Nadia Dhouib Boussabah, une compétence tunisienne nommée à la tête des Galeries Lafayette aux Champs Elysées    Tunisie-Sicile : mémoire partagée    Tunisie- L'Espagne accorde une ligne de crédit de 25 millions d'euros à la Tunisie    Ligue 1 (J15) : Le CAB veut rebondir face à l'AS Gabès    Baisse de 0,5% de la production industrielle en Tunisie en 2018 suite aux entraves menaçant la production de phosphates et du brut selon l'INS    La société MAJDA TUNISIA acquiert 69.15% du capital de BANQUE ZITOUNA et 70% du capital de ZITOUNA TAKAFUL    BCE participe dimanche au 1er Sommet arabo-européen à Charm el-Cheikh avant de s'envoler pour Genève où il participera à un débat au Conseil des droits de l'homme    Programme TV du samedi 23 février    Le bureau fédéral annonce l'organisation de la super coupe avant la fin de la saison sportive 2018-2019    Retour de Jmel et de Ben Amor    La JSK pense à Chokri Khatoui    Ferjani Sassi, pôle d'attraction    Un citoyen blessé suite à l'explosion d'une mine terrestre à Jebel Selloum    Le Qatar boycotte le Sommet arabo-européen prévu en Egypte    Tunisie: Un berger blessé dans l'explosion d'une mine à Kasserine    De nouveaux défis à relever    300 postes à pourvoir au Québec    L'ambition de rassembler, l'objectif de servir    Hommage à l'initiative présidentielle sur l'égalité successorale    Ras-le-bol des crevasses !    Le plein d'activités ludiques et instructives    Vers un nouveau round de négociations    La réussite du prochain sommet arabe à l'examen    Tunisie- Chawki Gueddes : “je ne vais pas démissionner”    «70% des impayés relèvent des particuliers»    Qui succèdera à Slim Riahi à la tête du Secrétariat général de Nidaa Tounes ?    «Danse avec moi…»    Les JTC, aujourd'hui et après !    Tunisie- Le ministère du Commerce lance des campagnes contre le monopole des produits subventionnés    Tunisie: Un mort et deux blessés dans un accident de la route à Kairouan    Tunisie-Ligue 2 (Journée 16): le programme de ce samedi    Tunisie: Nidaa Tounes salue la décision “courageuse” de Slim Riahi de démissionner du parti    Tunisie: L'Allemagne a expulsé 369 Tunisiens en 2018    Tunisie- Première édition du Forum SEIZE-IT Junior    Tunisie: Les policiers en sit-in ce samedi après l'agression de leur collègue au Bardo    Météo: Prévisions pour samedi 23 février 2019    Turquie : Erdogan poursuit sa purge impitoyable de l'armée    Rachad Ladjimi, Un précurseur, à l'aube de la médecine tunisienne    Forum de la Francophonie 2019 : le 9 mars à la cité de la culture de Tunis (programme)    Photos…Dorra Zarrouk au festival international des films de femmes d'Assouan, que pensez-vous de son look ?    En vidéo : Le parcours de la Tunisienne Nadia Dhouib directrice des Galeries Lafayette    200 soldats américains vont finalement rester en Syrie    Tunisie – Météo : Nuages abondants sur le nord et les côtes Est et pluies isolées durant la nuit    En Algérie, des militaires morts dans un accident d'aéronef    Basket – Championnat : Résultats et classement de la 3e journée retour play-off    L'OMS fait un bilan inquiétant de la situation sanitaire en Libye    La Tunisie exprime sa satisfaction    Libération des 14 travailleurs tunisiens enlevés en Libye : Satisfaction des autorités tunisiennes et libyennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une facture salée
Bassin minier — Concours de la CPG
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2019


La valse des chiffres se poursuit…
Nullement épargnée par une conjoncture mondiale difficile et exposée à un mouvement violent de revendications sociales, la CPG est certes au creux de la vague avec cette baisse sensible du chiffre d'affaires qui explique les énormes préjudices subis par l'économie du pays et auxquels il est difficile de remédier dans l'immédiat. Mais l'espoir de voir un happy-end des turbulences reste de mise.
