Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    Confinement ciblé à partir de lundi annonce Nissaf Ben Alaya    Football : Programme TV de ce samedi 16 janvier 2021    Précisions de la CDC / Article « La Caisse des dépôts et consignations est financièrement solide voire même très solide ! »    Coronavirus: La situation épidémiologique au kef    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    MEMOIRE    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Diallo admet la victoire de Condé
Guinée — Présidentielle
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 12 - 2010

CONAKRY (Reuters) — L'ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo a concédé hier sa défaite face à l'opposant historique Alpha Condé le 7 novembre au second tour de la première élection présidentielle libre en Guinée depuis son indépendance, il y a plus d'un demi-siècle.
La Cour suprême de l'ancienne colonie française d'Afrique occidentale a rejeté les recours en invalidation des résultats déposés par Diallo, représentant de la principale ethnie du pays, les Peuls, qui était arrivée largement en tête au premier tour avec 44% des suffrages.
Nos plaintes n'ont pas été prises en compte. Dès lors que la décision de la Cour suprême n'est pas susceptible d'appel, nous n'avons d'autre choix que de nous conformer à la décision prise par l'institution légale supérieure de la République", a déclaré Diallo lors d'une conférence de presse.
Conakry, la capitale, était calme hier après la fin du suspense électoral qui a sacré l'opposant historique malinké Alpha Condé, 73 ans, comme le premier président librement élu de Guinée, avec une majorité de 52,52% des suffrages — un "come-back" remarquable par rapport à son score de 18% du premier tour.
L'élection marque le retour du pays à un régime civil près de deux ans après le coup d'Etat sanglant du capitaine Moussa Dadis Camara à la faveur de la mort de Lansana Conté, celui qui avait succédé entre 1984 et 2008 au premier président de la Guinée indépendante, Sékou Touré, l'homme qui avait dit "non" au général de Gaulle.
"Nous avons tous prié Dieu de nous donner un bon leader. Alpha a gagné. Il nous faut le soutenir", résume Abdoulaye Sylla, un trentenaire habitant à Conakry, où les activités normales avaient repris hier en milieu de journée après les violences qui auraient fait une dizaine de morts et plus de 20 blessés depuis la proclamation de la victoire de Condé à la mi-novembre.
Apaiser les tensions ethniques
Ancien maître-assistant à l'université parisienne de la Sorbonne, Condé fait figure d'opposant historique et a connu l'exil, la prison et l'opprobre. Ses partisans le décrivent comme un esprit brillant; ses adversaires le disent impulsif et radical.
Sous la présidence de Sékou Touré (1958-1984), il est condamné à mort par contumace et emprisonné un temps au camp Boiro, un ancien centre d'internement militaire de Conakry transformé par le régime en prison politique de sinistre mémoire.
Sous le régime de Lansana Conté (1984-2008), il est emprisonné de 1998 à 2003 pour complot en vue de s'emparer du pouvoir. A l'élection présidentielle de 1993, il avait semblé sur le point de battre Conté mais le gouvernement avait annulé une série de votes en sa faveur.
Après la mort de Conté, en décembre 2008, Condé soutient d'abord le coup d'Etat de Camara mais change de camp lorsqu'il devient manifeste que celui-ci cherche à se maintenir au pouvoir. "On peut dire beaucoup de choses de Condé (...) mais il peut vraiment revendiquer la bataille pour le multipartisme et la démocratie en Guinée", dit Kalifa Gassama Diaby, professeur à Toulouse.
Alpha Condé, qui appartient à l'ethnie Malinké —35% environ de la population guinéenne — va devoir aujourd'hui assumer une lourde tâche: rétablir un gouvernement civil et constitutionnel dans un pays où les tensions ethniques ont été ravivées par le scrutin.
Condé a proposé d'intégrer des partisans de Diallo dans un futur gouvernement d'unité nationale afin d'apaiser les tensions ethniques dans un pays dont la principale richesse est la bauxite et où l'établissement d'un régime civil démocratique serait susceptible de rendre confiance aux investisseurs.
Mais sa capacité à gouverner un pays dévasté par des années de gabegie et de corruption sera observée de près par les partenaires de la Guinée, qui détient le tiers des réserves de minerai d'aluminium connues au monde et de considérables gisements de minerai de fer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.