Démission collective de plus de 100 dirigeants et membres d'Ennahdha    Ministère de la Santé- Deux responsables limogés    Tout savoir sur Les Araméens    Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hausse des prix des fibres naturelles et synthétiques
Textile
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 03 - 2011

La dernière lettre économique de mars 2011, éditée par le Centre technique du textile (Cettex), fait le point sur la «hausse des prix des matières premières textiles et son impact sur le prix final du vêtement». L'édition analyse quelques faits sur le plan international et confirme que la conjoncture est défavorable, ce qui aggraverait encore plus la situation. «Plusieurs donnes s'additionnent, le recul des exploitations du coton au profit d'autres cultures, des intempéries aux catastrophes climatiques qui ont touché l'Inde, le Pakistan et la Chine auxquelles s'ajoutent les phénomènes de rétention dans ces mêmes zones ainsi que des phénomènes de spéculation régis par des fonds étrangers au domaine du textile-habillement». Cette série de phénomènes rend la production mondiale «incapable de répondre à la reprise d'une demande textile plus forte que prévue».
Il est à noter, par ailleurs, que les importations de coton de la Chine, premier producteur mondial, ont fortement augmenté au cours de 2010 (+86%) et «semblent régresser en 2011 à cause du niveau élevé des prix».
Le Cettex précise que l'Inde, deuxième producteur mondial, «est l'un des seuls à voir sa superficie dédiée au coton augmenter à un niveau record en 2010-2011 et il en sera probablement de même pour 2011-2012».
Cette hausse du prix du coton s'étend aux autres matières textiles telles que la laine qui a augmenté de 38% en un an, et la soie qui, elle, a pratiquement doublé. Le lin, seul produit naturel stable jusqu'à aujourd'hui, «ne présente pas pour le moment des pénuries». S'ajoutent à ces faits des hausses du prix du baril de pétrole durant cette dernière période «suite aux mouvements intérieurs que connaît le monde arabe».
Une hausse des prix du carburant qui se reflète inéluctablement sur les prix des fibres synthétiques dérivées du pétrole qui «connaissent une hausse de 30 à 35%». L'analyse présentée par le Centre technique du textile précise «que la demande mondiale des fibres, qu'elles soient naturelles ou synthétiques, est étroitement liée à l'évolution du PIB au niveau international. Et face à la montée en puissance des pays émergents, ce mouvement est donc forcément appelé à s'accentuer».
Les Européens réduisent leurs budgets
Il est à noter également que la hausse des prix des matières premières va forcément se répercuter sur le prix final du vêtement. Ainsi, «les acteurs de la filière textile-habillement trouvent beaucoup plus de mal à contracter leurs marges». Pour les spécialistes du secteur, ils calculent une augmentation théorique de 15% à 20% sur les prix des vêtements en coton proposé à la vente. Mais si la consommation reste très instable les prix de vente publics de l'habillement peuvent grimper de l'ordre de 3 à 15%.
L'analyse confirme que les tissus entrent, en moyenne, pour 50% dans le prix d'un vêtement et les salaires et charges pour 20%. Elle assure également que les consommateurs européens ont bien réduit le budget qu'ils allouent à l'habillement. «En France, à fin novembre 2010, les ménages ne consacraient plus que 4,1% de leurs dépenses aux achats d'habillement et de chaussures, contre 4,4% en 2009 et 4,6% en 2008. L'évolution de la consommation des ménages, qui demeure le pilier traditionnel de la croissance, suscite toutefois quelques interrogations».
L'inflation, l'envolée des prix des matières premières, s'ajoute à cela une hausse prochaine des produits alimentaires et les salaires qui restent contraints, «l'Arme Prix» n'a qu'un effet négatif en ce qui concerne les acteurs de la filière textile-habillement.
La dernière lettre économique du Cettex fait le point sur le séminaire, organisé le 3 de ce mois, qui a eu pour thème la conjoncture nationale et perspectives internationales 2011 du secteur du textile et de l'habillement. Un résumé qui, lui aussi, présente des chiffres et des analyses sur l'avenir du secteur pour la prochaine période. «L'objectif de cette manifestation est de présenter aux entreprises du secteur textile-habillement une analyse prospective et mettre en exergue les dernières mutations ainsi que les perspectives à venir du secteur». Des mutations qui essayent de dépasser «le désordre qui règne au niveau du change». Ainsi, «les entreprises se sont adaptées en modifiant considérablement leur chaîne de valeur et leur chaîne d'approvisionnement et cherchent à tirer parti des disparités au niveau mondial et d'une consommation à plusieurs vitesses selon les pays et les segments». Pour certains, «les produits de luxe ont constitué une valeur refuge sur laquelle il a été possible de réaliser de la croissance et des marges».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.