sont produits en Tunisie. Pour donner une comparaison frappante : alors que pas moins de 2.800 entreprises européennes investissent en Tunisie, très peu d'entreprises turques sont présentes sur le territoire Pour tout dire, les études montrent que 100 mille emplois sont menacés dans le textile-habillement à cause des produits turcs», regrette notre interlocuteur.
Et c'est là qu'intervient Foued Ajroudi pour nous annoncer le lancement de la prochaine campagne de l'Otic qui vise à sensibiliser les consommateurs sur les risques que peuvent présenter pour leur santé la plupart des produits importés. L'organisation prévoit de publier la liste des produits mis en cause. «Nous sommes ici au cœur de notre mission : sensibiliser le consommateur sur le fait que tous ces produits étrangers se font un marché de plus de 2.000 milliards. Ils ont fini par noyer notre propre marché local », conclut le présidant de l'Otic.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.