GEOPOLITICUS | Le drame du Liban profitera-t-il aux intérêts de la France ?    Alerte rouge : 38 cas locaux عدوى محلية (dont 28 à El Hamma) et 4 cas importés enregistrés dans 9 gouvernorats    Tunisie | 42 nouvelles contaminations par le coronavirus dont 38 locales    Democracy Reporting International -Bureau Tunisie- analyse Les effets de l'absence de la Cour Constitutionnelle pendant la législature 2014-2019    Abir Moussi : Nous soutiendrons Hichem Mechichi tant qu'il aura rompu totalement avec l'Islam politique (Album photos)    Le torchon brûle entre Athènes et Ankara    Les Libanais réclament le départ de la classe politique tout entière    EST-CSS    Les Sudistes n'ont pas volé la victoire !    «Qualifier l'Atalanta en C1, ça vaut un trophée»    Fonction publique | Taboubi appelle le gouvernement à verser la 3ème tranche de l'augmentation salariale    4 nouveaux cas locaux à Sousse    Le bloc "Al Watania" plaide pour un gouvernement non-partisan    Un huis clos féminin    Un Orient meurtri    MAHMOUD DARWICH, la Palestine et les terres spoliées...    La Bourse de Tunis clôture mercredi dans le vert    Ligue des Champions (Quarts): Atalanta-Paris SG, les compos probables    Tunisie : Noureddine Taboubi annonce la date du versement de la troisième tranche des augmentations salariales dans la fonction publique    Tunisie : Le FTDES dévoile les chiffres des protestations sociales    BCT : Baisse des crédits d'investissement industriels en raison de la dégradation du climat des affaires    Ligue 2 (Paly-out) : les matches programmés entre le 1er et le 8 septembre    Gouvernement de compétences indépendantes : l'UGTT commente    CTN : Les nouvelles mesures sanitaires entrent en vigueur à partir du 15 août    Tunisie: 600 millions de dinars de manque à gagner pour la SNCFT    BCT : Hausse de la masse salariale de l'administration 13,5% en 2019    Djerba : Prochainement un forum sur le tourisme médical    Salon International de la Bande Dessinée de Tazarka 2020: 24e édition digitale du 13 au 16 Août    Economie tunisienne : Le diagnostic de Marouane El Abassi    Abir Moussi [ vidéo] : Dans le cas où le gouvernement sera indépendant, seulement en apparence, le PDL votera contre ce gouvernement"    CONDOLEANCES : Ali RAHALI    Mechichi a-t-il déjà conquis le Parlement ?    Tunisie : Les handballeurs reprendront ce samedi    CAB : Se donner à fond...    « Sahriyet été 2020 à Hammamet » | Spectacle «Lamis» de Abderrahmane Ayadi : Toujours aussi authentique...    A l'espace INART à Hammamet : Rendez-vous éclectiques    Réduction du déficit commercial de 3596,7 MD    Programme TV du mercredi 12 août    Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    Radio : Hommage à l'œuvre de Mokhtar Hachicha    Frappes israéliennes sur Gaza    Tataouine: Une nouvelle contamination locale au coronavirus    La cimenterie d'Om El Klil, symbole de mauvaise gestion et de corruption, selon Taboubi    Drame sans précédent pour une ONG française    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une démarche artistique alternative
Lancement de la 2e édition du « Mawjoudin Queer Film Festival »
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 03 - 2019

Pionnier en Tunisie et dans le monde arabe, le premier festival de films Queer a démarré avant-hier et s'étalera sur trois jours. Avec la priorité au cinéma, mais également à diverses performances artistiques, des ateliers, des débats et des invités tunisiens et étrangers, alliés de la cause.
Le festival, qui se veut alternatif et militant, est organisé par l'Initiative Mawjoudin. L'événement a germé des suites des activités du cinéclub de l'association : ce festival annuel a été consacré au 7e art dans sa première édition avant de s'ouvrir cette année sur d'autres disciplines. Il passera en revue des films pour la plupart inédits, issus des pays du sud : des courts, des moyens, mais aussi quelques longs métrages, documentaires et fictions, tous maghrébins, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Afrique subsaharienne et du sud, sans oublier, l'Amérique latine. Des créations qui rythmeront les journées du public présent.
Le festival traite de la question du genre et de la sexualité non-normative, et tient à briser davantage les tabous autour de ce sujet. Une manière pour ses fondateurs de lutter contre les violences, les répressions et les discriminations basées sur le genre. Dans des lieux tenus secrets, les organisateurs feront appels à des spécialistes, des amis de la cause, des scénaristes, réalisateurs et producteurs tunisiens et étrangers afin d'échanger et d'éclairer sur des notions qui restent méconnues, erronées auprès du grand public.
Programme recherché
Contrairement à l'année dernière, les organisateurs ont décidé de supprimer l'esprit compétitif. Pas de sections ni de jury, mais des scènes, une salle obscure et des espaces qui verront défiler un nombre important d'œuvres artistiques, toute discipline confondue. Des histoires, des parcours individuels, mais surtout des connaissances partagées autour du Mqff au gré des 4 jours, avec les participants : un peu plus d'une trentaine de films sont retenus. La nouveauté de cette année, c'est que l'autofinancement est lancé par les protagonistes du festival : un appel à projets a été diffusé pour fournir une aide à la réalisation et à la production de projets cinématographiques courts. Un seul scénario a été retenu par Néjib Belkadhi et Soumaya Bouallegui, deux membres professionnels du jury désignés pour retenir le meilleur scénario, apte à être réalisé à temps pour sa projection lors de l'édition 2019. Le scénario du jeune cinéaste Tarek Sardi a été retenu : il est parvenu à temps à réaliser un court métrage de 7 minutes, intitulé « A tribord, je vomis », qui a été présenté pour la première fois lors de la cérémonie d'ouverture. Le film kenyan « Rafiki », qui a fait sensation dans tous les festivals du monde, est passé juste après, suivi d'une performance scénique intitulée « Heya Wala Howa ».
Des panels et des workshops qui tournent autour du «Théâtre Queer », «Du rôle des médias» ou « Des aspects sociopolitiques dans le cinema Queer » se déroulent chaque matin. « Access Now » évoque les risques à ne pas prendre et les comportements Safe en ligne. La représentation « Queer » en Tunisie a été décortiquée et un panel a été réservé au Colibe. Une performance « Farida » a eu lieu pendant la 2e journée du festival. Place aux films pendant les après-midi jusqu'à 19h00. Des lectures se dérouleront après les panels du 3e jour consacré à l'« Artivism », ou à « la «Décolonisation du Dancefloor», entre autres … Le Mqff s'associe au festival AKS festival, en projetant une sélection « spécial AKS », d'au moins 4 films. La cérémonie se clôturera lundi par une performance live de « Honna-TN ». Le festival est gratuit pour toute personne désireuse d'y participer et opte pour une communication via mail ou réseaux sociaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.