Tunisie-Directeur de l'ENIS [VIDEO] : « Nous cherchons à améliorer le classement de nos universités dans le monde »    Où voir les matches d'Aissa Laidouni et Anis Ben Slimane en Europa League ?    Youssef Bouzakher : « La dissolution du CSM n'a jamais été évoquée par le chef de l'Etat »    Dr Rim Belhassine Cherif, Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie – Covid : Fermeture d'un troisième établissement scolaire à Djerba    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Tunisie: Vers la vaccination des enfants âgés de 5 ans ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    LC Europe (Poules / 6è j): le programme de ce mercredi    Le comité scientifique annonce une bonne nouvelle    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hédi Turki : de la figuration à l'abstraction
Portrait d'un peintre honoré
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 11 - 2010

Tout le cercle des amis de l'art attendait ce moment, après la disparition de son frère cadet, Zoubeïr, ainsi que du diplomate Brahim bien avant eux. En effet, le Président de la République vient d'honorer Hédi Turki à l'occasion du XXIIIe anniversaire du Changement, en ce dimanche 7 novembre 2010.
Honneur et hommage d'autant plus mérités qu'il appartient à ce petit chapelet — mais combien grandiose ! – des artistes peintres précurseurs comme Aly Ben Salem, Ammar Farhat, Hédi Khayachi, Jellal Ben Abdallah, Ali Bellagha ou Abdelaziz Berraïs, pour ne citer que ceux-là…
Fils de Halfaouine : entre la tradition et la modernité
Né le 15 mai 1922, au cœur du quartier Halfaouine, Hédi Turki, qui vit et travaille encore dans sa demeure à Sidi Bou Saïd, avait un caractère différent de son frère Zoubeïr, bien que les deux se soient adonnés à l'art (à qui mieux mieux) dans le domaine du dessin et de la peinture «pleinairiste».
Elève du Lycée Carnot, à l'époque d'El Mekki et d'Aly Ben Salem ses aînés, il abandonne ses études, après le décès de son père en 1939. Comme Zoubeïr et d'autres artistes de sa génération, il part à Paris pour recevoir une formation artistique, notamment à la Grande Chaumière qui dispensait des cours libres. En 1956, il est l'élève du peintre Amerigo Natinguerra Baroli, à l'Académie des Beaux-Arts de Rome.
Artiste figuratif dans la mêlée de ceux de l'Ecole pionnière de Tunis, il se démarque pourtant de celle-ci — et même de Zoubeïr —, à la suite de son voyage aux Etats-Unis, où il découvre, vers la fin des années 50, les œuvres immensément abstraites de Jackson Pollock et de Mark Tobey. De retour à Tunis — et bien avant les artistes «novateurs» –, il annonce déjà les principes et les couleurs d'un art informel qu'il ne quittera plus jusqu'à ce jour. Les atmosphères subtiles — surtout du côté de Rothko — avec des suintements de couleurs, des croisements de lignes, comme autant de «tissages» de notre mémoire patrimoniale, du Maghreb, intéressent les artistes de la lettre et du signe de cet altiplano nord-africain, peintre, enseignant à l'Ecole des beaux-arts de 1963 à 1990, l'un des fondateurs de l'Union nationale des arts plastiques et graphiques tunisiens, ainsi que de l'Union des artistes plasticiens arabes (1970), Hédi Turki s'est toujours présenté comme un artiste conciliant avec les «jeunes peintres», les fréquentant assidûment et les encourageant à épouser les théories les plus modernistes de l'art.
Juste consécration donc pour cet artiste autant ouvert sur le passé que sur l'avenir et sur lequel nous reviendrons dans notre prochaine rubrique «Bâtisseurs de l'imaginaire»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.