Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Médenine-Coronavirus : Une situation épidémiologique préoccupante    Inde-Coronavirus : Nouveau record quotidien de victimes!    Tunisie – Covid19 : Pourquoi refusent-ils d'accélérer la vaccination ?    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Afrique : 4,5 millions de cas Covid-19 confirmés    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    Levée du sit-in des employés de Shems FM    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les causes et les solutions
DEPRECIATION DU DINAR
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 02 - 2019

Le salaire du citoyen de la classe moyenne doit passer de 760 à 1.500 dinars», plaide l'économiste Ridha Chkoundali
Le pouvoir d'achat du citoyen tunisien s'est dégradé de 88% durant la période 2010-2018 à cause, principalement, de la dépréciation de la valeur du dinar tunisien, selon des données de la Banque mondiale, a indiqué Ridha Chkoundali, professeur de l'enseignement supérieur en sciences économiques.
Intervenant, hier, lors d'une rencontre organisée à Tunis par le Centre de l'étude de l'Islam et de la démocratie sur la «dépréciation du dinar tunisien: les causes et les solutions», Chkoundali a souligné que pour retourner à un pouvoir d'achat du citoyen de la classe moyenne, du même niveau que celui de 2010, il est indispensable de multiplier le salaire de ce dernier pour passer de 760 dinars actuellement à 1.500 dinars.
D'après lui, la dépréciation du dinar a eu des répercussions négatives, également, sur la société tunisienne, dans la mesure où elle a perdu de sa compétitivité, et aussi sur l'Etat, vu que le remboursement de ses dettes pèse lourd sur les finances publiques, notamment le remboursement des intérêts.
Mettant l'accent sur les causes de la dépréciation du dinar, Chkoundali a pointé du doigt l'aggravation du déficit commercial, rappelant qu'il est passé de 4,8% du PIB en 2010 à 12,3% du PIB en 2018, du déficit courant (de 4,4% à 10,2%) et de l'inflation (de 3,4% à 7,5%). Il a estimé aussi que c'est le résultat de l'injection de grandes liquidités sur le marché (15 milliards de dinars en 2018, contre 1 milliard de dinars en 2010), de l'augmentation du taux directeur de la BCT et de l'augmentation de la pression fiscale.
Dans le même contexte, Maher Belhaj, expert indépendant en économie et en finances, a fait savoir que la dépréciation du dinar est le résultat d'un déséquilibre entre la demande et l'offre sur le marché monétaire, dû à l'importance de l'économie parallèle.
«En fait, la Tunisie fait face à quatre ennemis majeurs, à savoir la contrebande, l'évasion fiscale, le terrorisme et la corruption. Ces fléaux sont alimentés par le cashing, causant une fuite de liquidités qui n'a aucune trace dans les circuits officiels», a-t-il noté, ajoutant que la masse de liquidités circulant en Tunisie avoisine les 13 milliards de dinars, dont plus de 90% fuient les circuits bancaires.
Dans ce contexte, l'expert a souligné l'impératif d'opter davantage vers le decashing afin de surveiller les échanges et minimiser les liquidités circulant hors circuits organisés, ce qui est en mesure de contrer le marché parallèle et de renforcer la valeur du dinar tunisien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.