Bulletin de la bourse: Déboussolée par le reconfinement, le marché sombre dans l'incertitude    CAF : le Camerounais Issa Hayatou, président d'honneur    Nissaf Ben Alaya: Confinement ciblé à partir de lundi prochain    Tunisie – Trois changements de dernière minute dans la formation proposée par Mechichi    Coronavirus : La situation épidémiologique à Gabès    Coronavirus-Kairouan: Les services de réanimation ont atteint leur capacité d'accueil maximale    Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MEMOIRE    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alpha Condé appelle à l'unité nationale en Guinée
Publié dans TAP le 19 - 11 - 2010

CONAKRY, 19 nov 2010 (TAP) - Alpha Condé, vainqueur de l'élection présidentielle de Guinée où l'état d'urgence a été décrété, a affirmé jeudi que les divisions ethniques dans le pays étaient exagérées et a lancé un appel à ses opposants pour qu'ils renoncent à la violence.
L'appel à l'unité nationale lancé par le président-élu intervient alors qu'une organisation de défense des droits de l'homme met en garde contre la gravité d'un conflit ethnique et que des habitants ont fait état de coups de feu pendant la nuit.
Malgré les appels au calme successifs lancés par Alpha Condé et le candidat malheureux au scrutin présidentiel Cellou Dalein Diallo, le pays a été depuis l'annonce des résultats le théâtre de trois jours de violences post-électorales qui se sont propagées hors de la capitale Conakry.
Les partisans de Diallo, des Peuls qui sont majoritaires dans le pays , ont affronté les forces de sécurité et les partisans de Condé, essentiellement Malinkés.
"La situation devient préoccupante parce que le conflit politique s'est transformé en conflit ethnique", estime Thierno Maadjou Sow, président de l'Organisation guinéenne des droits de l'homme.
Peuls et Malinkés représentent respectivement entre 40 et 35 pc de la population. Des correspondants ont fait état de bandes de jeunes des deux ethnies armés de machettes et se disant prêts à défendre leur communauté.
Alpha Condé a tenté de minimiser la dimension ethnique des affrontements.
"Je pense que les gens exagèrent beaucoup les problèmes ethniques en Guinée, j'ai toujours dit que les Guinéens voulaient le changement. C'est ce que le vote a montré", a-t-il déclaré dans un entretien à la chaîne de télévision France 24.
Le gouvernement guinéen a décrété l'état d'urgence mercredi pour tenter de mettre fin aux affrontements qui ont fait au moins dix morts et 200 blessés, selon l'ONG RADDHO (Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme).
A New York, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté un texte dans lequel il déplore les violences et invite les dirigeants politiques à calmer leurs partisans.
Le cercle de réflexion International Crisis Group (ICG) craint qu'une répression trop sévère menée par les forces de sécurité n'entraîne le pays dans une spirale de violence qui pourrait échapper à tout contrôle.
"Les dirigeants guinéens (...) doivent prendre des mesures urgentes pour mettre fin aux nombreuses attaques contre des civils sans défense et éviter que les tensions politiques ne dégénèrent en violences interethniques généralisées contribuant à l'instabilité régionale", dit l'ICG, selon lequel l'armée "frappe, moleste et tire sur des civils sans défense et saccage leurs biens".
"S'il n'y a pas plus de discipline dans les rangs des forces de défense et de sécurité, le pays pourrait sombrer rapidement dans le chaos (...), ce qui ruinerait le processus de transition."
En raison du couvre-feu, le calme a régné à Conakry pendant la nuit, sauf dans la commune de Ratoma, essentiellement peuplée de Peuls.
Ces derniers jours, les forces de sécurité ont tiré en l'air mais une source proche des services hospitaliers a fait état de victimes blessées par balles.
Avant le scrutin, Condé et Diallo étaient convenus d'intégrer le perdant à leur gouvernement. Aucune mesure concrète n'a jusque-là été annoncée en ce sens mais Condé a réitéré son appel à la coopération alors que Diallo continue de contester les résultats.
"J'entends lui tendre la main pour qu'ensemble nous unissions nos forces pour développer ce pays. J'ai toujours dit que je ferai un gouvernement d'union nationale", a-t-il ajouté.
"La Guinée a de tels défis (à relever) que nous n'avons pas à perdre notre temps dans les oppositions stériles et nous avons chacun un programme commun qui est de sortir la Guinée de cette situation de misère et ça je pense que nous pouvons réussir", a-t-il ajouté, plaidant pour un gouvernement d'union nationale pendant deux législations.
Arrivé largement en tête au premier tour, Cellou Dalein Diallo a déposé un recours devant la Cour suprême et a accusé les forces de l'ordre de mener la répression contre ses partisans. La Cour doit se prononcer d'ici à jeudi prochain.
l'élection présidentielle doit permettre un retour à un régime civil deux ans après un putsch militaire consécutif au décès de l'ex-président Lansana Conté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.