Le marché boursier entame la semaine sur une note d'optimisme    Coronavirus : 4 décès et 179 nouvelles contaminations, Bilan du 26 septembre    Tunisie Telecom réitère sa disposition à poursuivre le dialogue avec son partenaire social    Ooredoo soutient l'initiative « La classe digitale » au gouvernorat de Jendouba    Flat6Labs réalise le second closing de Anava Seed Fund pour le porter à 30 millions de dinars et accueille Sawari Ventures comme nouvel investisseur    L'INM appelle à la vigilance à cause des pluies attendues dans la soirée    Des organisations nationales appellent à fixer des échéances pour mettre fin à l'état d'exception    Huawei annonce un investissement de 150 millions $ dans des programmes inédits    Le sénateur Murphy: Tant que la démocratie n'est pas rétablie, nous devons revoir notre programme d'aide à la sécurité pour la Tunisie    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    Covid-19 : 5 millions de tunisiens primo-vaccinés    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eviter la grève à tout prix !
Police de l'environnement
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 08 - 2018

Créée en vertu de la loi du 5 avril 2016 et entrée en action depuis le mois de juin 2017, la police municipale peine toujours à poursuivre son petit bonhomme de chemin sur fond de vulnérabilité organisationnelle et de «différends» avec certaines parties qui interférent dans les attributions de ce corps, dont notamment la protection de l'environnement et la lutte contre la pollution. C'est comme si elle était née dans la précipitation. Aujourd'hui, il est grand temps de se pencher sur les réels problèmes qui la handicapent.
Le nouveau code des collectivités locales a certes fixé les responsabilités et les tâches de cette nouvelle police, mais c'était sans compter sur les conditions difficiles de travail, le manque de moyens d'intervention et surtout l'ambiguïté inhérente au fonctionnement de cette police, ce qui a poussé le syndicat général des agents et des cadres de la police environnementale à monter au créneau.
De gros problèmes structurels
"Une manifestation de protestation est programmée pour le 13 septembre 2018 devant le siège du gouvernement, place de la Kasbah, ainsi qu'une grève de trois jours qui sera entamée à partir du 25 septembre si nos doléances ne sont pas satisfaites", nous déclare le secrétaire général, Ramzi Ben Nasr. Le syndicat revendique un organigramme bien clair du corps de la police environnementale qui définit les tâches et ne laisse rien au gré des humeurs des responsables, ainsi que la mise en place d'un comité qui se penchera sur l'étude du statut proposé par le ministère des Affaires locales et de l'Environnement.
Les ordres fusent parfois de partout et on ne sait plus qui commande réellement : le président de la municipalité? Le secrétaire général ? Le chef du district municipal ou le maire ? Il est vrai que le code a apporté les éclaircissements nécessaires dans ce contexte mais entre les textes et la pratique, il existe tout un monde.
Par ailleurs, la police municipale se trouve dans certaines situations dans l'extrême obligation de coordonner ses actions avec l'Agence de protection et d'aménagement du littoral (Apal) ou l'Agence nationale de gestion des déchets (Anged) ou l'Agence nationale de protection de l'environnement (Anpe), ce qui n'est pas de tout repos, explique Ramzi Ben Nasr.
Notre interlocuteur a souligné la nécessité de doter la police environnementale d'infrastructures adéquates afin qu'elle puisse accomplir ses tâches dans les meilleures conditions, en plus des revendications relevant de l'organigramme et du statut.
Des solutions en vue
Le dialogue semble bien établi entre le ministère des Affaires locales et de l'Environnement et le syndicat général des agents et des cadres de la police environnementale, nous confirme Ramzi Ben Nasr. Une réunion est programmée pour le début de la semaine prochaine entre les différentes parties pour se pencher sur les revendications de ce corps. "L'organigramme et le statut constitueront un garant de neutralité et de bonne organisation pour la police de l'environnement et contribueront inéluctablement à sa réussite", a-t-il tenu à confirmer.
Contacté à ce sujet, le chef de la police de l'environnement et chargé de mission auprès du ministre des Affaires locales et de l'Environnement, le général Jamel Boujeh, a souligné que des négociations sont en vue pour tenter d'éviter ces mouvements de protestations. Il est donc fort probable que la partie syndicale revienne sur sa décision de grève dans les prochains jours.
Si le droit de grève est garanti par la Constitution, il n'en demeure pas moins que la décision prise par le syndicat de la police environnementale a suscité moult critiques eu égard à plusieurs facteurs, dont notamment l'absence de cette police dans les municipalités du Grand-Tunis depuis sa création.
Il est à rappeler que la police de l'environnement a été créée dans un contexte marqué par l'aggravation des atteintes à l'environnement dus à l'affaiblissement des collectivités locales. Cette police est en phase de déploiement ce qui va nécessiter encore du temps. Elle compte aujourd'hui environ 290 agents répartis sur 74 municipalités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.