Avec une note d'optimisme, le secteur a de beaux jours devant lui même si la rude concurrence le met dans une situation difficile. Mais est-ce suffisant de verser dans un optimisme béat pour espérer sauter le cap ? Ne seraitce pas plutôt plus judicieux de se pencher sur les causes inhérentes pour remonter la pente raide et administrer la juste thérapie ? Autant d'interrogations qui s'imposent mais la plus pertinente ou plutôt celle qui dérange pointe du doigt tous les gouvernements qui se sont succédé depuis le 14 janvier et leur incapacité de résoudre le dossier brûlant du Bassin minier. Est-ce un échec des décideurs politiques dans la gestion des crises ou la complexité de ce dossier multifacette qui fait que sa résolution est loin d'être une sinécure ?
Des mouvements de protestation violents
En terminologie médicale, administrer une thérapie requiert un diagnostic pour définir l'agent causal. Alors qu'en est-il pour le secteur minier ? Un arrêt sur image laisse dégager les premiers symptômes d'une crise annoncée, il s'agit de la création de la société de jardinage et de l'environnement qui a donné lieu à cette série interminable d'agitations sociales à chaque annonce des résultats. Un climat de tension règne dans le Bassin minier depuis l'instauration du «concours bombe» faisant de cette région minée par le chômage une arène de conflit entre la CPG et les candidats. Est-ce le mécontentement ou l'absence de confiance qui met le feu aux poudres? D'autre part, le concours de recrutement à la CPG fait admettre qu'un dysfonctionnement a plongé le Bassin minier dans un état de délitement et c'est ce grand trust qui paie la facture. Nous sommes le 17 novembre 2018 lorsque les résultats ont été annoncés sur la toile après une attente qui n'a que trop duré (2 années). S'en est suivi alors un mouvement violent de protestations qui a bloqué 60 % de la production de phosphates sur les différents sites. Même si l'activité a repris dans les unités de Métlaoui qui accaparent 75% de la capacité productive du Bassin minier ; alors que le reste (25%) est partagé par les sites de Redeyef, Mdhilla et Moularès qui sont encore en arrêt forcé. Face à ce constat, il n'en demeure pas moins important de signaler cette corrélation entre les résultats et leur binôme que sont les protestations. Une sorte de cercle vicieux apparu dès l'instauration du concours de recrutement de la société de l'environnement et du jardinage. Mais force est d'admettre que ces interruptions répétées de la production puisent leur explication dans ce climat d'hésitation qui précède souvent la proclamation des résultats imprégnés d'irrégularités, tel qu'il nous a été rapporté par des sit-inneurs.
Condamné à trouver du travail aux chômeurs
S'est installé, dès lors, un climat tendu entre les demandeurs d'emploi et la compagnie minière sur fond de pression permanente traduite par «un harcèlement» de ce trust condamné à absorber la crise aiguë de chômage dans la région. Mais empressons-nous de dire que les soubresauts vécus par le pays depuis la révolution ont fait que la machine productive est souvent grippée et le chiffre de référence est difficile à rééditer depuis 2010 avec un volume record de 8, 6 millions tonnes alors qu'il a oscillé entre 2 et 4 millions tonnes pour la période (2011-2016). Conséquence inéluctable : le volume des exportations du phosphate et dérivés qui a atteint 10% en 2010 de l'ensemble des exportations tunisiennes a chuté à 3% en 2015. La conséquence qui fait grincer des dents s'est fait ressentir sur les pertes causées par cette chute estimées à 1 milliard de dollars depuis la révolution. Pour enchaîner avec le langage des chiffres, source d'un déséquilibre de la balance financière de la compagnie, 80% de son volume de production ont été perdus à cause de ce climat d'instabilité sociale. Alors, serait-il raisonnable de mettre au point un plan d'austérité pour redresser une balance qui bat de l'aile et se replacer dans le groupe concurrentiel ? L'action massive de recrutement entamée depuis la révolution n'est pas de manière à permettre une thérapie efficiente car si la CPG employait 4.700 agents en 2008, cette masse ouvrière a observé une hausse fulgurante pour atteindre 6.619 en 2015 sans omettre de comptabiliser les 12.000 agents recrutés sous la bannière de la société de l'environnement et de jardinage et pour lesquels une masse salariale estimée à 70 millions de dinars est mobilisée (…).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.