Le programme Isquo Enlien soutient l'entrepreneuriat des jeunes tunisiens et appelle aux candidatures    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    EST: Meziane vers le MC Alger ?    Pas d'augmentation des tarifs de la STEG    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    SIAME : Les revenus en légère régression de 5%    Football : Programme TV de ce jeudi 21 janvier 2021    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    CA – dossier des litiges et des dettes: La délivrance enfin !    ATB : Un PNB de 278,4 millions de dinars (31 décembre 2020)    Coronavirus: De nouvelles contaminations au Kef    Covid-19: le primat de l'économie et des considérations politiciennes sur la santé    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    Audition de trois Ministres au Bardo: Les terroristes profitent des troubles pour semer le chaos    L'autre son de cloche    Tribune: Quel bout du tunnel pour la Tunisie ?    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    Le marché boursier vire au rouge    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Ali Kooli expose devant l'ARP les chantiers du gouvernement en 2021    Festival de la Chanson tunisienne: « Ni exclusion ni courtoisie »    US Monastir : Taoufik Zaaboub désigné entraîneur adjoint    Météo | Temps nuageux et températures stables    La pénurie d'eau, une menace réelle dans la région de Kairouan    En photos : Une prothèse intelligente pour un héros de la garde nationale    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Club Africain : L' Assemblée générale élective fixée au 21 février    Coronavirus-OMS: Aucun décès lié aux vaccins n'a été enregistré    Tunisie-Remaniement ministériel : La date du vote de confiance à l'ARP est fixée    Tunisie-Programme des logements sociaux: Publication des listes définitives des bénéficiaires    Tunisie [Photos]: Hospitalisation des premiers patients à l'unité Covid-19 de Jebeniana    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Tunisie: I Watch s'exprime sur le blocage des avoirs de Ben Ali et ses proches en Suisse    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'invasion sicilienne au XIXe siècle en Tunisie
Mouvements migratoires en Méditerranée
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 08 - 2018

Au début du XIXe siècle, le «bon Français» se posait souvent cette question. Que puis-je faire pour le développement de notre grand Empire français en Afrique ? En ce moment-là, la France se sentait menacée en Tunisie par un grand danger : l'invasion sicilienne sur les côtes tunisiennes.
Au début du XIXe siècle, en effet, la Tunisie comptait 80.000 Italiens et 10.000 Français. De puissantes sociétés italiennes avaient acheté et alloti 18.000 hectares autour de Tunis en faveur de 15 à 20.000 colons siciliens. Partout les Italiens possédaient du sol en groupe compact et ils cherchaient de nouvelles terres pour créer de nouveaux centres italiens.
De récente conquête, la Tunisie de l'époque se prêtait le mieux au peuplement, un territoire assez grand que sept à huit départements français semblables à la Provence ou au Languedoc. Les Italiens qui l'habitaient s'étaient presque tous établis le long du littoral Bizerte /Zarzis où ils formaient des agglomérations très denses. L'intérieur du pays était relativement peu peuplé. Toujours selon les autorités coloniales, on comptait à peine 7 à 8 habitants au kilomètre carré, le pays était divisé en grands domaines privés qu'on pouvait acquérir facilement.
On se rend vite compte qu'il ne suffisait pas aux Français d'avoir la propriété, d'avoir des soldats et des fonctionnaires, de tenir même tous les capitaux, il fallait avant tout avoir des milliers de familles et de cultivateurs français. En effet, dans tous les pays, la domination politique appartient tôt ou tard à la race qui cultive le sol. Le risque était de voir la domination politique échapper sûrement au protecteur français en Tunisie s'il laissait les Italiens s'emparer du sol, car être les administrateurs, les soldats, les riches capitalistes du pays ne suffisait plus! Souvenons-nous que jusqu'en 1896, l'Italie a combattu l'hégémonie française, sans vouloir reconnaître le protectorat français. Dans les conventions de 1896 qu'elle a signées avec la France, elle avait ouvertement reconnu la prépondérance politique de l'occupant sans toutefois renoncer pour cela à la Tunisie.
