En vidéo : Mohamed Ammar : Ennahdha, Qalb Tounes et Al Karama reçoivent 500.000 dt mensuellement par un lobby    Mohamed Ammar : ''La Tunisie a besoin de plusieurs Mohamed Abbou''    En Vidéo : Mohamed Ammar: ''La justice qatarie est meilleure que la justice tunisienne''    Samsung, leader mondial du secteur de la TV depuis 15 ans !    Interdiction du voile intégral en Suisse    Le gouverneur de Kasserine lance un appel au personnel éducatif et aux élèves    Eaux usées, déchets et cadavres d'animaux au barrage Sidi Salem : La santé des Tunisiens de nouveau mise en jeu    Les propriétaires des véhicules RS appelés à régulariser leurs situations au plus tard le 31 mars    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Mars 2021 à 11H00    Représentativité des femmes dans les parlements : l'ARP est 77ème à l'échelle mondiale    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM HEBDOMADAIRE AU VENDREDI 06 MARS 2021    Tunisie – coronavirus: retour de la double séance et horaires administratifs dès le 8 mars 2021    Covid-19 | Sfax : 4 décès et 40 nouvelles contaminations    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    Houcine Benayada (ESS) convoqué en sélection algérienne    Souad Ben Abderrahim, maire de la Ville de Tunis, à La Presse : « 2.500 immeubles menaçant ruine représentent un réel danger ! »    La Tunisie croule sous les déchets : La campagne "Tunisie sans déchets" pourrait-elle faire la différence ?    Ambassadeur Sahbi Basly : Un diplomate atypique, célébré (Album photo)    Les indiscrétions d'Elyssa    D'un sport à l'autre | Khouloud Halimi met le cap sur l'Allemagne    Ligue 2 | 6e journée – Groupes 3 et 4 : Le réveil de l'ES Zarzis    Tunisie – Météo: Pluies éparses sur la plupart des régions    Affaire CS Chebba : Le fait accompli !    « Du pain et des roses » à l'origine de la journée internationale de la Femme    Najd Khalfaoui : Nadia Akacha fait usage de fuites !    L'aéroport Djerba-Zarzis pourra bientôt accueillir les des gros avions    Tunisie: Daily brief du 8 Mars 2021    Un droit fondamental, un devoir citoyen    Egalité des chances : le ministère de la Femme mise sur la sensibilisation des enfants    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    Un annuaire des associations oeuvrant dans le secteur de l'artisanat    Les projets bloqués dans le gouvernorat de Siliana discutés à La Kasbah    Tunisie [Audio]: Déclaration après match Olympique de Béja et AS Rejiche    Le ministre des Affaires sociales félicite la femme tunisienne    Le nouveau cheval de bataille de l'Union pour la Méditerranée    Tunisie-Ligue 1 (J16): les matches de ce dimanche    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Othman Babba dans la ville    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fantasmagories contemporaines
Livres : Un deuxième conte pour enfants de Salman Rushdie
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 01 - 2011

Dans Luka et le Feu de la Vie, il y a du Alice au pays des merveilles, du Shéhérazade, entremêlés avec la magie des jeux vidéo modernes. C'est le nouveau conte pour enfants que vient de publier le romancier indo-anglais Salman Rushdie. Dédié à son fils cadet, le nouveau roman est une réécriture du conte philosophique traditionnel sur le mode des jeux vidéo et des fantasmagories contemporaines.
Luka et le Feu de la Vie fait suite à Haroun et la mer, des histoires que l'auteur des Enfants de minuit avait publiées en 1990, au lendemain de la proclamation de la fatwa iranienne qui l'avait condamné à une vie de clandestinité et de peur. Ce récit qui était aussi une parabole de la situation personnelle de l'écrivain à l'imagination entravée, était dédié au fils aîné de Rushdie.
Ce dernier que le grand public connaît comme le romancier post-moderniste et post-colonial à succès, dont la reconnaissance mondiale (récipiendaire du Booker prize en 1981, cité pour le prix Nobel) a permis de placer les lettres anglophones de l'Inde sur la carte littéraire du monde, est aussi un père très attentionné et tendre. Marié cinq fois, l'homme n'a pas vraiment vu grandir ses fils, confiés à leur mère. Son fils aîné Zafar a une trentaine d'années et son fils cadet Milan, né du troisième mariage de l'écrivain, est un adolescent de 13 ans. Milan avait eu vent du livre que son père avait écrit pour son frère et tout naturellement il a réclamé son roman à lui ! Le voilà comblé.
Les angoisses d'un père vieillissant
Tout comme Haroun et la mer des histoires était profondément marqué par les circonstances de la vie personnelle de l'auteur à l'époque, le nouveau roman traduit, lui aussi, les angoisses intimes d'un père vieillissant – Rushdie avait cinquante ans quand Milan est né – qui craint de ne pas connaître son fils adulte. Cette appréhension subliminale traverse Luka et le Feu de la Vie dont le jeune héros connaît de nombreuses aventures et affronte le mal pour extraire son père d'un sommeil sans fin. «Mes deux romans pour la jeunesse ont en commun cet élément de l'intrigue où un père est secouru par le fils, a expliqué Rushdie. Plus généralement parlant, cela correspond au sentiment qu'ont beaucoup de parents d'avoir trouvé leur salut dans leurs enfants.»
Dans Luka et le Feu de la Vie, c'est sans doute ce sentiment de renouvellement qui fait proclamer à la mère du protagoniste Soraya, émerveillée d'avoir donné naissance à un second fils à l'âge de 41 ans, qu'elle avait « mis au monde un garçon capable de renverser le cours du Temps, de le faire couler à l'envers et de nous (ses parents) rendre notre jeunesse». Nous sommes de retour dans la ville de Kahani («histoire » en hindi) où s'était déroulé autrefois le récit de Haroun. D'ailleurs, Haroun est le frère aîné de Luka. Dans Haroun et la mer des histoires, Rushdie racontait comment le jeune héros devait surmonter mille obstacles pour que son père, Rachid, le conteur à la voix magique réduit au silence par une malédiction, retrouve sa voix et puisse de nouveau raconter des histoires.
Une quête initiatique
Vingt ans après, c'est le tour de Luka de venir à la rescousse du paternel, plongé dans un sommeil qui risque de lui être fatal. Ni sa femme ni ses enfants ne parviennent à réveiller le conteur. «Plus de blabla pour le shah de Blah, proclamaient les gros titres, non sans cruauté. Le voilà transformé en belle au bois dormant. Sauf qu'il n'est pas si beau que ça». Difficile pour Luka d'imaginer un monde sans son père. Alors, il se met en route, accompagné de ses compères fidèles — le chien appelé «Ours» et l'ours appelé «Chien» — pour aller à la recherche du «Feu de la Vie» qui seul peut ressusciter son père.
Suit une quête initiatique quasi-prométhéenne, rythmée par des épreuves et des confrontations avec des êtres plus proches des Super-Mario et des Lara Croft que de la cosmogonie traditionnelle. C'est le conte oriental à l'heure de l'imagination virtuelle et des images de synthèse, ponctué par les jeux de mots acrobatiques qui sont devenus les marques de fabrique de l'écriture rushdienne.
Pris au jeu de ce conte merveilleux et moderne, le lecteur en sort ébloui. Ebloui par la puissance d'évocation de Salman Rushdie et sa capacité chaque fois renouvelée d'inscrire dans les contingences du récit des interrogations fondamentales sur la vie, la mort, l'amour et le temps.
——————
Luka et le Feu de la Vie, de Salman Rushdie. Traduit de l'anglais par Gérard Meudal. Editions Plon, 215 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.