Slim Riahi est concerné par le référendum et les élections législatives    Noureddine Ben Ayed: Kais Saied m'a demandé d'écarter Abdelmajid Ezzar de la présidence de l'UTAP    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Football : Sur quelles chaînes suivre les matches de jeudi ?    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    La BCT relève son taux directeur pour maitriser l'inflation : Coup dur pour les ménages et les entreprises !    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    High Tech & Innovation    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Démarrage à Djerba du pèlerinage juif après deux années d'interruption : Un message de paix et de tolérance    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    NBA – Finale Conférence Ouest : Golden State maîtrise Dallas pour le 1er match    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Des Israéliens à la Ghriba    Ezzahrouni: Arrestation d'un individu condamné à 15 ans de prison pour trafic de drogue    FTF : Un nouveau renfort pour l'EN avant le mondial (photos)    Prévenir la pénurie alimentaire    Bassem Trifi : il faut qu'il y ait un vrai dialogue pour en parler    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Isie, USAID, commission de Venise …Les 5 infos de la journée    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Le PDL saisit la Commission de Venise pour dénoncer des ''irrégularités'' dans le processus électoral    match Eintracht Francfort vs Glasgow Rangers: Regarder la finale de l'Europa League 2022    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Imed Hammami: Un remaniement ministériel est nécessaire    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    La hausse du taux directeur ne nous aidera pas    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    La nuit des musées tunisiens: Ouverture exceptionnelle de 15 musées la nuit le 18 mai    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Question de jargon
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 06 - 2011


Par Abdelmajid BETTAIEB
Je me permets d'émettre quelques réflexions simples en tant que citoyen en comptant sur l'indulgence des lecteurs, car je n'ai pas encore réglé mes factures d'électricité, d'eau et la taxe de la voiture depuis deux mois.
J'entends parler depuis janvier 2011 de civisme, de liberté et de démocratie sans comprendre le sens exact de ces termes.
D'abord le mot civisme comme celui de citoyen est inséparable de l'héritage philosophique de la Révolution française; il renvoie :
– à un système politique reconnaissant des droits à ses membres : les citoyens
– à un système politique de valeurs; incarné dans la partie instituant des devoirs
La forme politique du civisme est la république:
Etat constitutionnel avec des citoyens unis entre eux et non à un souverain par un pacte (ordre civique).
L'ordre civique est l'égalité rigoureuse devant la loi et l'Etat.
La définition des droits et des devoirs du citoyen varie selon les époques en fonction des aspirations de l'opinion publique, de ses craintes et de la puissance de l'Etat.
Quant à la notion de liberté, elle a toujours était traitée par opposition à la notion d'ordre public et de sécurité
Dans la société occidentale, la liberté a été toujours une lutte permanente de type pyramidal entre le sommet représenté par le pouvoir et la base nombreuse représentée par les sujets ou les citoyens.
La société tunisienne est différente, car elle est aussi constituée par la superposition horizontale de structures tribales (société nomade).
Dans la première optique, la Déclaration des droits de l'Homme de 1789 définit la liberté : «La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui».
Tous les régimes politiques français, depuis la révolution de 1789 jusqu'à la Ve République actuelle (1958), ont essayé de trouver un équilibre entre la notion de liberté et la notion d'ordre public : liberté de réunion (1881), liberté de la presse (1881), liberté d'association professionnelle (1884), liberté d'enseignement (1850, 1882, 1886), liberté d'association (1901).
Ces libertés doivent être exercées dans le cadre républicain et laïque de l'Etat.
L'Etat libéral se protège contre le risque d'atteinte à l'Etat, tant au niveau des individus qui présentent des risques potentiels élevés, qu'à l'égard des activités qui peuvent le mettre en danger (dangers de terrorisme, dangers sanitaires…)
Valery disait : «Si l'Etat est fort, il nous écrase, s'ils est faible; nous périssons…»
Mais ce schéma directeur est peut-être relatif et ne peut s'appliquer pleinement à la société tunisienne. La loi étant la règle normative qui exprime la volonté commune des citoyens, elle doit peut-être tenir compte de la structure horizontale de la société tunisienne par le biais des organismes originaux (décentralisation…).
Je ne prétends pas détenir la vérité, c'est un point de vue personnel pour contribuer par cette petite participation au débat actuel.
Je suis de nature optimiste et je suis sûr que la jeunesse tunisienne, qui a fait la révolution, est capable de façonner la société de demain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.