S'emparer du pays par les paysans
Un ministre italien, M. Nunzio Nasi, député de Trapani, le disait clairement dans un discours officiel, prononcé quelques mois après la conclusion du nouveau traité : «Le gouvernement italien ne perd pas de vue sa colonie italienne de Tunisie». Depuis, les Italiens ont redoublé d'efforts pour acquérir la domination économique, s'emparer du pays par les soldats, et surtout par les paysans.
Les Français se sentent alors un peu subjugués par les Italiens et particulièrement par les Siciliens, le plus gros contingent de la péninsule, et craignent qu'après avoir établi de belles routes, construit des ports, des chemins de fer, et édifié de superbes édifices publics, les Italiens seront 10 fois plus nombreux qu'eux et le pays leur appartiendra!
C'est vrai que le drapeau français était là, que la Tunisie était sous la protection des troupes françaises et des gendarmes, mais tout cela ressemblait au vin produit dans la régence qui portait une étiquette française, mais qui à l'intérieur était italien!
Selon les écrits de l'époque, «les Italiens, apparemment, reconnaissent la domination politique française et témoignent la plus grande déférence en l'administration coloniale, mais ils font tous leurs efforts pour prendre la possession du pays et jamais leurs progrès n'ont été si rapides, si effrayants».
L'occupation de la Tunisie a été considérée par les Italiens une conquête faite à leur pays et jamais acceptée et tolérée.
Tout au début du XIXe siècle, Tunis voulait construire un hôpital exclusivement italien, en quelques mois 120.000 francs nécessaires à sa construction avaient été réunis : roi, ministres, bourgeois ou hommes du peuple, tous, ont envoyé leur souscription...
Mais c'est surtout en Sicile, à Trapani, à Marsala et à Palerme qu'on s'intéresse particulièrement à la Tunisie.
C'est là qu'on a organisé le nouveau système de colonisation. Autrefois, les Siciliens venaient isolément en Tunisie, ouvriers, terrassiers, petits commerçants, il s'établissaient comme ils pouvaient, séparément sans aucun lien entre eux. Ensuite on a assisté a la «colonisation» des bourgeois siciliens qui ont acheté d'immenses domaines sur lesquels ils établissaient leurs compatriotes en masse compacte.
Dès que les Siciliens achètent une terre, ils expulsent aussitôt l'indigène et la peuplent uniquement avec leurs nationaux.
Sur toutes les routes qui convergent vers Tunis, les Siciliens occupent déjà des positions de première ordre, 7.000 ha sur celles qui conduisent à la frontière algérienne, 8.000 ha sur celle de Zaghouan, 7.000 autour du golfe d'Hammamet, plage si favorable au débarquement de «l'ennemi» sicilien. Autour de Bizerte, les Siciliens possèdent déjà plusieurs milliers d'hectares, et souvent rentrent en pourparlers avec de riches israélites qui vont leur vendre probablement tous ces domaines de la région de Mateur, d'environs 3.000 ha.
Les Français, très inquiets
A la fin du XIXe, le mouvement de «colonisation italienne» est à peine à ses débuts, partout dans le pays, des agences italiennes parcourent la Tunisie à la recherche de propriétés à vendre, ils offrent des prix très élevés pour des domaines bien situés, et ils possèdent déjà sur Tunis entre 50 à 60.000 ha.
Comme les Siciliens se livrent tous à la culture de la vigne, culture intensive par excellence, un hectare de vigne peut faire vivre une famille de 7 à 8 personnes, les Français craignent ainsi que les Italiens posséderont bientôt les terres nécessaires pour établir 100.000 paysans, surtout que les Siciliens arrivent déjà en masse et chaque bateau de Sicile en amène plusieurs centaines. D'après le recensement de 1898 effectué par la police coloniale, les Siciliens étaient au nombre de 64.000, et en moins de deux ans ils sont passés à 80.000...
La Régence se demande alors que font ces Siciliens en attendant le produit de la vigne qui n'arrive qu'à la quatrième année?
La société «Canino &Co», tenue par un professeur de Trapani, en 1890 a déjà acheté trois grands domaines de 3800 hectares à 26 km de Tunis, 1000 hectares à égale distance entre Hammamet et Zaghouan, et un troisième domaine de 600 hectares sur la route d'Hammamet.
