Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie touchée
Colloque sur la réduction des risques auprès des usagers de drogues injectables
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 07 - 2011

L'Association tunisienne pour l'information et l'orientation sur le sida (Atios) a organisé récemment à Tunis, en partenariat avec l'Association tunisienne de lutte contre la toxicomanie (Atupret), le Programme Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et l'Association de Menahra pour la réduction de risques dans le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, un colloque sur la réduction de risques. Objectifs de cette journée : faire le point de la situation épidémiologique du VIH parmi les usagers de drogue par voie injectable, présenter la stratégie nationale de réduction de ces risques, faire connaître les interventions des ONG tunisiennes dans ce domaine et se focaliser sur les résultats concernant l'accès universel à la prévention, aux traitements, aux soins et au soutien des usagers de drogues injectables.
La drogue est un phénomène mondial: (3 à 5% de la population mondiale consomment de la drogue, et 5 millions de personnes sont atteintes du sida à cause de la drogue. La consommation de drogues et l'infection par le VIH sont intimement liées car la transmission du virus intervient à l'occasion de l'injection de drogues avec du matériel contaminé.
Toxicomanie en Tunisie
L'Institut national de santé publique a montré dans un rapport que 15% des garçons dont l'âge varie entre 15 et 24 ans et 4% des filles sont perçus comme ayant consommé de la drogue au moins une fois dans leur vie. Ce phénomène dans notre pays est en nette augmentation avec une prédominance masculine. Il est à savoir que les produits les plus utilisés en Tunisie sont les médicaments, les colles et solvants, le cannabis et l'usage intraveineux du Subutex qui fait des ravages dans notre pays depuis 2000, entraînant une dépendance physique importante et psychique destructive. Les drogues dures telles que l'héroïne et la cocaïne existent en Tunisie mais la dépendance à leur égard est moindre que celle vis à vis du Subutex, dont les conséquences sur la santé sont désastreuses. Ainsi, des associations tunisiennes de prévention de la toxicomanie et de soutien aux usagers ont vu le jour telle l'«Atupret» qui est un centre médical qui s'occupe du traitement des usagers médicalement, psychiquement et socialement. D'autres centres d'aide et d'écoute procurent des soins complets, psychologiques et socio-médicaux, l'orientation des groupes vulnérables et à risques, l'intégration de cette population dans la société et la prévention de tous types de dépendance, l'amélioration de la qualité de la vie des patients toxicomanes vivant avec le VIH, outre l'accueil, l'information et l'évaluation médicale. Ces centres d'aide et d'écoute bénéficient de la confidentialité, de la liberté, de l'égalité et du professionnalisme. Les patients viennent au centre à leur demande volontaire de soin ou adressés par les structures sociales comme les centres de défense et d'intégration sociale, les municipalités, les dispensaires et autres organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. En 2010, parmi 348 patients pris en charge dans le centre Aide et écoute, 219 patients, soit 62,93%, étaient des chômeurs et 85% des drogués au Subutex. Il ressort des conclusions des responsables des centres de prise en charge des toxicomanes qu'il existe une influence des législations sur les stratégies de prévention et de soins. Pour le Pr Mouldi Amamou, médecin directeur du Camu et du centre antipoison de Tunis, il est impératif de dépénaliser les jeunes qui ont été victimes pour les faire sortir de l'addiction. «Les associations devraient intervenir pour abroger des textes de loi afin de traiter les jeunes toxicomanes comme des malades et de les aider en fonction de leur situation».
Les producteurs, commerçants et distributeurs doivent être pénalisés, alors que les jeunes consommateurs pris dans le piège devraient bénéficier d'un assouplissement des lois répressives et d'une prise en charge sociale et psychologique gratuite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.