La société dispose d'un capital de 2.500.000 francs. Les Français, très inquiets, se demandent alors qui fournit les capitaux considérables nécessaires au fonctionnement de ces sociétés? Tout le monde savait qu'en Italie, en Sicile surtout, les capitaux disponibles étaient excessivement rares.
Les Français trouvent très louche que pendant 15 ans, les Italiens n'avaient pas acheté de terre en Tunisie et tout d'un coup ils en achètent de tous les côtés. On voit surgir des maisonnettes occupées par des Siciliens, c'est un coiffeur qui trouve le capital nécessaire pour établir une famille de paysans, et parfois des milliers de personnes s'installent.
En 1920, les Siciliens sont 4 fois plus nombreux que les Français
La compagnie Florio- Rubattino, a vendu à la compagnie française «Bône et Guelma» pour 7.500.000 francs le chemin de fer de La Goulette, elle l'avait achetée en 1880 avec une garantie d'intérêt de l'Etat italien. Cette somme va être consacrée à la petite colonisation italienne. C'est la Maison Florio qui a déposé dans les banques de Tunisie les sommes nécessaires pour l'achat des grands domaines. C'est en effet le richissime homme d'affaires italien, Ignazio Florio, qui a donné l'élan à la petite «colonisation» sicilienne. Le gouvernement italien assurera de la manière la plus formelle ses nationaux à ce mouvement et en 1880 il accordera secrètement une garantie d'intérêt à la même compagnie Florio pour qu'elle achète le chemin de fer de Tunis à La Goulette, même si le gouvernement italien s'était engagé à ne pas y intervenir. En effet, la Compagnie Florio, recevait une subvention annuelle de 8 à 9 millions de francs pour ses diverses lignes de navigation entre l'Italie et la Tunisie.
Ce qui est indiscutable, c'est que de puissantes influences ont fourni tout d'un coup aux Italiens de Tunisie les capitaux nécessaires pour poursuivre sur une longue échelle la création de villages agricoles. En 1920, les Siciliens sont 4 fois plus nombreux que les Français, à peine 20.000 Français pour 80.000 Italiens. Ce qui en résulte c'est que l'élément français est isolé pour ainsi dire au milieu des Siciliens. Dans les cafés, dans les rues, dans les tramways, en chemin de fer, partout on n'entend parler que l'italien. Ceux-ci ont à leur tête une classe dirigeante très unie et très intelligente : avocats, médecins, architectes, commerçants, ou grands propriétaires, tous ont un patriotisme ardent. Dans toutes les villes, les écoles italiennes sont florissantes, les Italiens ont leurs sociétés de secours mutuels, leurs sociétés de musique ou de gymnastique; à Tunis il existe une douzaine d'associations italiennes très prospères. Depuis 3 ans, les associations qui végétaient avaient pris une nouvelle vie, d'autres ont été fondées : la Société patriotique militaire par exemple, ou encore la Dante Alighieri, qui a pour but, selon les Français, de «soustraire les enfants à l'influence étrangère», datent de 1897, ou encore la Société de bienfaisance italienne, la Banque Populaire créée en 1899. La Régence se pose donc un problème insurmontable vis-à-vis de la présence italienne de Tunisie, c'est-à-dire comment une communauté de 20 mille Français dont 10.000 sont des fonctionnaires peu attachés au pays puissent assimiler 100 mille Italiens si fortement organisés?
La situation était d'autant plus catastrophique dans les campagnes, où l'on trouvait à peine 2.000 Français sur 25 à 30.000 Siciliens formant des groupes compacts de 5 à 6.000 habitants.
On voyait très difficilement comment l'influence française pouvait pénétrer l'élément italien, une situation très grave pour le protecteur car chaque année plusieurs milliers de paysans siciliens prenaient possession du sol comme propriétaires ou comme fermiers.
Voilà le danger que les autorités coloniales de l'époque devaient conjurer pour faire de la Tunisie une terre française ; il était donc urgent d'introduire des milliers de paysans français tout en repoussant cette invasion sicilienne.
Pr Alfonso CAMPISI
Université de La Manouba
Président Chaire Sicile pour le dialogue des Cultures et des Civilisations


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.